MAROC

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRoyaume du Maroc (MA)
Chef de l'Étatle roi Mohammed VI (depuis le 23 juillet 1999)
Chef du gouvernementAziz Akhannouch (depuis le 7 octobre 2021)
CapitaleRabat
Langues officiellesarabe, tamazight (langue berbère) 2
Note : Selon les amendements à la Constitution adoptés par référendum en juillet 2011
Unité monétairedirham marocain (MAD)
Population35 731 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)410 000

Le Maroc depuis Mohammed VI

Le 30 juillet 1999, Mohammed VI monte sur le trône du royaume du Maroc, après le long règne de son père Hassan II (1961-1999). Son avènement suscite l'espoir de voir le royaume ouvrir son espace politique et porter davantage attention à la justice sociale. Le nouveau monarque sera-t-il à la hauteur des défis que doit relever le pays ?

Le Maroc d'Hassan II, sous la houlette du ministre de l'Intérieur Driss Basri, a surmonté les menaces qui pesaient sur le régime (telles que les émeutes de Casablanca et dans le Rif en 1965, les coups d'État de 1971 et de 1972, les émeutes sociales des années 1980...) mais au prix de la violation des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Trois mois après l'accession de Mohammed VI au pouvoir, Driss Basri, symbole des « années de plomb », est limogé. Ce geste symbolique laisse entrevoir la volonté du monarque de régénérer une monarchie décriée dans la presse internationale.

Au cours de la décennie 2000, alors que le Maroc est confronté à des mutations sociales, religieuses et économiques, Mohammed VI met en œuvre plusieurs réformes : celle du Code du travail en 2003 et celle du Code de la famille en 2004. Il crée également une instance Équité et Réconciliation (IER) chargée de faire la lumière sur les atteintes aux droits de l'homme commises sous le règne d'Hassan II. Il lance l'Initiative nationale pour le développement humain en 2005 afin de réduire la pauvreté et le chômage. Enfin, il organise la réforme de la Constitution en 2011, dans le contexte du « printemps arabe ». Toutefois, dans le même temps, le roi maintient un système qui engendre de profondes inégalités sociales et régionales.

La contestation de la population est latente. En effet, la population marocaine, bien que confrontée à de multiples tensions sociales et religieuses, semble davantage marquée par le sentiment d'abandon du pouvoir central que par des aspirations révolutionnaires. Ainsi, lors du « printemps arabe », le monarque annonce, dès le 9 mars 2011, des réformes constitutionnelles destinées à transférer des compétences à l'Assemblée nationale et au Premier ministre, lui permettant de désamorcer une situation politique très tendue.

Début de règne : des espoirs vite déçus

Les premiers mois du règne de Mohammed VI génèrent de profondes attentes au sein de la société marocaine.

Sur le plan de la politique intérieure, les opposants au régime, voués à l'exil sous Hassan II, espèrent tourner la page des années de plomb et être graciés. Ainsi, Abraham Serfaty, militant communiste puis d'extrême gauche qui apporta son soutien au Front Polisario, fait un retour triomphal le 30 septembre 1999 après neuf ans d'exil et dix-sept ans de prison. Par ailleurs, la presse espère pouvoir traiter tous les sujets sensibles sans risque de procès.

Les changements institutionnels sont peu visibles, bien qu'en septembre 2002 soient organisées les premières élections législatives non contrôlées par Driss Basri, à la suite desquelles Driss Jettou est nommé Premier ministre du nouveau gouvernement. Toutefois, Mohammed VI a, sur la scène internationale, considérablement amélioré l'image du Maroc par sa volonté de rompre avec le passé et de renouer avec la population. Seules les relations avec l'Espagne restent tendues et se détériorent en juillet 2002 lors d'un conflit de souveraineté sur l'îlot du Persil (à l'ouest de Ceuta). Madrid récupère l'îlot occupé par des soldats marocains, mais cet incident réveille les inquiétudes espagnoles quant aux revendications marocaines sur les villes de Ceuta et de Melilla.

Au sein de l'appareil policier, beaucoup s'inquiètent des changements en cours. La trop grande attention des médias internationaux sur le Maroc contraint la police à respecter les droits de l'homme dans la lutte contre les opposants et les ennemis du royaume, notamment contre les islamistes radicaux.

Or, le 16 mai 2003, cinq attentats-suicides perpétrés à Casablanca provoquent la mort de quarante-cinq personnes (dont les quinze terroristes) et font une centaine de blessés. Ces attaques meurtrières sonnent le glas de l'ouverture politique. La logique sécuritaire au cœur de l'appareil d'État devient à nouveau prioritaire. En effet, fortement dépendant du tourisme, des investisseurs étrangers et de son image de havre de paix, le Maroc craint, avec ces attentats, de devenir la c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 31 pages

Médias de l’article

Maroc : carte physique

Maroc : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Maroc : drapeau

Maroc : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Plateau de l'Oukaimeden, Maroc

Plateau de l'Oukaimeden, Maroc
Crédits : A.Garozzo/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Vallée de l'Ourika (Maroc)

Vallée de l'Ourika (Maroc)
Crédits : Insight Guides

photographie

Afficher les 20 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MAROC  » est également traité dans :

DJEBEL IRHOUD SITE ARCHÉOLOGIQUE DE

  • Écrit par 
  • Bernard VANDERMEERSCH
  •  • 1 629 mots
  •  • 1 média

Le site archéologique Djebel Irhoud est situé au Maroc, à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de la ville côtière de Safi et à une centaine de kilomètres à l’ouest de Marrakech. Découvert par hasard en 1960 lors de l’extension d’une carrière de barytine (exploitée jusque dans les années 1980), il a depuis fourni plus d’une vingtaine de fossiles humains associés à une riche faune et à une sé […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

21 février 2022 Maroc. Création d'une nouvelle région militaire frontalière de l'Algérie.

La Revue des Forces armées royales annonce la création d’une troisième région militaire le long de la frontière avec l’Algérie. Cette « zone est » s’ajoute aux régions militaires nord et sud existantes. Cette création fait suite à l’accroissement des tensions avec l’Algérie au sujet du Sahara occidental depuis la rupture du cessez-le-feu en novembre 2020. […] Lire la suite

5 février 2022 France. Première séance du Forum de l'islam de France.

Il annonce l’intention du gouvernement de mettre fin en 2024 au système des imams « détachés » en France par la Turquie, l’Algérie et le Maroc. […] Lire la suite

13 janvier 2022 Belgique. Révélation du retrait du permis de séjour de l'imam de la mosquée Al-Khalil.

Lors de l’adoption de cette décision, l’imam se trouvait au Maroc.  […] Lire la suite

24 novembre 2021 Maroc – Israël. Signature d'un accord sécuritaire.

En décembre 2020, Washington avait reconnu le caractère marocain du Sahara occidental en échange de la normalisation diplomatique entre le Maroc et Israël.  […] Lire la suite

28 septembre 2021 France – Algérie – Maroc. Réduction du nombre de visas accordés par Paris aux pays du Maghreb.

Le gouvernement annonce une réduction de 50 % du nombre de visas accordés aux Algériens et aux Marocains, et de 30 % pour ceux accordés aux Tunisiens. Cette décision vise à sanctionner le refus de ces pays de délivrer les laisser-passer consulaires indispensables pour expulser ceux de leurs ressortissants qui sont soumis à une obligation de quitter le territoire à la suite du rejet de leur demande de titre de séjour. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raffaele CATTEDRA, Myriam CATUSSE, Fernand JOLY, Luis MARTINEZ, Jean-Louis MIÈGE, « MAROC », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maroc/