RÁKOSI MÁTYÁS (1892-1971)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hommepolitique hongrois, né le 14 mars 1892 à Ada (Vojvodine, Autriche-Hongrie, auj. en Serbie), mort le 5 février 1971 à Gorki (auj. Nijni Novgorod), en Russie.

Mátyás Rákosi adhère très tôt au Parti social-démocrate hongrois. Prisonnier de guerre en Russie pendant la Première Guerre mondiale, il revient en Hongrie en 1918, converti à l'idéologie communiste. Membre du gouvernement communiste de Béla Kun (1919), il s'enfuit à Moscou lorsque les forces contre-révolutionnaires triomphent en Hongrie. Moscou le renvoie dans son pays natal en 1924 pour réorganiser le Parti communiste hongrois. Il est arrêté par les autorités l'année suivante et condamné en 1927 à huit ans et demi d'emprisonnement, à compter de sa date d'arrestation. Après avoir purgé sa peine, il est arrêté une nouvelle fois et condamné à la prison à perpétuité en 1934. Il est cependant autorisé à partir à Moscou en 1940, échangé par Budapest contre des drapeaux pris par les Russes aux Hongrois en 1849. Rentré au pays en 1945 avec les troupes soviétiques, Rákosi devient le secrétaire général du Parti communiste hongrois, transformé en Parti des travailleurs hongrois en 1948. Avec l'aide de la toute nouvelle police politique (A.V.O.), il concentre bientôt le pouvoir politique entre ses mains. Celui qui se définit lui-même comme « le meilleur disciple hongrois de Staline » est le chef incontesté du parti de 1949 à 1953, fonction qu'il cumule à partir de 1952 avec celle de président du Conseil. Contraint, après la mort de Staline, d'abandonner la présidence du Conseil au réformateur Imre Nagy en juillet 1953, Rákosi conserve néanmoins la direction du parti et parvient à renvoyer Nagy en 1955. Un succès de courte durée, car il est lui-même écarté l'année suivante par Moscou de toute responsabilité au parti : Khrouchtchev tente ainsi d'apaiser Tito dont Rákosi avait provoqué la colère lors des purges organisées dès 1949 contre les communistes, tel László Rajk, accusés de connivence avec le régime yougoslave. L'asservissement de Rákosi à l'orthodoxie stalinienne et à Moscou en font un personnage largement impopulaire, condamné à s'enfuir une nouvelle fois en U.R.S.S. lorsque la révolution éclate à Budapest en octobre 1956. C'est dans ce pays qu'il apprendra son exclusion du parti, en 1962, et qu'il finira ses jours.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  RÁKOSI MÁTYÁS (1892-1971)  » est également traité dans :

DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 8 416 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La libéralisation (1953-1956) »  : […] La nouvelle politique mise en œuvre suivant le modèle soviétique prévoit un développement de la production des biens de consommation et une aide plus grande à l'agriculture. Corrélativement, on assiste à un relâchement de la coercition au niveau des institutions politiques : l'accent est mis sur le respect de la légalité, des droits des citoyens et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/democraties-populaires/#i_23262

GERÖ ERNÖ (1898-1980)

  • Écrit par 
  • Pierre KENDE
  •  • 1 474 mots

Né et mort à Budapest, Ernö Gerö (de son vrai nom, Singer) fut un représentant typique de la seconde génération du Komintern, celle qui est venue aux affaires après l'éviction des chefs historiques du bolchevisme première manière. Son nom est toutefois associé, avant tout, à l'insurrection populaire hongroise de 1956 qu'il est censé avoir provoquée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erno-gero/#i_23262

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 150 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La mise en place de la domination communiste »  : […] Dès l'automne de 1944, les Soviétiques, s'emparant de l'est et du nord-est de la Hongrie, s'emploient à y constituer un rassemblement politique antiallemand et antifasciste avec l'aide des personnalités de gauche et des généraux ayant déserté l'alliance allemande. Sous l'impulsion des communistes moscovites arrivés avec les troupes soviétiques et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hongrie/#i_23262

Pour citer l’article

« RÁKOSI MÁTYÁS - (1892-1971) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/matyas-rakosi/