MALIK SHĀH (1055-1092) sultan seldjoukide (1072-1092)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils et successeur du sultan saldjūkide Alp Arslān, Malik shāh a régné à partir de 1072 et a bénéficié de l'appui du tout-puissant vizir Nizām al-Mulk. Bien que la victoire remportée en 1071 par Alp Arslān sur les Byzantins à Mantzikert ait ouvert aux Turcs la voie de l'Asie Mineure, Malik shāh n'en a pas profité et a laissé le soin de la pénétration dans ce pays à une branche mineure des Saldjūkides commandée par Sulayman b. Kūtlūmūch, tandis que lui-même s'intéresse surtout aux provinces orientales du sultanat. Malik shāh et Nizām al-Mulk se sont employés à établir l'autorité des grands Saldjūkides sur l'Irāq, sur l'Iran et jusqu'au Turkestan, et à assurer, au nom du calife ‘abbāside, la suprématie de l'islam sunnite orthodoxe face à l'islam shī‘ite. Malik shāh et son wāzir ont mis en place une vigoureuse administration, dont les cadres sont surtout iraniens et arabes ; l'armée saldjūkide est commandée par des Turcs, mais elle a pris une part active aux querelles de succession qui ont suivi la mort de Malik shāh et a contribué à affaiblir et disloquer le sultanat des grands Saldjūkides. Sur le plan culturel, le règne de Malik shāh a été une période brillante marquée en particulier par la construction de la mosquée du Vendredi à Isfaḥān et par l'œuvre du grand encyclopédiste ‘Umar Khayyām.

—  Robert MANTRAN

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Provence-Aix-Marseille-I

Classification


Autres références

«  MALIK SHAH (1055-1092) sultan seldjoukide (1072-1092)  » est également traité dans :

GHAZĀLĪ AL- (1058-1111)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 3 442 mots

Dans le chapitre « La « conversion » et la retraite »  : […] C'est à cet endroit du Munqidh que Ghazālī explique qu'il s'est retiré du monde en raison d'une crise spirituelle dont on vient de voir les motifs. Cet ouvrage intéresse les Occidentaux par son ton personnel. On y trouve une sorte d'autobiographie intellectuelle et religieuse comparable au Discours de la méthode  ; en effet, comme Descartes, Ghazā […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-ghazali/#i_33948

SELDJOUKIDES

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 2 837 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les Grands Seldjoukides »  : […] Toughroul beg, après avoir envahi le Tabaristan, le Djurdjan et s'être emparé de Hamadan en 1046, fit de Rayy, en Iran du Nord, sa capitale ; ensuite Kazvin et Ispahan tombèrent, l'Iran occidental fut occupé. À plusieurs reprises, aux confins de la Géorgie, de l'Arménie et de l'Asie Mineure, Byzantins et avant-gardes seldjoukides s'étaient heurtés  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seldjoukides-saldjuqides-seldjouqides/#i_33948

Pour citer l’article

Robert MANTRAN, « MALIK SHĀH (1055-1092) - sultan seldjoukide (1072-1092) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/malik-shah/