BOSÈ LUCIA (1931-2020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issue d’une famille pauvre de fermiers de Lombardie, Lucia Bosè est née Lucia Borloni le 28 janvier 1931 à Milan. En 1946, Luchino Visconti, entrant dans la célèbre pâtisserie Galli de la via Victor Hugo à Milan, est frappé par la beauté extraordinaire d’une vendeuse anonyme. Comme celle d’Alain Delon, de Claudia Cardinale ou de Helmut Berger, cette perfection physique retient l’attention du cinéaste. Un an plus tard, malgré l’avis de son père, Lucia Bosè devient Miss Italie, devant ses concurrentes Gianna Maria Canale et Gina Lollobrigida. Les cheveux courts de la jeune femme, qui débutera bientôt au cinéma, et la pureté séraphique de son visage évoquent Louise Brooks ; une autre actrice, Ingrid Bergman, au port aristocratique renforcé par une haute taille, lui ressemble. Cette distinction naturelle qu’avait remarquée Visconti illumine la jeune fille.

Si la carrière de comédienne de Lucia Bosè n’a jamais vraiment cessé, ce n’est que dans les années 1950 qu’elle est significative. À la fascination que ne manque jamais de faire naître son physique s’ajoute une sobriété de jeu élégante, peu variée sans doute mais toujours raffinée, dans le drame comme dans la comédie. Une autre beauté altière, Silvana Mangano, qui sera plus tard associée au cinéma de Visconti, lui avait ravi le rôle principal de Riz amer, de Giuseppe De Santis, en 1949. C’est donc dans Pâques sanglantes (1950), de ce même réalisateur, qu’on la voit interpréter son premier rôle, celui d’une paysanne ciociara (c’est-à-dire de la région de Frosinone). Entre drame social et tragédie antique stylisée, elle confirme qu’elle est plus qu'une simple lauréate de concours. Deux ans plus tard, De Santis lui confie un rôle plus discret, et dans lequel elle se montre parfaite, parmi les dactylos victimes de la catastrophe romaine décrite dans Onze heures sonnaient. Le début [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BOSÈ LUCIA (1931-2020)  » est également traité dans :

ANTONIONI MICHELANGELO (1912-2007)

  • Écrit par 
  • Paul Louis THIRARD
  •  • 2 288 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les premiers films »  : […] Né en 1912 à Ferrare, Antonioni entre dans la profession en 1942 comme assistant de Marcel Carné pour Les Visiteurs du soir  ; jusqu'à 1950, il collabore à quelques scénarios et réalise des courts-métrages qui ne sont pas indifférents. C'est l'époque où le cinéma italien connaît la flambée du néo-réalisme fortement marqué à gauche, et qui, prôné ou contredit, influencera profondément toute la vie […] Lire la suite

Pour citer l’article

René MARX, « BOSÈ LUCIA - (1931-2020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lucia-bose/