TURING MACHINE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans l'article « On computable numbers, with an application to the Entscheidungsproblem », publié en 1936 dans les Proceedings of the Mathematical Society, Alan Mathison Turing (1912-1954) montre qu'il existe des nombres définissables qui ne sont pas calculables. Cela implique qu'il n'existe pas de solution au célèbre problème de la décision formulé par David Hilbert. Pour cette démonstration, le jeune fellow du King's College de l'université de Cambridge (Royaume-Uni) définit une machine abstraite qui passe d'un état à un autre en suivant un ensemble de lois précises lorsqu'elle lit un caractère sur une bande magnétique. Cette machine peut imprimer ou effacer des symboles, par exemple la partie décimale d'un nombre réel défini par un processus récursif. Turing montre que la plupart des nombres réels ne sont pas calculables au sens où leurs développements décimaux ne peuvent pas être écrits automatiquement par une telle machine. Anticipant de plusieurs décennies la révolution informatique, Turing résout en logicien une des questions centrales des mathématiques.

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  TURING MACHINE DE  » est également traité dans :

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 239 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le cognitivisme »  : […] Le cognitivisme conçoit la cognition comme un calcul sur des représentations internes ou mentales : un organisme, ou système cognitif, agit intelligemment dans son environnement en en formant des représentations (partielles, modèles des aspects pertinents eu égard à la tâche en cours) et en les modifiant, compte tenu de ses croyances et de ses désirs (ou des buts qui lui sont ou qu'il s'est assig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-cognitives/#i_31406

INFORMATIQUE - Principes

  • Écrit par 
  • Jacques HEBENSTREIT
  •  • 3 097 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Automates de Turing »  : […] Les automates définis dès 1936 par le mathématicien anglais Alan Mathison Turing se sont révélés d'excellents modèles abstraits des ordinateurs réalisés à partir de 1943. Un automate de Turing est composé d'un automate à nombre fini d'états, muni d'une tête de lecture-écriture devant laquelle se trouve un ruban divisé en cellules et qui peut se déplacer de droite à gauche et de gauche à droite. Ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/informatique-principes/#i_31406

OBJET UNIVERSEL, mathématique

  • Écrit par 
  • Patrick DEHORNOY
  •  • 1 106 mots

Des objets universels apparaissent dans de multiples contextes mathématiques, mais l'idée de base est commune : un objet universel est un objet à partir duquel tous les autres membres de la famille considérée peuvent se reconstruire. Par conséquent, un objet universel est, quand il existe, le plus grand, le plus général de la famille. L'existence d'un tel objet permet d'économiser des démonstratio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/objet-universel-mathematique/#i_31406

PENSÉE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 8 282 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Pensée, machines et fonctionnalisme »  : […] Tout cela peut-il être tenu comme une réfutation définitive du cartésianisme ? Jusqu'à un certain point seulement. Ce dernier s'accorde avec la psychologie du sens commun quand il traite les états mentaux comme des causes du comportement. Mais la difficulté propre au dualisme a toujours été d'expliquer l'interaction entre le mental et le physique, qu'il rend mystérieuse. Supprime-t-on le problème […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pensee/#i_31406

PROGRAMMATION

  • Écrit par 
  • Jean-François MONIN
  •  • 7 832 mots

Dans le chapitre « Programme, interpréteur et compilateur »  : […] Un programme est tout d'abord un texte, c'est-à-dire une séquence de symboles. Pour prendre son sens en tant que programme, ce texte doit être mis en présence d'un mécanisme capable de le décoder et de produire un certain nombre de transformations. Ce mécanisme est appelé un interpréteur et l'ensemble des symboles utilisés est appelé le vocabulaire . Toutes les séquences de symboles ne forment pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/programmation/#i_31406

RÉSEAUX DE NEURONES (biologie)

  • Écrit par 
  • Jean-Gaël BARBARA
  •  • 2 493 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les réseaux de neurones, une construction historique »  : […] Le concept de réseau de neurones ne peut se définir aussi explicitement que ceux de fibre nerveuse ou de neurone. Longtemps, la fibre nerveuse constitua le concept clé de toutes les recherches sur le système nerveux se fondant sur l’étude des nerfs et de leurs composantes unitaires, les fibres, dont on découvre à la fin du xix e  siècle qu’elles sont des axones, un prolongement émanant généraleme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reseaux-de-neurones-biologie/#i_31406

TURING ALAN MATHISON (1912-1954)

  • Écrit par 
  • B. Jack COPELAND
  •  • 1 552 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Jeunesse et études universitaires  »  : […] Alan Mathison Turing naît le 23 juin 1912 à Londres. Fils d'un fonctionnaire britannique de l'administration indienne, Turing commence à étudier les mathématiques au King's College de l'université de Cambridge en 1931. Après avoir obtenu son diplôme en 1934, il obtient une bourse d'enseignant chercheur au King's College en reconnaissance de ses travaux sur la théorie des probabilités. En 1936, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alan-mathison-turing/#i_31406

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « TURING MACHINE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/machine-de-turing/