MÉTALANGUE & MÉTALANGAGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Toute science est tentée de se constituer un savoir sur les outils qu'elle emploie : dès lors que l'on parle, dans n'importe quel langage, sur un autre langage, il y a un phénomène de métalangage. Lorsque ce langage second est organisé lui-même et forme un tout, c'est une métalangue. Si Hilbert a nettement constitué la métamathématique, si les logiciens sont conscients des problèmes que pose pour la validité de leurs systèmes formels le recours obligatoire à la notion de métalogique, la question devient particulièrement épineuse lorsqu'il s'agit de parler, avec la langue usuelle, de la langue, celle qu'étudie la linguistique. Il ne faut pas confondre, en effet, l'usage métalinguistique de la langue, dans telle ou telle de ses parties, avec une métalangue proprement dite : qu'un énoncé tel que « Pierre, qui est un prénom masculin, est venu me voir ce matin » soit impossible, tout le monde voit bien pourquoi. C'est pour les mêmes raisons que ces jeux de mots d'écoliers du Moyen Âge étaient absurdes : Mus rodit caesum, mus est syllaba, ergo syllaba rodit caesum (« La souris mange le fromage, mus est une syllabe, donc une syllabe mange le fromage ») ; on n'a pas le droit, dans le raisonnement, de faire conjointement usage du signifiant comme signe et comme partie du signe.

En contrepartie, l'autonymie est un procédé tout à fait ordinaire de la langue et Jakobson y a reconnu une des fonctions du langage, la fonction métalinguistique précisément : lorsqu'on dit, par exemple, « Lamartine emploie reine des nuits pour désigner la lune », on utilise non une expression liée à un contenu, comme dans les signes ordinaires, mais une expression liée à un ensemble expression-contenu, soit un signe. Toutes les unités discrètes peuvent se prêter à un emploi autonymique (« ses r sont grasseyés », « le suffixe ble exprime une modalité », « un tiens vaut mieux que deux tu l'auras », etc.). On aurait cependant intérêt, pour balayer toutes les confusions et, notamment, pour ne pas se laisser aller à un usage abusif de la notion de métalinguistique, qui ne serait que triviale dans ce sens [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MÉTALANGUE & MÉTALANGAGE  » est également traité dans :

ART (Le discours sur l'art) - Sémiologie de l'art

  • Écrit par 
  • Louis MARIN
  •  • 3 561 mots

Une sémiologie de l'art engage son existence et la nature de ses fondements dans sa prétention à la scientificité : dans la mesure où elle est langage de quelque chose (du visible) qui n'est peut-être pas langage, ou, en tout cas, qui l'est autrement ; dans la mesure aussi où elle est langage sur ce qui doit nécessairement rester en dehors du champ du la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-le-discours-sur-l-art-semiologie-de-l-art/#i_33910

BILINGUISME INDIVIDUEL

  • Écrit par 
  • François GROSJEAN
  •  • 4 267 mots

Dans le chapitre « Les effets du bilinguisme  »  : […] Les premières études au début du xx e  siècle ont produit des résultats particulièrement négatifs chez les enfants bilingues (ils réussissaient beaucoup moins bien les tests linguistiques et cognitifs que les enfants monolingues), alors qu'à partir des années 1960 les résultats ont commencé à s'inverser en faveur des premiers. Ces résultats contra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bilinguisme-individuel/#i_33910

CODE, linguistique

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 562 mots

La langue n'est qu'une variété de code, soit un ensemble préarrangé de signaux. Les linguistes ont souvent exploité la ressemblance qu'il y avait entre tout processus de communication (y compris lorsque émetteur et/ou récepteur sont des machines) et le langage. Ainsi, on suppose l'existence d'une mémoire dans laquelle sont stockées toutes les formes auxquelles il est possible d'accéder lors de l'o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/code-linguistique/#i_33910

CULIOLI ANTOINE (1924-2018)

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 815 mots

Linguiste français, Antoine Culioli est né le 4 septembre 1924 à Marseille. Après avoir intégré l’École normale supérieure en 1944, il obtient l’agrégation d’anglais en 1948. Titulaire d’un doctorat d’État consacré à l’étude du subjonctif et de la coordination en moyen anglais, il est nommé en 1960 professeur à la Faculté des lettres de Paris (Sorbonne), puis participe en 1970 à la fondation de l’ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-culioli/#i_33910

DICTIONNAIRE

  • Écrit par 
  • Bernard QUEMADA
  •  • 7 981 mots

Dans le chapitre « Dictionnaires monolingues et dictionnaires plurilingues »  : […] Le dictionnaire met en rapport deux ensembles d'unités lexicales ou d'éléments de discours, l'un servant à informer sur l'autre et à l'expliciter. Lorsque ces ensembles appartiennent à des langues différentes, ils peuvent assumer ces fonctions à tour de rôle dans des versions réciproques. Le premier ensemble est constitué par tous les items de la nomenclature (entrées dictionnairiques, à distingue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dictionnaire/#i_33910

