ATWOOD MARGARET (1939-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Romancière, poète, nouvelliste, essayiste, satiriste et critique, Margaret Atwood est reconnue comme l'une des figures dominantes de la littérature d'expression anglaise. Elle est l'auteur d'une quarantaine d'ouvrages traduits dans une quarantaine de langues. Depuis des décennies, elle éclipse ses homologues canadiens également traduits dans le monde, mais moins médiatisés, tels que Alice Munro ou Michael Ondaatje. Elle les éclipse par son engagement en faveur de l'égalité des droits et de la liberté d'expression, elle qui a toujours souligné les rapports étroits entre la littérature et le milieu dont elle est issue. Dès les années 1960, avec une ironie acerbe, elle défendait l'émancipation des femmes, les minorités linguistiques ou religieuses, les intellectuels face à la censure, le Québec rétif à l'assimilation canadienne anglophone, mais aussi le Canada fragilisé par la contiguïté de son puissant voisin, voire l'environnement et le développement durable.

Née à Ottawa en 1939, Margaret Atwood passe la majeure partie de son enfance dans les forêts du nord de l'Ontario et du Québec, suivant son père biologiste et entomologiste. Dès 1946, la famille s'installe une partie de l'année à Toronto, mais la fillette atypique et souvent ostracisée ne connaît pas d'année de scolarisation complète avant l'âge de onze ans. Ces contrées et ces expériences fourniront la base autobiographique de romans tels que Surfacing (1972) et Cat's Eye (1988), qui critiquent une société de consommation rigidement conformiste par le biais d'une vision et d'une voix narrative décalées. Ces œuvres cernent les différences qui distinguent la culture canadienne de celle des États-Unis tout en montrant quelles ressemblances rapprochent ces cultures nord-américaines.

Avant les années 1960, l'industrie du livre au Canada était dominée par la Grande-Bretagne et les États-Unis, et aucun écrivain canadien ne pouvait vivre de sa plume sans s'expatrier. Atwood va faire partie d'une renaissance littéraire favorisée par la fierté nationale qui accompagna le centenaire de l'indé [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature canadienne et de littératures postcoloniales à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  ATWOOD MARGARET (1939- )  » est également traité dans :

CANADA - Arts et culture

  • Écrit par 
  • Andrée DESAUTELS, 
  • Roger DUHAMEL, 
  • Marta DVORAK, 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Constance NAUBERT-RISER, 
  • Philip STRATFORD
  • , Universalis
  •  • 25 026 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Dialogue avec l'Histoire »  : […] ; ou Running in the Family, 1982, où l'auteur affirme que la vérité disparaît avec l'Histoire). La mise en cause de la notion de véracité historique est presque militante chez Margaret Atwood (née en 1939), aussi bien dans sa poésie, ses nouvelles et récits courts, que dans ses romans (Alias Grace, 1996 ; The Blind Assassin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-arts-et-culture/#i_34938

POSTCOLONIALES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 8 469 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les littératures postcoloniales à l'aube du troisième millénaire »  : […] cessé d'être les alliés plus ou moins volontaires de cette réappropriation identitaire. Margaret Atwood au Canada et Peter Carey en Australie fournissent deux exemples de romanciers d'abord préoccupés par des notions d'identité nationale qu'ils délaissent ensuite pour pratiquer des modes d'écriture populaires en Europe et en Amérique du Nord. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-postcoloniales/#i_34938

Pour citer l’article

Marta DVORAK, « ATWOOD MARGARET (1939-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/margaret-atwood/