PAUL MARCEL (1900-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Enfant trouvé dans le XIVe arrondissement de Paris, le 12 juillet 1900, Marcel Paul, syndicaliste, militant communiste, résistant, ministre, officier de la Légion d'honneur, a reçu à sa mort, le 11 novembre 1982, l'hommage du président de la République pour n'avoir « jamais cessé de lutter et d'espérer, car il croyait avant tout à l'homme et à la liberté ».

Pupille de l'Assistance publique, Marcel Paul passe sa rude enfance chez des paysans pauvres de la Sarthe. Ouvrier agricole dès l'été 1913, membre des jeunesses socialistes en 1915, c'est en 1919 et 1920 qu'il participe pour la première fois à des actions syndicales pendant son service militaire, qu'il fait dans la marine, à Brest et à Saint-Nazaire. Ouvrier électricien dans le bâtiment, responsable du comité de grève de Saint-Quentin, il est très vite licencié. Monteur électricien à la Société des transports en commun de la région parisienne en mai 1922, il adhère à la C.G.T.-U. en juin et au Parti communiste français en 1923. Dès lors, il ne va plus cesser de militer sur les plans politique et syndical.

Au Parti communiste français, on lui confie des tâches d'encadrement dans deux arrondissements de Paris, puis au niveau régional. En 1935, il est conseiller municipal du XIVe arrondissement. En 1940, il coordonne l'action dans treize départements de l'Ouest. De 1946 à 1948, il sera député de la Haute-Vienne. Mais, s'il siège de longues années au comité central de son parti, c'est à l'action syndicale qu'il se donne tout entier et c'est par elle qu'il pourra accomplir une œuvre ministérielle durable.

Secrétaire général de la fédération C.G.T. de l'éclairage et des forces motrices en 1931, secrétaire de l'intersyndicale des Services publics en 1932, il participe aux luttes ouvrières dans la France entière et sera même, à Marseille, très grièvement blessé. En 1945, il dirige l'intersyndicale et la Fédération nationale de l'électricité. Le 21 novembre 1945, le général de Gaulle le nomme ministre de la Production industrielle ; il conserve ce portefeuille dans les gouvernements de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en études politiques et en histoire, historien associé à la Délégation aux commémorations nationales du ministère de la Culture et de la Communication

Classification

Les derniers événements

Liban. Assassinat du chef militaire du Hezbollah. 12-26 février 2008

Le 12, le chef militaire du Hezbollah libanais Imad Moughnieh est tué à Damas dans un attentat à la voiture piégée. Dans la clandestinité depuis les années 1980, il était tenu pour responsable de nombreux attentats et prises d'otages, comme celle des Français Michel Seurat, Marcel Fontaine, Marcel […] Lire la suite

France. Nomination de Pierre Bérégovoy au poste de Premier ministre. 2-8 avril 1992

sociales et Intégration), Émile Zuccarelli (M.R.G., Poste et Télé-communications), Marie-Noëlle Lienemann (P.S., déléguée au Logement et au Cadre de vie). La principale surprise réside dans la nomination de Bernard Tapie (Ville). Bernard Kouchner est promu (Santé et Action humanitaire). Paul Quilès […] Lire la suite

France – Iran. Libération des otages français du Liban et amélioration des relations franco-iraniennes. 4-18 mai 1988

Le 4, les trois otages français retenus au Liban, les diplomates Marcel Carton et Marcel Fontaine, enlevés le 22 mars 1985, et le journaliste Jean-Paul Kauffmann, enlevé en compagnie du chercheur Michel Seurat, décédé depuis lors, le 22 mai 1985, sont libérés à Beyrouth-Ouest. Remis à l'émissaire […] Lire la suite

Liban. Prise en otage de treize étrangers en deux semaines à Beyrouth-Ouest. 12-31 janvier 1987

-Ouest. Il venait de « couvrir » l'arrivée dans la capitale libanaise de Terry Waite, l'émissaire britannique de l'Église anglicane, qui s'efforce d'obtenir la libération d'otages occidentaux. Cinq autres Français sont retenus en otages au Liban : Marcel Carton et Marcel Fontaine, depuis le 22 mars 1985 […] Lire la suite

Liban – France. Libération d'un otage français, assassinat de trois otages juifs libanais. 24-30 décembre 1986

, en ce jour de Noël, les cinq otages français encore détenus au Liban : outre Jean-Louis Normandin, les diplomates Marcel Fontaine et Marcel Carton, le journaliste Jean-Paul Kauffmann, et le chercheur Michel Seurat, dont le Djihad islamique a annoncé la mort sans en fournir la preuve. Le 30, l'Organisation […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles-Louis FOULON, « PAUL MARCEL - (1900-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-paul/