ATWOOD MARGARET (1939- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Raconter et interpréter

Margaret Atwood incarne rapidement le courant postmoderne qui conteste la véracité historique et les certitudes épistémologiques, et s'intéresse non seulement à l'art et à la culture populaires mais aussi au processus de création lui-même. L'écrivain fait siennes les préoccupations du postmodernisme (l'histoire, la mémoire, le mythe, la perception). Ainsi, dans Alias Grace (1996 ; Captive, 1998), une reconstruction d'un fait-divers violent du xixe siècle, dont les variantes se croisent et s'invalident mutuellement. Ou encore dans The Blind Assassin (2000 ; Le Tueur aveugle, ibid.), qui retrace l'évolution socio-économique depuis les années 1920 jusqu'à la fin du xxe siècle, du capitalisme débridé à l'émergence de syndicats puissants tout aussi dogmatiques que les patrons. Atwood fait siens également les modes postmodernes : l'instabilité générique, le réalisme magique, l'ironie et son corollaire la satire, ainsi que la parodie et la dérision souvent véhiculées par le burlesque. Bien avant sa ré-écriture burlesque des grandes épopées L'Iliade et L'Odyssée du point de vue de Pénélope dans The Penelopiad (2005 ; L’Odyssée de Pénélope, ibid.), adaptée ensuite à la scène et jouée par The Royal Shakespeare Company, ses recueils de textes brefs Murder in the Dark (1983 ; Meurtre dans la nuit, 1987) et Good Bones (1992 ; La petite poule vide son cœur, 1996) oscillent entre prose et poésie, voire entre fiction et commentaire sur la production fictionnelle. Tout comme The Blind Assassin et le recueil de nouvelles Moral Disorder (2006), ils dialoguent ouvertement avec des intertextes provenant soit des grandes œuvres de notre patrimoine qui sont démystifiées, soit de la culture populaire : bandes dessinées, publicité, contes populaires, littérature de gare.

S'inscrivant dans la tradition de H. G. Wells, George Orwell et Aldous Huxley, ses anti-utopies s'alignent sur les romans spéculatifs qui se contentent de radicaliser des faits existants et de les amener par extrapolation à leur limite extrême. C’est le cas de The Handmaid's Tale (1985 ; La Servante [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur de littérature canadienne et de littératures postcoloniales à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  ATWOOD MARGARET (1939- )  » est également traité dans :

CANADA - Arts et culture

  • Écrit par 
  • Andrée DESAUTELS, 
  • Roger DUHAMEL, 
  • Marta DVORAK, 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Constance NAUBERT-RISER, 
  • Philip STRATFORD
  • , Universalis
  •  • 25 027 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Dialogue avec l'Histoire »  : […] Parmi les textes qui mettent en cause ces certitudes ethnocentriques se trouvent les récits sur la Création, qui ont leur source dans la Genèse. Mêlant les modes historique et an-historique, Not Wanted on the Voyage (1984) de Timothy Findley (1930-2002) se déroule dans un espace-temps indéterminé, et met en scène un Noé bien christianisé. Green Grass, Running Water (1993) de l'écrivain d'origine […] Lire la suite

POSTCOLONIALES ANGLOPHONES (LITTÉRATURES)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Vanessa GUIGNERY
  •  • 9 181 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Quel avenir pour les études postcoloniales ? »  : […] On pourra sans doute avancer que, depuis les années 1970, dans des pays développés comme l'Australie ou le Canada, une fois la phase de prise de conscience nationaliste passée, les écrivains ont cessé d'être les alliés plus ou moins volontaires de cette réappropriation identitaire. Margaret Atwood au Canada et Peter Carey en Australie fournissent deux exemples de romanciers d'abord préoccupés par […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marta DVORAK, « ATWOOD MARGARET (1939- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/margaret-atwood/