KLINGER MAX (1857-1920)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Graveur allemand qui s'adonna aussi à la peinture et à la sculpture. L'art graphique de Klinger, après avoir été extrêmement goûté du vivant de l'artiste, connaît aujourd'hui un regain d'intérêt. Cet œuvre graphique est monumental, il comprend essentiellement une quinzaine de séries qui comportent de dix à quarante-six planches chacune. Un style majestueux, un goût de grandiose qui s'apparente au symbolisme, mêlé de romantisme, de la fin du xixe siècle, une iconographie inquiétante, dramatique, mystérieuse, rendent convaincante la revalorisation dont il est l'objet aujourd'hui. On reconnaît aussi l'influence très importante de Klinger sur les expressionnistes, en particulier Edvard Munch, Kubin et Käthe Kollwitz, qui ne cacha jamais son admiration pour le maître et s'inspira de son style emphatique pour l'adapter à une iconographie nouvelle. Les surréalistes aussi ont vu en Klinger un de leurs précurseurs ; son iconographie, la puissance évocatrice de ses scènes ont permis de le comparer à Chirico ; par sa maîtrise technique de la gravure, il évoque Goya.

—  Michel MELOT

Écrit par :

  • : directeur de la bibliothèque publique d'information, Centre Georges-Pompidou

Classification


Autres références

«  KLINGER MAX (1857-1920)  » est également traité dans :

MUNCH EDVARD (1863-1944)

  • Écrit par 
  • Hans BISANZ, 
  • Frank CLAUSTRAT
  •  • 1 793 mots

Dans le chapitre « France et Allemagne »  : […] Dès 1885, Munch avait commencé trois tableaux qui annoncent La Frise  : La Jeune Fille malade (en souvenir de sa sœur), Le Jour d'après et Puberté . Dans ces trois tableaux, qui furent en partie détruits puis reconstitués, la scène d'intérieur est débarrassée de la mièvrerie du réalisme bourgeois. En 1885, au cours de son premier séjour à Paris, qui avait duré trois semaines, Munch s'était intéres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edvard-munch/#i_306

ŒUVRE D'ART TOTALE

  • Écrit par 
  • Philippe JUNOD
  •  • 8 393 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « De la musique avant toute chose » »  : […] Ce vers célèbre de l' Art poétique (1882) de Paul Verlaine (1844-1896) nous rappelle que la musique, depuis le romantisme, jouait le rôle d'art pilote, comme l'architecture ou l'orfèvrerie au Moyen Âge, voire l'art des jardins au xviii e  siècle. Tieck, Hoffmann, Eichendorf, Schopenhauer, Walter Pater (1839-1894) ou Appia ont successivement affirmé la prééminence de la musique, de même que les sy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvre-d-art-totale/#i_306

PEINTURE MÉTAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 2 222 mots

Dans le chapitre « L'aventure métaphysique »  : […] Chirico fut le premier à se lancer dans cette voie ; dès 1910, il crée, à contre-courant de toutes les tendances de l'art moderne, une œuvre dont, plus tard, Carrà et Morandi se réclamèrent avec passion. Né en 1888, à Volo, en Grèce, où son père, ingénieur italien, avait été chargé de construire un réseau de chemins de fer, Chirico entre, en 1900, à l'Institut polytechnique d'Athènes ; il y fréque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-metaphysique/#i_306

Pour citer l’article

Michel MELOT, « KLINGER MAX - (1857-1920) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-klinger/