VROUBEL MIKHAÏL ALEXANDROVITCH (1856-1910)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre russe. De 1880 à 1884, Vroubel fait de brillantes études à l'Académie des beaux-arts de Saint-Pétersbourg où il est l'élève de Tchistiakov. En 1884, il est invité à Kiev pour restaurer les peintures murales de l'église Saint-Cyrille (xiie s.), puis pour décorer la nouvelle cathédrale Saint-Vladimir (1887). En 1889, il s'installe à Moscou où il rencontre le célèbre mécène Savva Mamontov qui contribue à l'affirmation du talent de l'artiste et qui, à partir de 1898, finance les manifestations artistiques du groupe dit du Monde de l'art, dont Vroubel est considéré comme un des représentants les plus doués. Fortement influencé par la peinture monumentale et par les courants mystiques et tourmentés de son époque, l'artiste se tourne essentiellement vers des thèmes inspirés de la littérature et du fantastique, de la mythologie et des contes russes, qu'il traite en de grandes fresques, remarquables par la vision imaginative qui s'en dégage. C'est ainsi qu'en 1885 Vroubel entreprend d'illustrer Le Démon du poète Lermontov, dont l'image hantera de plus en plus son esprit et dominera toute son œuvre en lui imprimant la marque du tragique de la solitude. Le cycle des Démons s'achève en 1902 par Le Démon terrassé qui coïncide avec l'apparition de troubles mentaux chez son auteur. Ceux-ci ne laisseront que peu de répit à l'artiste, qui finit par mourir tragiquement après avoir perdu la vue.

Pan, M. A. Vroubel

Pan, M. A. Vroubel

photographie

Mikhaïl Alexandrovitch VROUBEL, Pan, 1899, huile sur toile. Galerie Tretiakov, Moscou. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Comme la plupart des peintres de son époque, Vroubel applique son art au décor théâtral : on lui doit notamment les décors de trois opéras de Rimski-Korsakov (Sadko, La Fiancée du tsar, Le Dit du tsar Saltan) créés à l'opéra privé de Mamontov. Il ne reste pas non plus à l'écart du mouvement du renouveau de l'art populaire russe : en 1899-1900, il dirige l'atelier de céramique créé par Mamontov dans sa propriété d'Abramtsevo, foyer où se regroupent les meilleurs artistes de l'époque. À l'époque stalinienne, Vroubel est taxé de « peintre décadent et mystique ». Pourtant, bien qu'il ne formule pas de nouveau vocabulaire pictural ni ne fonde d'école, Vroubel ouvre la voie aux expériences des générations suivantes qui le révérèrent pour ses recherches d'expression picturale.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  VROUBEL MIKHAÏL ALEXANDROVITCH (1856-1910)  » est également traité dans :

KALMAKOFF NICOLAS (1873-1955)

  • Écrit par 
  • Véronique SCHILTZ
  •  • 1 227 mots

Né à Nervi sur la côte ligure d'un père russe, général, et d'une mère italienne, ce peintre singulier fut dès son enfance nourri de fantastique par sa gouvernante allemande. Sorti en 1895 de la très aristocratique École impériale de droit de Saint-Pétersbourg, il n'en retient guère, mais pour la vie, que la raideur, une certaine morgue et le goût des duels. Plusieurs années durant, en Italie, un t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-kalmakoff/#i_1167

RÉPINE ILIA EFIMOVITCH (1844-1930)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 271 mots

Héros d'un groupe de peintres actifs en Russie à la fin du xix e  siècle, les Ambulants ( Peredvižniki ), dont l'ambition rejoint celle de Courbet, si l'on y ajoute une forte dose de nationalisme. En Europe occidentale comme en Russie, la « modernité » en peinture naît en effet d'une « crise du sujet » : en réaction contre l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ilia-efimovitch-repine/#i_1167

RUSSIE (Arts et culture) - L'art russe

  • Écrit par 
  • Michel ALPATOV, 
  • Olga MEDVEDKOVA, 
  • Cécile PICHON-BONIN, 
  • Andreï TOLSTOÏ
  •  • 18 894 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Un tournant radical à la fin du XIXe siècle »  : […] À la fin du xix e  siècle, la peinture russe subit de profonds changements. Peu à peu, elle se libère, s'affranchit du poids de la responsabilité et de la culpabilité dont elle s'était chargée et se tourne vers l’expression artistique plus que vers les idées. Cette évolution passe en partie par une utilisation de la création populaire, vue à trave […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-l-art-russe/#i_1167

Pour citer l’article

« VROUBEL MIKHAÏL ALEXANDROVITCH - (1856-1910) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mikhail-alexandrovitch-vroubel/