MAQĀMA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La prose arabe est née au cours du iie siècle de l'hégire, à l'initiative de fonctionnaires de l'administration d'origine persane dont les plus célèbres restent ‘Abd al-Ḥamīd Ibn Yaḥyā et Ibn al-Muqaffa‘, auteur de Kalīla et Dimna. Au cours du iiie siècle, al-Ǧāḥiẓ donne ses lettres de noblesse à ce qu'il est convenu d'appeler la prose d'adab. C'est en elle qu'il faut probablement rechercher les germes d'un genre nouveau, la maqāma, mot que l'on traduit par « séance », sans que ce dernier terme restitue toute la signification du premier. Exercice littéraire très représentatif du milieu où il se pratique, occasion de faire preuve d'une maîtrise totale de la langue, la maqāma connut une grande fortune dans les lettres arabes et fut adoptée par les littératures persane, hébraïque et turque. On y a vu l'amorce d'une forme de création romanesque ou l'ébauche d'un théâtre.

Récits et personnages

Il s'agit d'un texte n'excédant pas une dizaine de pages, souvent même plus bref, écrit en prose rythmée et rimée. Un narrateur, sous le nom duquel se déguise en général l'auteur, fait le récit de sa rencontre avec un personnage haut en couleur qui est le héros de l'historiette contée. Ses apparitions revêtent des formes multiples. C'est, tour à tour, un bohème quelque peu parasite reçu par des bourgeois cultivés, un faux mendiant, un truand, un ascète, un gai compagnon qui narre des aventures survenues dans les milieux et les lieux les plus divers. Sa moralité est parfois douteuse, ce qui ne l'empêche pas d'adresser à ses contemporains des harangues moralisatrices ou de vertes satires. Quel qu'il soit, il fait toujours montre d'une culture très étendue. Maître de la langue, fin connaisseur de la poésie, il se tire de toutes les situations et s'attire l'admiration par des répliques d'une haute tenue ou la récitation d'un poème célèbre. Dans la bouche d'un vagabond, d'un berger en loques ou d'un Bédouin apparemment inculte, pareils discours provoquent un effet de surprise très recherché qui constitue souvent l'intérêt principal du récit.

Celui-ci s'ordonne parfois autour d'une anecdo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MAQAMA  » est également traité dans :

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 288 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un théâtre à la recherche de son public »  : […] Ce difficile équilibre explique en partie la marginalité du théâtre arabe, qui n'est pas encore parvenu à se créer un large public. Car le théâtre est le lieu même d'un art de vie où le spectacle présente des êtres de chair et de sang qui s'animent, l'espace d'une représentation. Il n'y a pas la distanciation du texte écrit ou de la technique poétique, par exemple. Le choix de la langue est donc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_14671

ḤARĪRĪ AL- (1054-1122)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 319 mots

Grammairien et écrivain arabe, né en 1054 près de Bassora (Irak), mort en 1122 à Bassora. Les œuvres d’Abū Muhammad al-Qāsim ibn ‘Ali al- ̣ Harīrī, plus connu sous le nom d’al-Harīrī, comprennent un long poème sur la grammaire ( Mulhat al-i’rab fi al-nahw ) accompagné d’un commentaire, et un ouvrage sur le mauvais usage de l’arabe ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-hariri/#i_14671

NOUVELLE

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE, 
  • Antonia FONYI
  •  • 5 206 mots

Depuis les nouvelles de la Renaissance, on ne fait que parler des renaissances de la nouvelle : au xix e , au xx e  siècle. Comme si ce genre périodiquement périclitait, ou décédait. Mais l'âge classique pourrait bien se définir : celui, notamment, de la nouvelle. Et dans la Chine des Song, des M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle/#i_14671

RUIZ JUAN (1285 env.-env. 1350)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 1 116 mots

Dans le chapitre « Les exégèses »  : […] La somme des études accumulées sur le Libro est considérable ; on doit à G. B. Gybbon-Monypenny un recensement et une brève analyse des plus importantes. Une première époque à dominante « historiciste » a voulu voir dans cet ouvrage la transcription de la vie de son auteur. La trace en subsiste dans les opinions sur la « prison » dont parle le poète : s'agit-il d'un épisode r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-ruiz/#i_14671

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre dans le monde arabe

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 4 295 mots

Dans le chapitre « L'absence du théâtre dans la littérature classique »  : […] Les travaux du chanoine Drioton montrent que le théâtre naquit dans l'Égypte ancienne. Outre les mystères d'Osiris, qui remontent à la I re  dynastie, un théâtre laïcisé exista en Égypte dès le II e  millénaire. Pourtant, la tradition théâtrale disparut de l'Égypte à l'avènement du christianisme. Arabisée et islamisée, l'Égypte, comme les autres pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatres-du-monde-le-theatre-dans-le-monde-arabe/#i_14671

Voir aussi

Pour citer l’article

Jamel Eddine BENCHEIKH, « MAQĀMA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maqama/