STAËL GERMAINE DE (1766-1817)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'écrivain et le pouvoir

De 1795 à 1800, Germaine de Staël lutte pour les idées de la première Révolution et pour la réconciliation des partis, ce qui lui vaut la méfiance du Directoire et l'exil.

Lorsque Bonaparte prend le pouvoir, elle voit en lui l'homme qui sauvera la Révolution. Quand elle publie, en mai 1800, De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales, elle désespère déjà. Dans ce livre, elle fait coïncider préoccupations politiques et préoccupations littéraires en un plaidoyer pour les Lumières et pour la perfectibilité. Une voie est ouverte à l'étude des rapports de la littérature avec la société et la politique. Elle propose aussi de puiser des thèmes nouveaux dans le passé national, réhabilite le Moyen Âge chrétien et démontre la stérilité à laquelle les règles élaborées par l'âge classique condamnent la littérature, thème repris dans ses ouvrages ultérieurs. Le livre est mal accueilli par le nouveau maître qui n'aime pas les remises en question, et par les milieux réactionnaires en politique et en littérature.

Aussi l'époque suivante est-elle vouée à une lutte perdue d'avance. Bonaparte trouve Germaine de Staël trop influente auprès des opposants regroupés autour des généraux Bernadotte et Moreau. En 1803, il la chasse, la plaçant dans la situation désespérante de qui mendie la permission de vivre en son lieu d'élection.

Dans ces années s'affermit en elle l'idée que l'écrivain a un rôle à jouer et que le génie peut aussi bien triompher par la pensée que se réaliser dans l'action. Cela ne peut convenir à Napoléon ; il la classe parmi les irréductibles. L'erreur pour elle a été de croire qu'à force de montrer du talent elle convertirait l'empereur à ses idées ; autre erreur d'imaginer qu'il l'accepterait à Paris sans qu'elle donnât des gages.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : docteur ès lettres, conservateur à la Bibliothèque nationale de France, Paris

Classification


Autres références

«  STAËL GERMAINE DE (1766-1817)  » est également traité dans :

DE L'ALLEMAGNE, Madame de Staël - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 966 mots
  •  • 1 média

La rencontre de Germaine de Staël (1766-1817) avec l'Allemagne est autant le fruit d'un choix esthétique que de circonstances politiques. Ce choix esthétique, elle le formule ainsi dès 1802 : « L'esprit humain qui semble voyager d'un pays à l'autre est à présent en Al […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-l-allemagne/#i_6133

GERMAINE DE STAËL, DEUX CENTS ANS APRÈS

  • Écrit par 
  • Laura BROCCARDO
  •  • 1 425 mots

L’année 2017 commémore le bicentenaire de la mort de Germaine de Staël. Le dynamisme de la recherche est soutenu par la Société des études staëliennes, fondée en 1929 et présidée depuis 2015 par Stéphanie Genand, et par sa revue scientifique, les Cahiers staëliens. Le numéro commémoratif du bicentenaire, « 18 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/germaine-de-stael-deux-cents-ans-apres/#i_6133

CONSTANT BENJAMIN (1767-1830)

  • Écrit par 
  • Étienne HOFMANN
  •  • 2 078 mots

Appartenant par sa formation à l'époque des Lumières, par sa carrière au xix e  siècle, Benjamin Constant est l'un des représentants les plus illustres et les plus controversés de cette période charnière. Témoin privilégié des bouleversements révolutionnaires, il tenta très tôt de les inscrire dans une explication générale, en faisant intervenir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benjamin-constant/#i_6133

FOYERS DE CULTURE

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 9 694 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Mort et renaissance des foyers de culture »  : […] La création culturelle française est tellement liée à des foyers de culture, eux-mêmes appuyés sur des groupes sociaux et nourris par eux, qu'on a pu se demander si elle pourrait survivre à un effondrement des infrastructures. La question a été posée au lendemain de la Révolution ; les colonnes qui supportaient l'édifice étaient brisées, la société policée de l'Ancien Régime anéantie, ses survivan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foyers-de-culture/#i_6133

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le roman épistolaire »  : […] Cette conversion du réel vécu en objet littéraire représente, dans le roman par lettres, la convention fondatrice du genre : un récit s'y construit non par la voix d'un narrateur, mais par le jeu d'une ou de plusieurs correspondances données pour vraies. Le lecteur se trouve en prise directe sur les mots et les pensées avouées des personnages, et l'usage de la lettre fonctionne comme un puissant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire/#i_6133

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 787 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La littérature redéfinie »  : […] Le champ de la littérature se réduit au cours du xviii e  siècle. Une acception dorénavant restrictive du terme, compris comme « art de penser et de s’exprimer », est établie dès l’essai de Germaine de Staël , De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales (1800) et ce périmètre va encore dimi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xixe-s/#i_6133

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIIe s.

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 7 651 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un paysage littéraire en mouvement »  : […] Les délimitations multiples de ce que nous nommons « littérature » sont l’œuvre de la critique du xi x e  siècle et de l’institution scolaire. Ce terme désignait au xviii e  siècle des écrits d’érudition critique, jusqu’à ce que Louis Sébastien Mercier ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviiie-s/#i_6133

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Nouvelles perspectives »  : […] Contre cette pensée providentialiste, illustrée également par Louis Ambroise de Bonald ( Théorie du pouvoir politique et religieux dans la société civile , 1796) et, après la Restauration, par Pierre Simon Ballanche, qui entendent tous deux tirer aussi une leçon religieuse de l'époque révolutionnaire, l'école libérale voit le jour, née des interrogations entraînées par les m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_6133

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Diffusion des idées romantiques »  : […] Les idées romantiques énoncées de façon si vigoureuse et parfois déconcertante dans le cercle de Schlegel ne sont pas un phénomène isolé, et ne restèrent pas ignorées. On voit d'une part l'Angleterre, parallèlement au groupe allemand, élaborer avec Wordsworth et Coleridge une pensée romantique exposée, du moins sommairement, dans l'introduction des Lyrical Ballads (2 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romantisme/#i_6133

Pour citer l’article

Simone BALAYÉ, « STAËL GERMAINE DE - (1766-1817) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/madame-de-stael/