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 313 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Carnap et la conception linguistique de la logique »  : […] Il était indispensable de préciser les rapports complexes ee Quine avec la tradition kantienne pour éviter certains malentendus dans l'interprétation de sa controverse avec Carnap. Nous sommes en mesure maintenant d'examiner les principaux arguments qui ont été proposés en faveur d'une conception linguistique ou analytique de la logique. Un premier argument, qui avait été avancé par Wittgenstein, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empirisme/#i_33910

FORMALISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 5 002 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Logique et mathématique »  : […] Cela ne signifie pas qu'il n'y ait aucun moyen de distinguer rigoureusement entre axiomes « logiques » et axiomes « mathématiques ». Cette distinction est une question d'interprétation du système formel, c'est-à-dire de construction d'un modèle, ensemble d'objets mathématiques qui peuvent être mis en correspondance avec les symboles et les formules du système. À la suite des travaux de l'école pol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formalisme/#i_33910

HARRIS ZELLIG SABBETAI (1909-1992)

  • Écrit par 
  • Morris SALKOFF
  •  • 1 063 mots

La recherche de Zellig Sabbetai Harris est intimement liée aux travaux de l'école américaine d'analyse distributionnelle qui a élaboré son programme pour la linguistique dans les années 1930 et 1940, sous l'impulsion de E. Sapir et L. Bloomfield. Ce dernier avait proposé d'abstraire de la phrase des unités définies formellement et qui serviraient à décrire les rapports observés entre les diverses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zellig-sabbetai-harris/#i_33910

HJELMSLEV LOUIS TROLLE (1899-1965)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 694 mots
  •  • 1 média

Linguiste danois, animateur du cercle linguistique de Copenhague, Louis Hjelmslev se situe dans la perspective structurale issue de l'enseignement de Ferdinand de Saussure. Sa théorie « glossématique » constitue un approfondissement et une tentative de formalisation de la plupart des concepts de ce dernier. Il retient, en effet, du Cours de linguistique générale les deux po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-trolle-hjelmslev/#i_33910

MODÈLE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Sylvanie GUINAND, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Noël MOULOUD, 
  • Jean-François RICHARD, 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 24 440 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le rapport de la théorie et de ses modèles »  : […] Les fonctions multiples des modèles qu'on vient d'évoquer expliquent certaines divergences de l'épistémologie au sujet de leur statut. La doctrine positiviste est portée à insister de préférence sur les aspects de l'artifice utile ou de l'instrument provisoire. Elle refuse, en effet, les interprétations réalistes de la connaissance : celle-ci est à ses yeux une transcription des données sensibles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modele/#i_33910

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « Grammaire, logique et théologie »  : […] Contrairement à ce que suggère le mot d'ordre bonaventurien de reductione artium ad theologiam , l'interdépendance des disciplines, tout particulièrement des arts du langage et de la théologie, ne signifie pas que la logique médiévale n'ait eu qu'une fonction de « servante » ( philosophia ancilla theologiae ). Au vrai, la réflexion théologique est si peu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_33910

PORT-ROYAL GRAMMAIRE DE

  • Écrit par 
  • Michel BRAUDEAU
  •  • 1 030 mots

De 1644 à 1660, Claude Lancelot, professeur aux Petites Écoles de Port-Royal des Champs rédige une série de grammaires (latine, grecque, italienne, espagnole) qui instaurent une importante réforme dans l'enseignement des langues et entraîneront un grand bouleversement épistémologique. Jusqu'alors les manuels d'enseignement des langues énonçaient les règles de grammaire et les illustraient d'exemp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaire-de-port-royal/#i_33910

PREUVE, épistémologie

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 3 341 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La proposition et le fait »  : […] Le problème, énoncé déjà par les sceptiques au sujet de la représentation, est celui de la confrontation de deux domaines apparemment sans commune mesure. Popper le pose en ces termes : « Que pouvons-nous signifier si nous disons d'une assertion qu'elle correspond aux faits (ou à la réalité) ? Quand nous nous rendons compte que cette correspondance n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preuve-epistemologie/#i_33910

VÉRITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Antonia SOULEZ
  •  • 10 663 mots

Dans le chapitre « L'antinomie de la vérité »  : […] L'utilisation du mot de vrai dans les langues naturelles, dont la syntaxe et la sémantique sont loin de toujours satisfaire aux exigences d'une stricte logique, a suscité des difficultés pouvant aller jusqu'à l'antinomie. La plus célèbre est l'antinomie dite du menteur. Depuis qu'elle a été formulée par Eubulide de Mégare, elle a été reprise pour l'essentiel, sous une multitude de formes, qui ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verite/#i_33910

Pour citer l’article

Robert SCTRICK, « MÉTALANGUE & MÉTALANGAGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/metalangue-et-metalangage/