MARINO GIOVANNI BATTISTA dit LE CAVALIER MARIN (1569-1625)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art naît de surprise

Quelle figure mieux que la métaphore, la métaphore filée et cette pointe aiguisée jusqu'à l'absurde et au saugrenu qu'est le «  concetto » permet de traquer les visages successifs ou simultanés et souvent contradictoires du réel ? À la source de l'acte poétique, rapprochant en un éclair des objets infiniment éloignés, elle nous fait voir un violon ailé dans un oiseau, une torche dans un insecte, le flot dans une chevelure sur laquelle navigue, frêle embarcation, guidée par le doigt, un peigne d'ivoire, un paysage de neige en un sein blanc, le soleil en pleine nuit, la nuit en plein jour.

Le ressort de la poésie de Marino est l'étonnement. Mais non, comme l'ont dit ses détracteurs, par recherche de l'originalité à tout prix, du succès de librairie par le scandale. Avant Baudelaire, avant Reverdy et les surréalistes, Marino affirmait et prouvait que la beauté est choc et naît de surprise. Toutefois, les marinistes italiens ignorent cette plongée verticale au cœur de l'objet pour en extraire le sens ; point de gouffres à explorer, de sondes à jeter dans les profondeurs ; ils restent à la surface : avec eux la métaphore se pose sans jamais se reposer, d'une apparence à une autre, d'un déguisement à un autre, poursuivant à l'infini, à travers enchantements et mirages, une insaisissable vérité. Plus beau témoignage peut-être de cette chasse aux apparences, le poème de Marino intitulé Paix nocturne où, en des vers fluides, emportés dans un enivrant ballet, les éléments échangent leurs propriétés, le ciel et la mer se confondent, « les étoiles ardentes et claires » bondissent « changées en poissons, les poissons changés en étoiles ». Et la lune suspendue entre air et terre danse. Dans le Mirage en Sicile de Lubrano, le jeu des réverbérations et des métamorphoses sera porté jusqu'à une frénésie hallucinée. Ailleurs, chez Casoni, dans l'oraison funèbre pour une jeune morte, l'accumulation de vingt-trois objets – tous impalpables et subtilisés au fur et à mesure de leur apparition : ombre, parfum, rire, pleur, brise, éclair, fleur... chante la brièveté d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

  • : ingénieur de recherche en littérature générale et comparée à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, traductrice

Classification


Autres références

«  MARINO GIOVANNI BATTISTA dit LE CAVALIER MARIN (1569-1625)  » est également traité dans :

ADONE, Giovanni Battista Marino - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Mireille BLANC-SANCHEZ
  •  • 1 035 mots
  •  • 1 média

L' Adone , qui compte cinq mille trente-trois vers, répartis en vingt chants comportant un nombre inégal de strophes, est l'un des poèmes les plus longs et les plus controversés de la littérature italienne. Giovanni Battista Marino (1569-1625), dit le Cavalier Marin, avait travaillé à sa rédaction pendant près de vingt ans, et, au soir de sa vie, il le publia à Paris, le 24 avril 1623. Le frontisp […] Lire la suite

LUBRANO GIACOMO (1619-1693)

  • Écrit par 
  • Paul LARIVAILLE
  •  • 86 mots

Jésuite napolitain, prédicateur et poète. Dans ses Étincelles poétiques ou poésies sacrées et morales ( Scintille poetiche o poesie sacre e morali , 1690), publiées sous le pseudonyme anagrammatique de Paolo Brinaccio, on retrouve poussés à l'extrême les traits caractéristiques de la tradition poétique mariniste : un goût typiquement baroque de la complication, de l'étrange, voire de l'aberrant, […] Lire la suite

POUSSIN NICOLAS (1594-1665)

  • Écrit par 
  • Stéphane LOIRE
  •  • 3 565 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les années de formation »  : […] Les débuts de Nicolas Poussin restent mal connus, au point que rien ou presque de ce qu'il aurait exécuté avant la trentaine ne nous est parvenu. Né dans une famille normande habitant Les Andelys, Poussin semble avoir découvert sa vocation grâce à des tableaux d'église peints par Quentin Varin dans cette ville en 1612. Se formant tout d'abord à Rouen auprès de Noël Jouvenet, il semble ensuite avoi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Angélique LEVI, « MARINO GIOVANNI BATTISTA dit LE CAVALIER MARIN (1569-1625) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marino-le-cavalier-marin/