GRISI CARLOTTA (1819-1899)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La plus jeune des trois célèbres danseuses romantiques (les deux premières étant Taglioni et Elssler), Carlotta Grisi sait être la synthèse des deux premières. Née à Visinida (Istrie), issue d'une famille italienne d'artistes lyriques, Carlotta danse dès 1829 à la Scala de Milan, où elle est l'élève de Guillet ; elle se produit avec succès dans les principales villes d'Italie.

En 1833, elle rencontre à Naples le célèbre danseur Jules Perrot, dont elle va devenir l'élève, la partenaire, puis la femme. Elle danse dès 1836 à ses côtés. En 1840, elle fait ses débuts à Paris, au théâtre de la Renaissance ; en 1841, c'est à l'Opéra de Paris qu'elle danse, avec Lucien Petipa dans le pas de deux de La Favorite. Le 28 juin 1841, elle crée le rôle de Giselle, sur un livret de Théophile Gautier, une musique d'Adam et une chorégraphie de Coralli et Perrot.

Au lendemain de la première, Gautier écrit : « Ce rôle est désormais impossible à toute autre danseuse et le nom de Carlotta est devenu inséparable de celui de Giselle. » Théophile Gautier, qui éprouve pour son interprète la plus grande passion de sa vie, écrira encore pour elle, en 1843, le livret de La Péri.

Carlotta a créé successivement plusieurs ballets à l'Opéra de Paris et au Her Majesty's Theatre de Londres : La Jolie Fille de Gand en 1842, La Péri en 1843, Le Pas de quatre et Le Diable à quatre en 1845, La Filleule des fées en 1849. En 1850, appelée par Perrot, Carlotta Grisi se rend à Saint-Pétersbourg, où elle crée Ondine ou la naïade en 1851 et La Guerre des femmes en 1853 ; elle y danse aussi Giselle. Elle danse encore à Varsovie en 1854.

Elle abandonne la scène à l'âge de trente-cinq ans, et passe le reste de sa vie dans sa propriété de Saint-Jean, près de Genève.

—  Jane PATRIE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GRISI CARLOTTA (1819-1899)  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 652 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les jolies mortes : « La Sylphide », « Giselle » »  : […] de Victor Hugo, mais le plan reste conforme à celui de La Sylphide ; la danseuse nouvelle se nomme Carlotta Grisi et le meilleur de la chorégraphie est de Jules Perrot, maître de ballet à Londres. La musique d'Adolphe Adam entraîne des tourbillons blancs de personnages féeriques dans la nuit et, à partir de cette illusion d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ballet/#i_14731

PERROT JULES (1810-1892)

  • Écrit par 
  • Jane PATRIE
  •  • 350 mots

Chorégraphe et danseur français né à Lyon et mort à Paramé. Fils du chef machiniste du théâtre de Lyon, Jules Perrot est initié à la danse et à l'acrobatie dans cette ville, avant d'être, à Paris, l'élève favori d'Auguste Vestris. Il débute à l'Académie royale de musique en 1830, et partage le succès de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-perrot/#i_14731

Pour citer l’article

Jane PATRIE, « GRISI CARLOTTA - (1819-1899) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlotta-grisi/