MISES LUDWIG VON (1881-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Économiste autrichien, professeur à l'université de Vienne (1913-1938), puis à l'université de New York (1945-1969), Ludwig von Mises appartient à la seconde école marginaliste de Vienne. Dans son œuvre, trois centres d'intérêt complémentaires peuvent être distingués. Tout d'abord, et en particulier dans son Économie nationale (Nationalökonomie. Theorie des Handelns und Wirtschaftens, 1940), l'économie lui apparaît comme une science rationnelle des choix, qu'il s'agisse des buts ou qu'il s'agisse des moyens, qui ne sont que des fins subordonnées ou secondaires. Ensuite, dans sa Théorie de la monnaie et du crédit (Theorie des Geldes und der Umlaufsmittel, 1912), il étudie la monnaie à la lumière des principes marginalistes ; la valeur étant le résultat d'appréciations purement subjectives, la question de la mesure du pouvoir d'achat de la monnaie est pour lui un faux problème. Cette analyse monétaire qui débouche sur les questions d'intérêt et de capital se prolonge en une théorie monétaire des cycles dans Théorie monétaire et théorie conjoncturelle (Die Geldtheorie und die Konjunkturtheorie, 1929). Enfin, c'est surtout sa thèse de l'impossibilité d'un calcul économique en régime socialiste, développée dans Le Socialisme (Die Gemeinwirtschaft, 1922), en raison d'une absence de prix de marché libres, qui fut à l'origine d'une controverse économique célèbre et assura à l'œuvre de Mises un grand retentissement. Mises a fondé par ailleurs l'Institut autrichien de conjoncture.

—  Guy CAIRE

Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  MISES LUDWIG VON (1881-1973)  » est également traité dans :

AUTRICHIENNE ÉCOLE, économie

  • Écrit par 
  • Pierre GARROUSTE
  •  • 1 603 mots

Dans le chapitre « Subjectivisme »  : […] Contrairement à Walras, qui suppose les individus homogènes selon leurs activités de production ou de consommation (hypothèse matérialisée par la notion d'agent représentatif), Menger affirme l'hétérogénéité fondamentale des agents économiques. Il montre que la valeur d'un bien est fonction non pas des caractéristiques objectives de ce bien mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-autrichienne-economie/#i_15417

CONCURRENCE, économie

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ
  •  • 7 210 mots

Dans le chapitre « La concurrence comme processus de découverte »  : […] Nombreux sont les auteurs de l'école autrichienne qui, à la suite de Karl Menger (1871), et avec John Maynard Keynes (1936) ont défendu une conception subjectiviste de la rationalité. En univers d'avenir incertain, les décideurs diffèrent les uns des autres, par leur appréciation du présent comme par leur aversion à l'égard du risque. La concurre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concurrence-economie/#i_15417

RATIONALITÉ ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Hubert BROCHIER
  •  • 3 932 mots

Dans le chapitre « Le fondement de la science économique »  : […] En une première acception, la « rationalité économique » peut être tenue pour le fondement de la science économique positive. Elle consiste à isoler dans le champ de l'action sociale un domaine bien déterminé dans lequel les agents, individus ou entreprises, présentent un comportement obéissant à des principes considérés comme rationnels : recherc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rationalite-economique/#i_15417

Pour citer l’article

Guy CAIRE, « MISES LUDWIG VON - (1881-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludwig-von-mises/