MARINO GIOVANNI BATTISTA dit LE CAVALIER MARIN (1569-1625)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les plaisirs et les jeux

Certes cette poésie est frivole, puisqu'elle aime le jeu, tous les jeux, jeux de l'eau et de l'air, du feu et de la glace, de l'ombre et du soleil, des miroirs et de leurs reflets, les jeux des éléments comme les jeux galants : de l'éventail de plume et de la main, du voile et du sein, de la mouche et de la joue, des yeux et des étoiles ; les métaphores qui y foisonnent sont souvent charades, énigmes, devinettes proposées à l'ingéniosité de l'homme, et à cet homme suprêmement ingénieux qu'est l'homme des salons. Et artificielle de propos délibéré, puisque la nature même semble y emprunter son éclat à toutes les substances précieuses, non telles qu'elles sont extraites des entrailles de la terre ou du sein de la mer, mais associées à une idée de raffinement citadin. Elles sont la matière des prés, le tissu du ciel, elles forment la substance dont est pétri le corps féminin : éclat de perle de la chair près de la gouttelette gemmée d'une boucle d'oreille, saphirs de l'œil, rubis des lèvres mêlé au scintillement des joyaux, au point qu'on ne sait plus où finit la femme, où commencent les choses qui la rehaussent et lui servent de cadre. Doublement artificielle, puisque cet univers ouvre sur un univers livresque, et que les choses vues trouvent leurs échos et leurs prolongements dans les choses lues. L'œuvre de Marino fourmille d'allusions et d'emprunts à des œuvres antérieures ; Ovide d'abord, et ses Métamorphoses, et tous les auteurs décadents latins, Lucain, Ausone, Properce..., remplacent le culte virgilien de Pétrarque. À ces goûts proclamés s'en ajoutent d'autres plus secrets : ouvrages peu connus de l'Antiquité ou de la Renaissance, voire de ses contemporains dont il détache des fragments qu'il glisse, intacts ou remaniés, au sein d'un poème pour le plaisir de « la belle tromperie ».

Mais ce monde de pierreries n'est pas le monde pétrifié des Précieux. Le soleil, chez Voiture ou chez Maleville, qui éclaire « les belles matineuses », a toujours l'air de se lever dans quelque luxueux boudoir. Marino [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

  • : ingénieur de recherche en littérature générale et comparée à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, traductrice

Classification


Autres références

«  MARINO GIOVANNI BATTISTA dit LE CAVALIER MARIN (1569-1625)  » est également traité dans :

ADONE, Giovanni Battista Marino - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Mireille BLANC-SANCHEZ
  •  • 1 035 mots
  •  • 1 média

L' Adone , qui compte cinq mille trente-trois vers, répartis en vingt chants comportant un nombre inégal de strophes, est l'un des poèmes les plus longs et les plus controversés de la littérature italienne. Giovanni Battista Marino (1569-1625), dit le Cavalier Marin, avait travaillé à sa rédaction pendant près de vingt ans, et, au soir de sa vie, il le publia à Paris, le 24 avril 1623. Le frontisp […] Lire la suite

LUBRANO GIACOMO (1619-1693)

  • Écrit par 
  • Paul LARIVAILLE
  •  • 86 mots

Jésuite napolitain, prédicateur et poète. Dans ses Étincelles poétiques ou poésies sacrées et morales ( Scintille poetiche o poesie sacre e morali , 1690), publiées sous le pseudonyme anagrammatique de Paolo Brinaccio, on retrouve poussés à l'extrême les traits caractéristiques de la tradition poétique mariniste : un goût typiquement baroque de la complication, de l'étrange, voire de l'aberrant, […] Lire la suite

POUSSIN NICOLAS (1594-1665)

  • Écrit par 
  • Stéphane LOIRE
  •  • 3 565 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les années de formation »  : […] Les débuts de Nicolas Poussin restent mal connus, au point que rien ou presque de ce qu'il aurait exécuté avant la trentaine ne nous est parvenu. Né dans une famille normande habitant Les Andelys, Poussin semble avoir découvert sa vocation grâce à des tableaux d'église peints par Quentin Varin dans cette ville en 1612. Se formant tout d'abord à Rouen auprès de Noël Jouvenet, il semble ensuite avoi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Angélique LEVI, « MARINO GIOVANNI BATTISTA dit LE CAVALIER MARIN (1569-1625) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marino-le-cavalier-marin/