MENNONITES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Migrations mennonites

Pacifistes, les mennonites refusent, en théorie, de porter les armes et de prêter serment. Combinée avec d'autres traits culturels et sous l'influence d'autres facteurs, cette attitude les a obligés à de nombreuses migrations. Au xviie siècle, certains d'entre eux allèrent se fixer en Russie. Mais leur déplacement le plus important a eu lieu, dès les xviie et xviiie siècles, et surtout au xixe, vers l'Amérique du Nord (Canada et États-Unis). Actuellement, près d'un tiers de leurs effectifs (environ 230 000 sur près de 645 000 en 1980) habitent cette partie du monde. Ils y sont groupés en un certain nombre de « conférences » plus ou moins conservatrices, en particulier pour ce qui est des formes de la non-mondanité. On y rencontre les mennonites les plus résolument conservateurs, les amish, qui refusent toute forme de contacts, même ecclésiastiques, avec les autres mennonites. Leur habillement particulier a été popularisé par la photographie. D'autres mennonites moins conservateurs, d'origine russe, ont retenu l'attention des observateurs par leurs méthodes de colonisation agricole et les formes de leur vie sociale.

En 1980 et à la suite d'efforts missionnaires en provenance d'Europe, mais surtout d'Amérique du Nord, il existait plus de 90 000 mennonites africains, et près de 95 000 en Asie. L'Europe et l'U.R.S.S. en comptaient 95 500 (2 000 environ en France).

Les mennonites, persécutés, puis vivant volontairement à l'écart du monde, ont surtout, dans l'histoire, une réputation de grande honnêteté, de souci du travail bien fait, de progressisme agricole, de charité agissante et d'hospitalité généreuse. La recherche actuelle tend à leur reconnaître un rôle particulier dans l'expérimentation des formes de vie en commun qui ont abouti, par des cheminements divers, au coopératisme.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres et sciences humaines, maître de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  MENNONITES  » est également traité dans :

BAPTISME

  • Écrit par 
  • Jean SÉGUY
  •  • 1 083 mots

Dans le chapitre « Le baptisme anglais »  : […] D'une façon plus précise, le baptisme caractérise la réforme radicale du xvi e  siècle et un mouvement anglais du début du xvii e  siècle, lié d'ailleurs à certains groupes du radicalisme continental du siècle précédent. Au sens strict, les anabaptistes sont les premiers baptistes. On peut en dire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baptisme/#i_19346

CHACO

  • Écrit par 
  • Simone DREYFUS-GAMELON, 
  • Romain GAIGNARD
  •  • 2 807 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une région convoitée »  : […] Les Espagnols remontant le Paraná cherchaient un accès direct aux régions minières andines. Deux promontoires de grès, dominant depuis la rive gauche la plaine du Chaco, fixèrent le site d'Asunción et de Corrientes. Mais, dès le xvii e  siècle, les colonisateurs durent se résigner à l'échec : malgré le succès de plusieurs expéditions, il s'avéra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chaco/#i_19346

SMYTH ou SMITH JOHN (1565 env.-1612)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 210 mots

Fondateur de la première assemblée du baptisme anglais, John Smyth étudia la théologie à Cambridge à partir de 1586. Devenu ministre de l'Église d'Angleterre, puis prédicateur puritain en 1602, il se laisse gagner aux idées de Robert Browne (1550-1636), le « père du congrégationalisme ». En 1603, il rejoignit la communauté séparée de Gainsborough. En octobre 1607, il émigra à Amsterdam avec Thomas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/smyth-smith/#i_19346

Pour citer l’article

Jean SÉGUY, « MENNONITES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mennonites/