MEZZOGIORNO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'évolution de la politique d'intervention

L'évolution de la politique d'intervention en faveur du Sud apparaît à travers les diverses orientations qui ont commandé les investissements considérables faits sur 43,5 p. 100 du territoire italien par la Cassa, qui est soumise aux directives des Conseils des ministres depuis plus de trente ans.

En 1950, il lui faut assurer le succès de la réforme agraire et des bonifications. Jusqu'en 1957, 77 p. 100 des crédits (en plus de ceux, normaux, des ministères et des collectivités locales) vont à l'agriculture, que l'on modernise. On partage plus de un million d'hectares entre 45 000 fermes neuves. Les plaines sont drainées et irriguées, mais les échecs sont nombreux et les problèmes de l'emploi restent sans solution malgré 4 millions de départs vers le Nord et les grandes villes.

En 1957, une nouvelle loi affirme la nécessité de l'industrialisation du Midi sur des critères inspirés de l'économiste F. Perroux : création de pôles industriels où des investissements massifs doivent permettre à des « noyaux » puis à des « aires » plus larges de décoller. Il en va de même pour l'essor touristique et agricole, auquel on travaille sur les mêmes principes, en fonction des facteurs naturels, de la démographie et de l'amélioration des infrastructures. La Caisse aide la formation de consorzi (sociétés d'économie mixte) pour cogérer les zones industrielles et les nuclei (« noyaux »). L'ensemble des choix est approuvé en Conseil des ministres. Des lois successives, tenant compte de la réforme régionale, favorisent une meilleure planification et l'association plus étroite avec les milieux économiques et politique régionaux. Une cinquantaine de pôles et d'aires reçoivent des investissements massifs de l'État, des sociétés nationales et privées ainsi que des multinationales de la pétrochimie. Les « projets spéciaux » prennent en compte des espaces plus vastes mais le gouvernement apporte aussi des aides plus considérables aux petites et moyennes industries, créatrices d'emplois plus nombreux que les grosses implantations de la chimie ou de la sidérurgie. Car les méridionaux protestent contre la création des « cathédrales dans le désert » que sont les complexes métallurgiques de Tarente ou les complexes pétrochimiques de Augusta et de Gela en Sicile : des crédits énormes pour peu d'emplois et une dépendance totale vis-à-vis des directions et des marchés du Nord. Les meilleurs résultats sont obtenus dans les Pouilles, devenues la « Lombardie du Sud », en Campanie tout autour de Naples (automobile, aviation, électronique, etc.), dans le sud du Latium, les bassins et le littoral des Abruzzes, les zones de Cagliari et du Tirso en Sardaigne.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'Institut de géographie de l'université d'Aix-Marseille-II

Classification

Autres références

«  MEZZOGIORNO  » est également traité dans :

ABRUZZES

  • Écrit par 
  • Robert BERGERON
  •  • 811 mots
  •  • 1 média

Située dans le centre-est de l'Italie, couvrant une superficie de 10 794 kilomètres carrés, la région des Abruzzes renferme les montagnes les plus élevées et les moins facilement pénétrables de la péninsule ; l'Apennin y atteint sa puissance maximale. Les chaînons massifs de calcaires, faillés et soulevés, du Pliocène, encadrent de hauts plateaux et des bassins d'effondrement, synclinaux comme la […] Lire la suite

BARI

  • Écrit par 
  • Robert BERGERON
  •  • 690 mots
  •  • 2 médias

Capitale de la Pouille. Située sur un éperon séparant le vieux port et le nouveau, la cité de Barium est peu importante dans l'Antiquité. Siège d'un gastald lombard, elle est occupée en 847 par des musulmans qui en font la capitale d'un petit émirat. L'empereur franc Louis II les chasse et, en 875, Bari passe sous la domination de Byzance : elle est la résidence du stratège de Langobardie, puis d […] Lire la suite

BASILICATE

  • Écrit par 
  • Robert BERGERON
  •  • 611 mots
  •  • 1 média

Petite région du sud de l'Italie (9 992 km 2 ), la Basilicate, ou Lucanie, comprend, à l'ouest, une partie de l'Apennin, formée de calcaire dans le Sud (Sirino 2 005 m, Pollino 2 271 m), de flysch et de schistes dans le Nord, avec des reliefs moins élevés, parfois aérés de bassins. Ces montagnes, au climat rude, ont été largement déboisées et occupées par une céréaliculture pauvre et des pâturages […] Lire la suite

