VANVITELLI LUIGI (1700-1773)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils de Gaspard van Wittel, peintre hollandais fixé en Italie (d'où l'italianisation de leur nom), Luigi Vanvitelli se destine d'abord à la peinture. On connaît de lui des fresques dans l'abside de l'église du Suffragio à Viterbe, à Rome, et dans la chapelle des reliques à Santa Cecilia in Trastevere, un tableau à l'huile dans la même chapelle, des cartons pour des mosaïques de Saint-Pierre. Il fait ensuite des études d'architecture sous la direction de Juvara. Ses projets, non primés, pour le concours de la façade de Saint-Jean-de-Latran et pour la fontaine de Trevi le font remarquer du pape, qui le nomme en 1726 architecte de la fabrique de Saint-Pierre avec Antonio Valeri. Il occupe seul le poste à partir de 1736. Le pape l'envoie alors dans les Marches où il construit le lazaret d'Ancône, puis, en collaboration avec Francesco Barigioni, les églises de San Domenico et San Francesco à Urbin.

Ayant acquis une grande réputation d'habileté technique, il est appelé par Charles III de Bourbon à Naples, où il reçoit le titre de premier architecte du roi. Il construit l'église de l'Annunziata, celle de la Madeleine et exécute divers travaux d'ingénieur (aqueduc et ponts) ; il est, enfin, chargé d'élever à Caserte un palais qui puisse rivaliser avec le château de Versailles. Les travaux, inachevés à sa mort, seront menés ensuite par son fils Carlo (1739-1821), qui poursuit l'aménagement du parc dont il anime les longues perspectives par une suite de fontaines, cascades et jeux d'eau. Mais les ambitieux projets de Luigi Vanvitelli ne furent qu'en partie réalisés : il avait prévu, en effet, devant la façade, des ailes incurvées qui n'ont jamais vu le jour.

Palais de Caserte : la cascade et le groupe sculpté, L. et C. Vanvitelli

Palais de Caserte : la cascade et le groupe sculpté, L. et C. Vanvitelli

photographie

Luigi et Carlo Vanvitelli, cascades et groupe sculpté dans le parc du palais de Caserte, près de Naples. XVIIIe siècle. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Dans cet œuvre abondant, Vanvitelli se révèle un précurseur du néo-classicisme. Il se dégage des règles du style baroque pratiqué par Juvara, mais ne suit pas une ligne d'évolution continue : on le sent constamment tendu entre le désir du dépouillement et le goût des décors exubérants.

—  Renée PLOUIN

Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  VANVITELLI LUIGI (1700-1773)  » est également traité dans :

CAMPANIE

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 2 806 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les « Renaissances » »  : […] Il semble que cette histoire si fragmentée ait empêché la Campanie d'être créatrice. Jusqu'au xvii e  siècle, ce sont des artistes étrangers ou venus d'autres régions de l'Italie qui vont déterminer sa physionomie. Aux xiii e et xiv e  siècles, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/campanie/#i_10833

Pour citer l’article

Renée PLOUIN, « VANVITELLI LUIGI - (1700-1773) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/luigi-vanvitelli/