MADAGASCAR, géologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les grands cycles orogéniques précambriens à Madagascar

La complexité de la géologie du socle malgache réside dans le fait que celle-ci résulte d'une succession d’événements tectono-métamorphiques, magmatiques et sédimentaires, qui se sont succédé de 3,2 Ga à 500 Ma. Dans ce contexte, les interprétations géodynamiques des événements les plus anciens (de l’Archéen au Mésoprotérozoïque) ne sont pas sans équivoque et restent donc encore largement débattues. En revanche, les périodes couvrant la fin de la consolidation du supercontinent Rodinia (de 800 à 750 Ma) et la formation du Gondwana (~650-500 Ma) sont désormais bien connues.

L'Archéen : une période d'importante croissance crustale

L'Archéen correspond à une période d'importante croissance crustale à l'échelle du globe, dont Madagascar, avec la formation caractéristique de roches de type tonalite-trondhjémite-granodiorite (T.T.G.) produites par fusion de basalte dans les conditions de haute pression au cours d'une subduction ou à la base d'une croûte continentale épaissie.

Antongil-Masora constituent les domaines les plus anciens de Madagascar avec des migmatites et des gneiss de type T.T.G. datés à 3,2-3,1 Ga, traversés par des granites mis en place à 2,55-2,51 Ga. Le domaine archéen d'Antongil-Masora correspondrait à un fragment du craton de Darwhar, situé au sud-ouest de l'Inde et formé lui aussi entre 3,2 et 2,5 Ga. Ainsi, le nord-est de Madagascar et une partie de l'Inde auraient subi la même évolution depuis le Néo-Archéen (2,5 Ga) jusqu'au Crétacé (environ 80 Ma) avec l'ouverture de l'océan Indien.

Le large domaine d'Antananarivo préserve aussi une histoire géologique néo-archéenne. Il se constitue de gneiss quartzo-feldspathiques à biotite et/ou amphibole de composition granitique à tonalitique d'âge néo-archéen (environ 2,5 Ga) associés à des gneiss migmatitiques et des paragneiss probablement plus anciens (2,7 Ga). Au nord d'Antananarivo, les gneiss quartzo-feldspathiques sont surm [...]


Médias de l’article

Carte géologique du socle de Madagascar 

Carte géologique du socle de Madagascar 
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Paléogéographie de Madagascar à la fin de la consolidation du Rodinia 

Paléogéographie de Madagascar à la fin de la consolidation du Rodinia 
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Gondwana 

Gondwana 
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Granites « stratoïdes » à Madagascar

Granites « stratoïdes » à Madagascar
Crédits : P. Goncalvès

photographie

Tous les médias



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MADAGASCAR, géologie  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Anne FAURE-MURET
  •  • 18 698 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Évolution des marges orientales de l'Afrique »  : […] Nous avons vu, au cours du Karoo, se manifester, dès la fin du Permien et au Trias, des influences marines, mais relativement brèves. La véritable transgression n'a lieu qu'à partir du Lias supérieur et elle ne prend toute sa valeur qu'au Jurassique moyen. La mer du Lias à Bouleiceras (une Ammonite caractéristique de la faune mésogéenne indo-malgache) a sans doute couvert toute l'île de Madagasca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-structure-et-milieu-geologie/#i_55743

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe GONCALVES, Christian NICOLLET, « MADAGASCAR, géologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/madagascar-geologie/