LYELL sir CHARLES (1797-1875)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Géologue écossais. Élevé dans un milieu scientifique (son père avait acquis quelque renom comme botaniste), les cours de William Buckland à l'université d'Oxford poussent Charles Lyell vers la géologie. À la fin de ses études universitaires, il entreprend de nombreux voyages, afin d'étudier in situ les théories enseignées par Buckland.

En mars 1819, il est élu membre de la Geological Society of London, dont il sera secrétaire de 1823 à 1826 et deux fois président (1836, 1850). En 1832, Lyell épouse la fille d'un géologue, Mary Elizabeth Horner, qui, par ses connaissances littéraires et scientifiques, jouera un grand rôle dans sa vie professionnelle.

Son premier mémoire traite de la formation récente du calcaire lacustre de son comté natal, le Forfarshire. Au cours de nombreux voyages en France, Lyell prend contact avec plusieurs naturalistes (1823). Il résume ses recherches en Auvergne par une publication sur le creusement des vallées et sur les roches volcaniques du centre de la France. Il est un des premiers à associer les fossiles à une chronologie des terrains. Après un séjour en Italie, il rencontre, à Paris, Gérard Paul Deshayes, avec qui il met sur pied son projet de division du Tertiaire en trois groupes principaux (1829). Pour eux, le fait le plus important est que plus les formations tertiaires sont récentes, plus grande serait la proportion des mollusques récents.

Lyell propose, pour la première fois, en 1833, les termes d'Éocène, de Miocène et de Pliocène pour le Tertiaire inférieur, moyen et supérieur. Depuis lors, la définition précise de ces époques a été remaniée, mais il n'en reste pas moins que les travaux de Lyell et de Deshayes furent le point de départ de la nomenclature des terrains tertiaires.

C'est dans son cours au King's College de Londres, où il est le premier à professer la géologie, que Lyell énonce les théories qu'il publiera dans les Principles of Geology (3 vol., 1830, 1832, 1833), qui connaîtront douze éditions de son vivant, toutes remaniées, et qui seront traduites en plusieurs langues. Le bu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LYELL sir CHARLES (1797-1875)  » est également traité dans :

PRINCIPLES OF GEOLOGY (C. Lyell)

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 257 mots

Le géologue écossais Charles Lyell (1797-1875) est essentiellement connu pour son ouvrage en trois volumes Principles of Geology (1830-1833) qui fut, dès sa parution, un grand succès et qui constitue une belle synthèse des connaissances géologiques de son époque. Il y prône l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/principles-of-geology/#i_19450

ACTUALISME ET CATASTROPHISME

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 2 436 mots

Dans le chapitre « L'apparition de l'uniformitarisme »  : […] Entre 1830 et 1833, le géologue écossais Charles Lyell (1797-1875) publie son ouvrage en trois volumes Principles of geology qu'il révisera et augmentera toute sa vie jusqu'à la dernière édition, l'année de sa mort, en 1875. Cette œuvre, qui est un réquisitoire contre la pensée catastrophiste dominante et une synthèse des connaissances géologique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actualisme-et-catastrophisme/#i_19450

ANTHROPOCÈNE

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 2 468 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une question ancienne »  : […] Depuis le début du xix e  siècle, la dénomination et la délimitation des subdivisions de l’ère quaternaire font l’objet de nombreux débats. Charles Lyell propose en 1839 (dans l’édition française de Nouveaux Éléments de géologie ) le terme de Pléistocène pour désigner la période géologique la plus récente et qui correspond à l’ère quaternaire. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropocene/#i_19450

CÉNOZOÏQUE

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre AUBRY
  •  • 7 573 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les grandes subdivisions du Cénozoïque »  : […] C'est l'étude des assises sédimentaires marines d'Europe plus récentes que la craie (en latin creta , dont le terme Crétacé est dérivé), affleurant principalement dans les bassins de Londres, de Paris et de Belgique, qui a conduit à l'établissement des fondements de la stratigraphie moderne grâce aux travaux d'Alcide d'Orbigny, père du concept d'ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cenozoique/#i_19450

FIXISME

  • Écrit par 
  • Hervé LE GUYADER
  •  • 994 mots

Le fixisme correspond à la vision d'une nature qui reste immuable au cours du temps, à partir d'une origine considérée comme une création. C'est pourquoi fixisme et créationnisme recouvrent en réalité une même conception du déroulement temporel de la vie sur Terre. Il est classique d'opposer fixisme et transformisme. Pourtant, beaucoup de résultat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fixisme/#i_19450

GÉOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • François ELLENBERGER
  •  • 6 537 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La révolution créatrice du début du XIXe siècle et ses développements »  : […] En moins de vingt ans (1810-1830), la géologie moderne naît, avec son programme et ses institutions. Elle a été préparée par trois prises de conscience qui bouleversent les rapports entre l'homme et le cosmos terrestre. Il s'agit d'abord de l' immensité des temps géologiques  ; à partir de 1770, un nombre vite croissant d'auteurs de tous bords font […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geologie-histoire-des-sciences-de-la-terre/#i_19450

PALÉOANTHROPOLOGIE ou PALÉONTOLOGIE HUMAINE

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 4 905 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’homme antédiluvien »  : […] Le rejet du catastrophisme de Cuvier et de Buckland, qui avait jusque-là entravé la reconnaissance de l'homme antédiluvien, fut essentiellement l’œuvre du géologue britannique Charles Lyell. En affirmant dans ses Principes de géologie publiés en 1833, que tous les processus géologiques et climatiques du passé étaient de même nature et de même inte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleoanthropologie-paleontologie-humaine/#i_19450

STADE NOTION DE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 1 126 mots

En tenant compte de l'arbitraire qui s'attache à toute tentative de définition d'un concept, dans la mesure où elle opère par réduction à partir des prémisses, il semblerait que la notion de stade présente deux applications bien distinctes autour desquelles se distribuent diverses disciplines intéressées : dans les notions de direction et d'organis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notion-de-stade/#i_19450

UNIFORMITARISME

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 1 930 mots

Dans le chapitre « Historique »  : […] Le terme « uniformitarisme » est dû à William Whewell (1794-1866) ; dans un commentaire de 1832 sur l'œuvre de Charles Lyell, il prévoit que l'ensemble des géologues sera longtemps divisé en deux groupes antagonistes, «  The Uniformitarians and the Catastrophists  ». Lyell (1797-1875), étudiant en droit à Oxford, s'intéresse très tôt à la géologie. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/uniformitarisme/#i_19450

Pour citer l’article

Myriam COHEN, « LYELL sir CHARLES - (1797-1875) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyell-sir-charles/