MEGANDER GASPARD GROSSMANN dit (1495-1545)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théologien zurichois, partisan de Zwingli dès 1522, Megander participe aux débats qui, dans sa ville natale, opposent les zwingliens aux catholiques, puis aux anabaptistes. Après la dispute de Berne, en 1528, il reste dans cette ville avec ses compatriotes, Pellicanus et Hofmeier, pour y travailler à l'établissement de la Réforme. Aux côtés de Berthold Haller, il prend part au colloque de Zofingen (1532), important pour l'histoire de l'anabaptisme en Suisse. Mais, zwinglien strict, il entre en conflit avec les Bernois : après une première réconciliation, grâce à W. Capiton, en 1532, il s'éloigne en 1537. Il reste, en effet, opposé à la théologie médiatrice de Bucer et de ses partisans en matière de théologie des sacrements. Il participe en 1536 à la dispute de Lausanne. Après les synodes de 1537, il refuse de corriger un catéchisme rédigé en 1536 sur le modèle de celui de Leo Jud.

Megander a édité, avec Leo Jud, des annotations de Zwingli sur divers livres bibliques (sur la Genèse et l'Exode en 1527 ; sur l'épître aux Hébreux et la première lettre de Jean en 1539). Il a commenté lui-même les épîtres de Paul aux Galates (1533), aux Éphésiens (1534), à Timothée et à Tite (1535), avant de se retirer à Zurich.

—  Bernard ROUSSEL

Écrit par :

  • : professeur à la faculté protestante de théologie de Strasbourg

Classification

Pour citer l’article

Bernard ROUSSEL, « MEGANDER GASPARD GROSSMANN dit (1495-1545) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/megander/