LUXUN [LOU-SIUN] (1881-1936)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Luxun domine son époque de toute l'autorité que lui ont conférée son œuvre littéraire et son rôle politique, l'une étroitement mêlée à l'autre, au service du peuple chinois et d'une Chine nouvelle libérée de l'héritage féodal. Né dans l'ancienne Chine et mort à la veille de La naissance de la Chine socialiste, il est le fondateur de la littérature chinoise moderne, le novateur hardi de sa langue et de son écriture, le chef de file des idées nouvelles contre les forces conservatrices, qui n'a cessé de regrouper autour de lui les jeunes écrivains et artistes de son temps. Depuis sa mort, aucun mouvement culturel en Chine qui ne se réclame de son esprit et ne cherche dans son œuvre de quoi fonder son propre crédit. L'œuvre de Luxun, très abondante malgré une vie relativement courte, peut rendre compte par sa variété et sa richesse du rôle considérable que son auteur a joué dans la Chine de son temps et de l'influence qu'elle conserve aujourd'hui : nouvelles et contes, souvenirs, poèmes en prose, vers de style ancien ou de formes modernes, études universitaires, traductions, et surtout les Essais ou « variétés », composés de pamphlets et libelles, articles et critiques en réponse directe aux événements littéraires, sociaux et politiques de l'époque ; sans compter le Journal et la Correspondance édités plus récemment. Les Œuvres complètes, dont la traduction en français est en cours, ont fait l'objet d'une nouvelle édition à l'occasion du centenaire de la naissance de Luxun, en 1981.

De la politique par la littérature

Luxun, de son vrai nom Zhou Shuren, est né à Shaoxing dans la province du Zhejiang, au sud-est de la Chine. Son père est un lettré pauvre, qui meurt prématurément en laissant ses fils dans la gêne. Le jeune homme parvient à mener jusqu'au bout des études secondaires en suivant les cours – gratuits – d'écoles occidentales non traditionnelles, et obtient en 1901 une bourse pour le Japon, où il décide d'entrer au collège médical de Sendai. Il pense, en effet, que seule la science moderne peut sauver [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de jeunes filles, agrégée de l'Université (lettres), docteur d'État, professeur honoraire à l'université de Paris-VIII, département de littérature générale, domaine chinois

Classification


Autres références

«  LUXUN [ LOU-SIUN ] (1881-1936)  » est également traité dans :

CONFUCIUS & CONFUCIANISME

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 14 466 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Confucius et Mao »  : […] le président Mao en perpétua cette fois l'esprit. Radicale, en revanche, la critique de Luxun : dans un essai de 1925 sur L'Étude des classiques, il se félicita qu'il y ait en Chine des analphabètes pour échapper aux dissertations rituelles « à huit jambes », dont seul un abruti, à l'en croire, pourrait venir à bout. Il ajouta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confucius-et-confucianisme/#i_18559

DING LING (1904-1986)

  • Écrit par 
  • Michelle LOI
  •  • 1 276 mots

La même année, Ding Ling et Hu Yepin regagnent Shanghai, où Luxun a regroupé autour de lui l'ensemble des écrivains de gauche, dont l'Association est fondée sous sa direction en 1930. Ding Ling anime avec Hu la revue Rouge et Noir. Mais, en janvier 1931, une rafle de la police anglaise arrête et livre à Tchiang Kai-chek une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ding/#i_18559

MAO DUN [MAO-TOUEN] (1896-1981)

  • Écrit par 
  • Michelle LOI
  •  • 2 001 mots

Dans le chapitre « La longue route d'un fidèle compagnon »  : […] il est de retour à Shanghai, où il rejoint aussitôt la Ligue des écrivains de gauche, que Luxun vient juste de fonder, réunissant sous son autorité les écrivains de Création comme ceux de la Société de recherches littéraires. Mao Dun est aux côtés de Luxun dans toutes les démarches que ce dernier entreprend dans le cadre de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mao-dun-mao-touen/#i_18559

TIAN HAN [T'IEN HAN] (1898-1968)

  • Écrit par 
  • Michelle LOI
  •  • 341 mots

Tian Shouchang (qui adopta le nom de plume de Tian Han) naquit à Changsha, province de Hunan, dans une riche famille paysanne. À l'école normale supérieure de Tōkyō (1914), il prend connaissance des œuvres dramatiques occidentales modernes. De retour en Chine en 1921, son activité à Shanghai d'auteur dramatique, de traducteur (Shakespeare, Wilde, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tian-han-t-ien-han/#i_18559

Voir aussi

Pour citer l’article

Michelle LOI, « LUXUN [LOU-SIUN] (1881-1936) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 septembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/luxun-lou-siun/