Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LYELL sir CHARLES (1797-1875)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Géologue écossais. Élevé dans un milieu scientifique (son père avait acquis quelque renom comme botaniste), les cours de William Buckland à l'université d'Oxford poussent Charles Lyell vers la géologie. À la fin de ses études universitaires, il entreprend de nombreux voyages, afin d'étudier in situ les théories enseignées par Buckland.

En mars 1819, il est élu membre de la Geological Society of London, dont il sera secrétaire de 1823 à 1826 et deux fois président (1836, 1850). En 1832, Lyell épouse la fille d'un géologue, Mary Elizabeth Horner, qui, par ses connaissances littéraires et scientifiques, jouera un grand rôle dans sa vie professionnelle.

Son premier mémoire traite de la formation récente du calcaire lacustre de son comté natal, le Forfarshire. Au cours de nombreux voyages en France, Lyell prend contact avec plusieurs naturalistes (1823). Il résume ses recherches en Auvergne par une publication sur le creusement des vallées et sur les roches volcaniques du centre de la France. Il est un des premiers à associer les fossiles à une chronologie des terrains. Après un séjour en Italie, il rencontre, à Paris, Gérard Paul Deshayes, avec qui il met sur pied son projet de division du Tertiaire en trois groupes principaux (1829). Pour eux, le fait le plus important est que plus les formations tertiaires sont récentes, plus grande serait la proportion des mollusques récents.

Lyell propose, pour la première fois, en 1833, les termes d'Éocène, de Miocène et de Pliocène pour le Tertiaire inférieur, moyen et supérieur. Depuis lors, la définition précise de ces époques a été remaniée, mais il n'en reste pas moins que les travaux de Lyell et de Deshayes furent le point de départ de la nomenclature des terrains tertiaires.

C'est dans son cours au King's College de Londres, où il est le premier à professer la géologie, que Lyell énonce les théories qu'il publiera dans les Principles of Geology (3 vol., 1830, 1832, 1833), qui connaîtront douze éditions de son vivant, toutes remaniées, et qui seront traduites en plusieurs langues. Le but de Lyell, dans cet ouvrage, était de généraliser la science géologique et de la mettre à la portée des moins initiés : il a tenté de vulgariser la géologie. Toujours dans cette optique, il publie les Elements of Geology (1838), qui seront plusieurs fois amendés, et The Student's Elements of Geology (1871).

Lyell s'est intéressé à la question de l'isostasie. En 1834, il fait à la Royal Society un rapport sur son mémoire traitant de l'élévation graduelle du sol dans certaines parties de la Suède. Il étudie encore la migration et l'origine des espèces. Dans ce domaine, Lyell rejoint les théories de Darwin, tout en gardant une certaine réserve devant la complexité du problème.

En 1841, Lyell est invité à donner douze conférences à Boston. Il saisit cette occasion pour explorer une grande partie des États-Unis et du Canada. Ses observations, publiées sous le titre de Travels in North America (1845), offrent un intérêt tant du point de vue scientifique que du point de vue sociologique.

En 1845, second voyage aux États-Unis, qui donne lieu à la publication de nombreux mémoires sur les États du Sud et sur le Mexique. Lyell s'est aussi préoccupé des origines de l'espèce humaine ; il publie les The Geological Evidences of the Antiquity of Man with Remarks on Theories on the Origin of Species by Variation (1863), résultat de nombreux voyages en Europe occidentale, où il étudie les dépôts alluvionnaires et les traces d'industries préhistoriques. Il soulève, lors d'un discours à Aberdeen, la notion de l'ancienneté relative de l'homme par rapport à l'histoire et aux traditions humaines connues.

— Myriam COHEN

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Myriam COHEN. LYELL sir CHARLES (1797-1875) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • PRINCIPLES OF GEOLOGY (C. Lyell)

    • Écrit par
    • 257 mots

    Le géologue écossais Charles Lyell (1797-1875) est essentiellement connu pour son ouvrage en trois volumes Principles of Geology (1830-1833) qui fut, dès sa parution, un grand succès et qui constitue une belle synthèse des connaissances géologiques de son époque. Il y prône l'uniformitarisme...

  • ACTUALISME ET CATASTROPHISME

    • Écrit par
    • 2 440 mots
    • 1 média
    Entre 1830 et 1833, le géologue écossaisCharles Lyell (1797-1875) publie son ouvrage en trois volumes Principles of geology qu'il révisera et augmentera toute sa vie jusqu'à la dernière édition, l'année de sa mort, en 1875. Cette œuvre, qui est un réquisitoire contre la pensée catastrophiste dominante...
  • ANTHROPOCÈNE

    • Écrit par
    • 2 468 mots
    • 2 médias
    Depuis le début du xixe siècle, la dénomination et la délimitation des subdivisions de l’ère quaternaire font l’objet de nombreux débats. Charles Lyell propose en 1839 (dans l’édition française de Nouveaux Éléments de géologie) le terme de Pléistocène pour désigner la période géologique...
  • CÉNOZOÏQUE

    • Écrit par
    • 7 601 mots
    • 7 médias
    ...conduit à l'établissement des fondements de la stratigraphie moderne grâce aux travaux d'Alcide d'Orbigny, père du concept d'étage (1852-1854), et de Charles Lyell, dont l'œuvre magistrale, Principles of Geology (1830-1833), a inspiré des générations de géologues. Lyell a, d'une part, interprété...
  • FIXISME

    • Écrit par
    • 997 mots

    Le fixisme correspond à la vision d'une nature qui reste immuable au cours du temps, à partir d'une origine considérée comme une création. C'est pourquoi fixisme et créationnisme recouvrent en réalité une même conception du déroulement temporel de la vie sur Terre.

    Il est classique...

  • Afficher les 9 références