MARIESCHI MICHELE (1710 env.-1743)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Émule de Canaletto, Michele Marieschi commença par peindre des décors de théâtre, comme beaucoup de védutistes de son temps, puis des ports et des paysages dans le goût de Marco Ricci. On sait peu de choses de sa brève existence : après un séjour en Allemagne dont il revient en 1731, il se consacre aux vues de Venise qu'il peint avec délicatesse, en tonalités fraîches et brillantes et qu'il anime de silhouettes élégantes (Vue de Rialto, City Art Gallery, Bristol). Francesco Guardi en retiendra la vivacité et le brio. Graveur de grand talent, Marieschi publie en 1741 des Perspectives de Venise qui rendent heureusement la topographie, les architectures, la lumière même de la lagune, par un emploi habile des gris ou des blancs et le traitement modulé des ombres, témoignant d'une sensibilité déjà romantique.

—  Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MARIESCHI MICHELE (1710 env.-1743)  » est également traité dans :

GUARDI LES

  • Écrit par 
  • Terisio PIGNATTI
  •  • 2 551 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Francesco, un peintre de paysages »  : […] Les origines de ce dernier poète de la Venise du xviii e siècle que fut Francesco Guardi (Venise 1712-1793) ont été rattachées par la critique la plus récente au style capricieux des paysages de Michele Marieschi. Certaines vues de Venise, en effet, qui reproduisent exactement les estampes de Marieschi (Philadelphie, Johnson collection ; Baltimo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-guardi/#i_18049

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « MARIESCHI MICHELE (1710 env.-1743) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michele-marieschi/