PERUTZ MAX FERDINAND (1914-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Max Perutz, Prix Nobel de chimie 1962, est né à Vienne (Autriche) le 19 mai 1914. À partir de 1936, il réside à Cambridge (Angleterre) et c'est là qu'il réalise les travaux qui fondent la cristallographie des protéines et lui valent le Nobel. Issu d'une famille juive établie dans l'industrie textile, le jeune Perutz s'est orienté vers la chimie à l'université de Vienne, puis au Cavendish Laboratory de Cambridge. Peu après son arrivée en Angleterre, la prise de pouvoir des nazis à Vienne force sa famille à l'exil et le prive de toute ressource. Une bourse de la Fondation Rockefeller permet néanmoins à Sir Lawrence Bragg de garder Perutz auprès de lui jusqu'à la fin de la guerre. En 1947, le Medical Research Council (MRC) britannique crée une unité de recherche pour Perutz et John Cowdery Kendrew, qui partagera le Nobel avec lui. Entre-temps, Perutz a soutenu sa thèse et connu pendant quelques mois l'internement en tant que « ressortissant d'une puissance ennemie », une période de sa vie qu'il décrit avec humour dans La Science est-elle nécessaire ?

Mondialement connue depuis que Francis Crick et James Watson y ont découvert, en 1953, la structure en double hélice de l'ADN, l’unité du MRC s'installe, en 1962, à la périphérie de Cambridge et devient le Laboratory of Molecular Biology (L.M.B.), qui sera une pépinière de prix Nobel et l'un des centres où naît la biologie moderne. Perutz a dirigé le L.M.B. jusqu'en 1979, et il a continué d'y travailler activement jusqu'à son décès le 6 février 2002. Son dernier article scientifique, paru peu après sa mort, résume une carrière longue et exemplaire, consacrée entièrement à l'étude des protéines, à l'exception de quelques travaux sur les glaciers que Perutz associe au plaisir de retrouver les montagnes du Tyrol lors de séjours en famille ou des réunions scientifiques qu'il y organise souvent.

En 1936, le Cavendish Laboratory est le centre de la radiocristallographie, méthode de détermination des [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : directeur de laboratoire, professeur de biophysique à l'université de Paris-Sud, Orsay

Classification


Autres références

«  PERUTZ MAX FERDINAND (1914-2002)  » est également traité dans :

KENDREW sir JOHN COWDERY (1917-1997)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 327 mots
  •  • 1 média

Biochimiste britannique né le 24 mars 1917 à Oxford et mort le 23 août 1997 à Cambridge, sir John Cowdery Kendrew effectue des études de chimie à l'université de Cambridge puis, pendant la Seconde Guerre mondiale, travaille dans un centre de recherche du ministère de la guerre à la mise au point du radar. Après la guerre, il revient à Cambridge, où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kendrew-sir-john-cowdery/#i_19805

MODÈLE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Sylvanie GUINAND, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Noël MOULOUD, 
  • Jean-François RICHARD, 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 24 440 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Au niveau de la molécule »  : […] Au niveau de la molécule, le modèle de structure est une construction géométrique qui figure l'arrangement dans l'espace des atomes ou groupes d'atomes dont est constituée la molécule. Les liaisons interatomiques et les angles que font entre elles ces liaisons étant calculées par ailleurs sur des molécules plus simples, le modèle est édifié à part […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modele/#i_19805

PROTÉINES

  • Écrit par 
  • Yves BRIAND, 
  • Philippe BRION, 
  • René LAFONT, 
  • Jean-Claude MEUNIER, 
  • Pierre VIGNAIS
  •  • 20 685 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'organisation tridimensionnelle des protéines »  : […] Découverte en 1912, la diffraction des rayons X n'aborde avec succès les protéines que dans les années 1930, à la suite destravaux théoriques de William et Lawrence Bragg. Toutefois, dès la fin des années 1920, des études réalisées par William Astbury démontrent qu'une protéine fibreuse, telle que la kératine, diffracte les rayons X et est de ce f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proteines/#i_19805

RAYONS X

  • Écrit par 
  • André GUINIER
  •  • 5 996 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Diffusion cohérente »  : […] Dans le cas de la diffusion sans changement de longueur d'onde, tous les atomes de la matière forment une ensemble de sources cohérentes dont les radiations peuvent interférer. Or les distances entre atomes dans les systèmes condensés sont du même ordre de grandeur que la longueur d'onde des rayons X. Grâce à ces conditions favorables, des phénomèn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayons-x/#i_19805

Pour citer l’article

Joël JANIN, « PERUTZ MAX FERDINAND - (1914-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-ferdinand-perutz/