ALVAREZ LUIS WALTER (1911-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Physicien américain né le 13 juin 1911 à San Francisco, Luis Walter Alvarez commence ses travaux comme assistant, puis il devient professeur à l'université de Californie (Berkeley), où il découvre en 1938 le phénomène de capture électronique de certains noyaux radioactifs. Avec Felix Bloch, il effectue la première mesure du moment magnétique du neutron en 1940.

Entre 1940 et 1943, il poursuit ses travaux au Massachusetts Institute of Technology (MIT), dans le domaine des ondes ultracourtes, et contribue à la mise au point et à l'utilisation du radar et des guides micro-ondes. À la fin de la guerre, il participe aux travaux du laboratoire de Los Alamos et suggère le système d'allumage de la bombe A.

Après la guerre, il contribue à la réalisation du premier accélérateur linéaire à protons ainsi qu'au développement de la chambre à bulles à hydrogène liquide. Ces travaux ont conduit à la mise au point de la technique de détection des neutrinos et à la découverte de nouvelles particules subnucléaires, les résonances, produites dans les collisions nucléaires à haute énergie, et ont valu au physicien le prix Nobel en 1968.

Alvarez détourna ensuite son intérêt de la physique des particules. Il avait toujours été attiré par l'application des outils de la physique à d'autres domaines. Ses succès les plus spectaculaires furent ses études portant sur l'extinction de certaines espèces, des dinosaures entre autres, à la fin de la période géologique du Crétacé, il y a quelque 65 millions d'années. En collaboration avec son fils Walter et ses collègues en chimie nucléaire, F. Asaro et H. Michel, il démontra la présence imprévue d'une grande concentration d'iridium dans un niveau argileux situé à la limite entre les formations géologiques du Crétacé et du Tertiaire. Cette concentration est beaucoup plus importante que la quantité moyenne observée dans la croûte terrestre et ressemble davantage à la constitution d'éléments composant les comètes et les astéroïdes. Alvarez et ses collègues interprétèrent donc l'extinction massive de ces espèces comme le résultat de l'impact d'une météorite d'environ 10 kilomètres de diamètre. Cette hypothèse est toujours tenue comme la plus probable par une majorité de spécialistes.

Luis et Walter Alvarez

Luis et Walter Alvarez

photographie

Ces deux scientifiques (à gauche, le physicien Luis Alvarez ; à droite, son fils Walter, géologue) posent devant un affleurement situé à proximité de Gubbio (Italie) et montrant la limite (au niveau de la main droite de Walter) entre le Crétacé (dernier étage de l'ère mésozoïque) et... 

Crédits : Photo courtesy of Berkeley Lab

Afficher

Luis Walter Alvarez meurt le 1er septembre 1988 à Berkeley (Californie).

—  Alain GRIMAUD

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ALVAREZ LUIS WALTER (1911-1988)  » est également traité dans :

ALVAREZ ET L'EXTINCTION DES DINOSAURES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 182 mots

Les chercheurs américains Luis W. Alvarez, son fils Walter Alvarez, Frank Asaro et Helen Michel annoncent, en 1980, la découverte d'un fort enrichissement en iridium dans un niveau argileux daté à 65 millions d'années (limite entre le Crétacé et le Tertiaire). Cet élément chimique est abondant dans certaines […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alvarez-et-l-extinction-des-dinosaures/#i_3125

EXTINCTIONS BIOLOGIQUES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT, 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 8 272 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une collision cosmique »  : […] En 1980, par un article resté célèbre, publié dans Science , Luis Alvarez et ses collaborateurs annonçaient la découverte dans les strates sédimentaires, à la limite Crétacé-Tertiaire, d'un enrichissement notable en iridium, qu'ils interprétaient comme la conséquence de la collision d'une énorme météorite avec la Terre. Le cataclysme provoqué par c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/extinctions-biologiques/#i_3125

MÉSOZOÏQUE ou ÈRE SECONDAIRE

  • Écrit par 
  • Jean-François DECONINCK
  •  • 8 315 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La limite Crétacé-Paléogène »  : […] La limite Crétacé-Paléogène, souvent appelée limite Crétacé-Tertiaire, est marquée par la disparition de groupes caractéristiques du Mésozoïque, notamment les ammonites et les dinosaures. Ce n'est pas la limite la plus importante en termes de chute de la biodiversité mais c'est la plus connue. Elle est en fait fortement médiatisée en raison, d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesozoique-ere-secondaire/#i_3125

TRITIUM

  • Écrit par 
  • Akli HAMMADI
  •  • 1 067 mots
  •  • 1 média

En 1934, Ernest Rutherford découvre l'existence du tritium. En bombardant une cible de deutérium par des deutons (noyaux de deutérium), il observe l'émission de neutrons et de protons qu'il attribue à la formation d'un isotope de masse trois de l'hélium ( 3 He) et de l'isotope de masse trois de l'hydrogène ( 3 H). Quelques années plus tard, en 193 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tritium/#i_3125

Pour citer l’article

Alain GRIMAUD, « ALVAREZ LUIS WALTER - (1911-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/luis-walter-alvarez/