RUIZ JUAN (1285 env.-env. 1350)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Juan Ruiz, archiprêtre de Hita. » Ces cinq mots du dix-neuvième couplet de son poème, le Libro de buen amor, sont très exactement tout ce qu'on sait du plus grand poète castillan du xive siècle. Deux des manuscrits les plus importants fournissent en outre deux dates : 1330 pour une première rédaction, 1343 pour une version ultérieure et plus étendue. En revanche l'ouvrage renseigne sur l'Espagne entière, et l'homme est au centre des propos du poète.

Bien le dit Aristote, c'est chose véritable : Ce monde pour deux choses laboure. La première, Pour avoir subsistance ; l'autre (non la dernière), C'est pour avoir jouissance de femme délectable.

La faim et l'amour sont ici les moteurs universels et premiers, mis sous la protection d'Aristote. L'œuvre reflète le portrait d'un clerc, bon vivant, mais clerc avant toute chose.

Les multiples visages d'une œuvre

Le livre de l'archiprêtre de Hita (cité de la province de Guadalajara) fut publié pour la première fois en 1790 par Tomás Antonio Sánchez, « bibliothécaire du Roy », en édition expurgée (il le fallait) ; mais il était assez connu, ainsi que l'atteste (outre les copies conservées et les mentions ou allusions d'autres littérateurs) le curieux programme manuscrit d'un jongleur (première moitié du xve siècle) publié par R. Menéndez Pidal dans ses Chroniques générales de 1898 : « Commençons maintenant avec le livre de l'archiprêtre » ; suivent quelques vers.

Les trois principaux manuscrits (G, daté de 1389, conservé à l'Académie espagnole ; T, de la même époque, mais fragmentaire, passé de la cathédrale de Tolède à la Bibliothèque nationale de Madrid ; S, originaire de Salamanque, de la fin du xive siècle, et le plus complet), ainsi que les fragments – assez nombreux – d'autres manuscrits, permettraient la publication d'une édition critique qui fait encore défaut.

Le contenu de cette œuvre singulière qui, d'après M. R. Lida de Malkiel, « n'a pas de parallèle dans aucune littérature de l'Europe occidentale », consiste, selon la même romaniste, en un roman d'amour présenté de façon autobiographique, et sur lequel sont greffés d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : docteur ès lettres, universités de Buenos Aires et de Paris-Sorbonne, directeur de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  RUIZ JUAN (1285 env.-env. 1350)  » est également traité dans :

LIVRE DE BON AMOUR, Juan Ruiz - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 780 mots

Le Livre de bon amour ( Libro de buen amor ), poème où se conjugue l'influence du mester de clerecía (poésie savante, poésie des clercs) et celle, plus populaire, du mester de juglaría (poésie populaire, poésie des troubadours), propose, dans des tonalités diverses, qui vont du cynisme à l'élan spirituel, une sorte d'art d'aimer à la fois réaliste, moralisateur, burlesque ou idéalisé. Le livre […] Lire la suite

MORISQUE LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 272 mots

Les fastes des Arabes résidant en Espagne attirèrent dès le Moyen Âge l'attention et l'admiration des chrétiens de la Péninsule, qui imitèrent les usages et les costumes des Maures. Déjà le premier grand prosateur castillan, don Juan Manuel, montre, au xiv e  siècle, sa connaissance du style de vie de ses voisins et son admiration certaine pour leur élégance et leur luxe ; son contemporain Juan Ru […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel DEVOTO, « RUIZ JUAN (1285 env.-env. 1350) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 avril 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-ruiz/