CALABRE

  • Écrit par 
  • Robert BERGERON
  •  • 880 mots
  •  • 2 médias

Péninsule montagneuse du sud de l'Italie, la région de Calabre (15 080 km 2 ) se distingue du reste de l'Appenin par la nature des roches. Au nord, à la limite de la Basilicate, le Pollino (2 248 m) est le dernier massif calcaire. En allant vers le sud, puis au-delà du fossé du Crati, l'ossature de la Calabre se compose de horsts métamorphiques sujets aux séismes : chaîne côtière, massif de La Si […] Lire la suite

CAMPANIE, géographie

  • Écrit par 
  • Robert BERGERON
  •  • 880 mots
  •  • 1 média

Région la plus peuplée d'Italie (5 811 390 hab. en 2008) après la Lombardie, la Campanie n'est que la douzième par la surface (13 600 km 2 ). Très riche en souvenirs historiques, elle se montre très active, mais connaît, cependant, dans son ensemble de graves problèmes. Une parcellisation excessive entrave le développement de l'agriculture, tandis que l'industrie alimentaire est le fait de trop p […] Lire la suite

GIOLITTI GIOVANNI (1842-1928)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 823 mots

Homme d'État italien, né le 22 octobre 1842 à Mondoví (royaume de Sardaigne, auj. Italie), mort le 17 juillet 1928 à Cavour (Italie). Diplômé en droit de l'université de Turin en 1860, Giovanni Giolitti intègre la fonction publique, où, vingt années durant, il se forge une solide expérience en tant qu'inspecteur général des Finances, puis secrétaire général de la Cour des comptes, puis conseiller […] Lire la suite

ITALIE - Géographie

  • Écrit par 
  • Dominique RIVIÈRE
  •  • 9 061 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Une jeunesse toute relative »  : […] La démographie fut longtemps une dimension de la question méridionale. En particulier, si l'émigration italienne a touché toute la péninsule, c'est dans le Sud que ses conséquences furent les plus fortes et les plus longues, car étalées sur plusieurs générations – ses revenus furent réinvestis dans la formation de micropropriétés, l'épargne (qui alimenta la croissance du Nord), plus récemment le […] Lire la suite

ITALIE - La vie politique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES, 
  • Marc LAZAR
  • , Universalis
  •  • 31 399 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La Ligue lombarde »  : […] Le phénomène le plus marquant de ces dernières années est effectivement le triomphe obtenu en Italie du Nord par une formation ambiguë, la Ligue lombarde. Créée par Umberto Bossi comme un mouvement de défense de la spécificité lombarde, de ses traditions historiques, de son idiome et de sa culture, la Ligue lombarde apparaît pour la première fois au niveau national lors des élections de 1987. Su […] Lire la suite

ITALIE, économie

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX, 
  • Siro LOMBARDINI, 
  • Janine MENET-GENTY
  •  • 13 163 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Europe »  : […] Beaucoup d'Italiens ont espéré une solution européenne : le pays étant fortement décentralisé et l'autonomie des vingt régions relativement forte, la création d'une Europe des régions permettrait d'éviter la coupure traditionnelle Nord-Sud. La Lombardie, le Piémont, la Ligurie, l'Émilie-Romagne sont au niveau des Länder d'Allemagne, de l'Île-de-France et du Benelux pour le PIB et le niveau de pouv […] Lire la suite

NAPLES

  • Écrit par 
  • Pascale FROMENT, 
  • Dominique RIVIÈRE
  •  • 5 364 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le principal centre industriel du Midi italien »  : […] Naples doit également faire face à une nouvelle donne au niveau de l'industrialisation. Au moment de l'unité, elle n'avait pas les atouts de Milan ou de Turin, mais elle possédait une riche tradition artisanale liée à la cour et elle avait été le lieu d'innovations technologiques majeures grâce à la politique de prestige menée par les Bourbons. Dès 1839, le premier chemin de fer italien fut ouvert […] Lire la suite

Les derniers événements

3-26 avril 2005 Italie. Victoire de l'opposition lors d'élections régionales partielles et nouveau gouvernement Berlusconi

La création d'un ministère voué au développement du Mezzogiorno (Italie du Sud) constitue le principal gage accordé à ses alliés. Le 26, Silvio Berlusconi présente un programme de gouvernement axé sur la baisse des impôts sur les sociétés, le relèvement du pouvoir d'achat des familles et l'aide économique au Sud.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre GABERT, « MEZZOGIORNO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mezzogiorno/