MÉLISSUS ou MÉLISSOS (Ve s. av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe grec né à Samos, en Ionie. Mélissos commande la flotte saméenne lorsqu'elle l'emporte sur la flotte athénienne en ~ 442. Disciple de Parménide (Diogène Laërce, IX, 24), il s'est attaché comme Zénon, mais sans utiliser sa méthode paradoxale de réfutation, à défendre les thèses éléates contre les partisans d'une pluralité d'étants en mouvement. Dans son traité Sur la nature ou sur l'être, dont Simplicius a fait une paraphrase d'après laquelle on reconstitue une dizaine de fragments, il soutient que « ce » qui est, ou le « tout », est éternel, en vertu du principe que « rien ne peut provenir de rien » (fragment 1, Diels et Krank). De cette infinité temporelle, non seulement présente comme chez Parménide (fr. 8, 5, D.K.), mais aussi passée et future, il déduit l'infinité spatiale, ou « illimitation » (fr. 2, 3, 4), par un raisonnement dont Aristote lui fait grief comme d'une grossière faute de logique (Réfutations sophistiques, 5, 167 b, 13 sq.), aggravée d'une confusion de mots (ibid., 6, 168 b, 35 sq.).

Les autres attributs éléatiques (unité, homogénéité, immutabilité et immobilité) sont ensuite déduits de ce même principe de provenance qui est aussi principe de permanence ; Mélissos dénonce ainsi l'impossibilité de ce « rien » qu'est le vide requis pour le mouvement, et l'absence de « rectitude » des perceptions sensibles, qui font croire en une pluralité changeante. À la sphère éternellement présente de l'être parménidéen Mélissos substitue finalement un « quelque chose » d'incorporel et d'illimité, et cette défense des thèses éléates pourrait — comme le suggère une analyse précise du traité pseudo-aristotélicien Sur Mélissus, Xénophane et Gorgias, qui s'achève sur un exposé du traité De la nature ou du non-être de Gorgias — ouvrir déjà, par ses infidélités à Parménide, une brèche dans l'identité de l'être.

—  Barbara CASSIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MÉLISSUS ou MÉLISSOS ( V e s. av. J.-C.)  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 115 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les présocratiques »  : […] La philosophie n'est pas née à proprement parler en Grèce, mais dans les colonies grecques d'Asie Mineure. C'est à Milet qu'une lignée de physiciens, souvent appelés ioniens en raison de leur origine, commencent à spéculer, dès le début du vi e  siècle avant J.-C., sur la nature profonde des choses, c'est-à-dire sur ce qui, derrière les apparences […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-naissance-de-la-philosophie/#i_8810

Pour citer l’article

Barbara CASSIN, « MÉLISSUS ou MÉLISSOS (Ve s. av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/melissus-melissos/