FOOT MICHAEL (1913-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique britannique, Michael Foot dirigea le Parti travailliste (Labour Party) entre 1980 et 1983.

Fils d'un député libéral, né le 23 juillet 1913 à Plymouth, dans le Devon, Michael Mackintosh Foot est issu d'une famille profondément ancrée à droite. Après avoir étudié au Wadham College d'Oxford, il devient, en 1937, rédacteur en chef et chroniqueur (Tribune, Evening Standard). La vague de chômage généralisée qui touche alors le Royaume-Uni l'amène à se tourner vers le socialisme. Élu député travailliste, il siège au Parlement de 1945 à 1992, sauf entre 1955 et 1960. En 1974, Michael Foot devient l'un des principaux membres du gouvernement du Premier ministre Harold Wilson. Occupant pendant deux ans le poste de secrétaire d'État à l'Emploi, il doit mettre en place une législation complexe et controversée sur les syndicats. Président de la Chambre des communes de 1976 à 1979, sous le gouvernement de James Callaghan, il est chargé de maintenir l'unité du Parti travailliste. Après avoir été l'assistant du chef du Labour de 1976 à 1980, il prend la tête du parti en novembre 1980, face au candidat de l'aile droite, Denis Healey. Le verdict des urnes et l'orientation accrue du parti vers la gauche amènent certains travaillistes à quitter les rangs pour fonder, en janvier 1981, le Conseil pour la démocratie sociale, qui deviendra deux mois plus tard le Parti social-démocrate (Social Democratic Party). Après avoir obtenu des résultats catastrophiques lors des élections générales de juin 1983 face à Margaret Thatcher, Michael Foot annonce qu'il quitte la direction du parti, tout en conservant son siège au Parlement. Neil Kinnock lui succède en octobre de la même année.

Michael Foot s'est forgé une réputation de rebelle parmi les travaillistes. Excellent orateur, il défend de multiples causes dans des pamphlets et des articles, notamment celle du désarmement nucléaire (il fut l'un des membres fondateurs, en 1958, de l'association Campaign for nuclear disarmament). Allié de poids des syndicats britanniques, il est également partisan d'une forte augmentation des dépenses publiques et de la nationalisation des industries. Michael Foot signe, entre autres ouvrages, Aneurin Bevan, a Biography (1962-1973, 2 vol.) ainsi que des études sur de grands noms de la littérature tels que Jonathan Swift, Byron et H. G. Wells. Il meurt le 3 mars 2010 dans la banlieue londonienne de Hampstead.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  FOOT MICHAEL (1913-2010)  » est également traité dans :

CRÉMIEUX-BRILHAC JEAN-LOUIS (1917-2015)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 1 050 mots
  •  • 1 média

Homme de devoir, homme de savoir, homme de mémoire : cette triple qualification fut énoncée par le président de la République François Hollande, dans la cour d'honneur des Invalides, le 15 avril 2015, pour dire les mérites éminents de Jean-Louis Crémieux-Brilhac , ancien conseiller d'État en service extraordinaire. Le jeune officier évadé d'Allemagne, secrétaire du comité de propagande de la Franc […] Lire la suite

KINNOCK NEIL GORDON (1942- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 361 mots

Homme politique britannique, né le 28 mars 1942 à Tredegar, dans le sud du pays de Galles. Fils d'un mineur, Neil Gordon Kinnock étudie au University College de Cardiff, puis passe quatre années en tant qu'organisateur et professeur dans une association proposant des formations collectives aux ouvriers. En 1970, il est élu au Parlement pour la circonscription de Bedwellty. Il progresse alors rapi […] Lire la suite

Pour citer l’article

« FOOT MICHAEL - (1913-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-foot/