LEÓN LUIS DE (1528-1591)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'intuition lyrique

La poésie est, pour Luis de León, « un souffle céleste et divin » ; elle opère une véritable catharsis esthétique et nous élève à la transcendance. L'intuition de la nature (œuvre de Dieu) est frappante dans l'Ode à la vie de retraite, dans l'Ode à Felipe Ruiz (un De natura rerum en petit, mais ouvert sur l'Absolu), dans toutes ces liras, strophes à cinq vers que personne auparavant n'avait utilisées pour des sujets métaphysiques ou mystiques. Le sens du nocturne est ici capital (Nuit sereine) ; de même, la dilection pour la musique (Ode à Salinas, le professeur de musique, aveugle) capable de nous hausser au divin sous l'effet de ses rythmes et de ses nombres, comme chez Pythagore. Les poèmes proprement religieux (comme l'Ascension, l'Ode à Notre-Dame, Demeure du Ciel ) exhalent une aspiration invincible à l'Au-delà et au bonheur éternel.

« Le plus philosophe de nos mystiques et le plus mystique de nos philosophes », dit C. Muiños Saenz, en parlant de Luis de León. De fait, la culture profane, l'ascétisme et le haut mysticisme s'unissent chez lui dans un éclectisme supérieur, qui n'est pas syncrétisme, mais plutôt fécondation de la philologie humaniste par le christocentrisme ; raisonnable et inspiré à la fois, cet esprit libre, « à la nuque raide » (M. Legendre), a su unir fougue et modération dans une vision du monde aussi platonicienne qu'aristotélicienne, illuminée par la Bible.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification


Autres références

«  LEÓN LUIS DE (1528-1591)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La mystique »  : […] Dans cet immense domaine, qui est aussi caractéristique de l'Espagne que celui du réalisme picaresque, sinon du réalisme tout court, on retrouve d'abord fray Luis de León, maître platonisant, voire hébraïsant, plein de sagesse et de rayonnante humanité, auteur, outre ses poésies, de traités comme Les Noms du Christ (1583), d'une prose transparente à l'image d'un cœur digne de savoir retrouver Die […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-litterature/#i_9603

Pour citer l’article

Alain GUY, « LEÓN LUIS DE - (1528-1591) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/luis-de-leon/