BONALD LOUIS-AMBROISE DE (1754-1840)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une théorie métaphysique du langage

Cette doctrine du conservatisme social repose sur une théorie métaphysique du langage. Une formule la résume : « L'homme pense sa parole avant de parler sa pensée. » Il faut entendre par là que, la pensée étant postérieure à la parole, l'homme ne peut avoir inventé celle-ci ; en d'autres termes, l'homme ne peut penser sans le secours du langage, ni inventer le langage sans le secours de la pensée. C'est donc que la parole lui a été révélée par Dieu et avec elle toutes les vérités qui sont à la base de la religion, de la morale et de l'ordre social. Avec la parole, l'homme trouve les limites de sa pensée et les lois qui furent sa destinée. Là, puisqu'on ne peut concevoir de société sans langage, se trouve la clef de toute organisation sociale : toute-puissance du Verbe. N'est-ce pas de cet ancêtre que devrait se réclamer le structuralisme linguistique ? Quoi qu'il en soit, cette théorie du langage et celle de la primauté du social sur l'individuel, si importantes pour qui veut comprendre la pensée de Bonald, lui redonnent un accent de modernité.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  BONALD LOUIS-AMBROISE DE (1754-1840)  » est également traité dans :

BALZAC HONORÉ DE

  • Écrit par 
  • Maurice MÉNARD
  •  • 15 043 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Balzac penseur ? »  : […] Depuis le Balzac d'E.-R. Curtius (1923), toute une famille de la critique balzacienne accorde la première place, dans l'interprétation de l'œuvre, à la réflexion théorique, aux idées, voire au système de pensée de l'auteur. Pour M. Bardèche, cet aspect est essentiel et fondateur. Pour P. Nykrog, A. Allemand, H. Gauthier et Max Andréoli, la philosophie de Balzac fournit le meilleur principe d'expl […] Lire la suite

CONTRE-RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 4 953 mots

Dans le chapitre « La contre-révolution intellectuelle »  : […] Burke est le premier penseur d'envergure à dénoncer l'influence des idées révolutionnaires. Car c'est d'Angleterre, de cette Angleterre qui avait si fortement influencé Montesquieu et Voltaire, qu'est venue la réfutation la plus approfondie de la Révolution française. Elle vint d'un membre du parti whig, qui avait lutté pour la défense des libertés contre la tentative absolutiste de George III et […] Lire la suite

DIVORCE

  • Écrit par 
  • Claude COLOMBET, 
  • Adeline GOUTTENOIRE
  •  • 8 620 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du droit romain à la loi française du 11 juillet 1975 »  : […] Le droit romain a connu et beaucoup pratiqué le divorce : les deux formes admises étaient celles du divorce par consentement mutuel et du divorce-répudiation ; dans le premier cas, il est perçu comme une fin normale du mariage où le consentement mutuel défait ce qu'il a fait ; dans le second, il est la conséquence du pouvoir marital : à sens unique, il permet au mari de répudier sa femme. Le droi […] Lire la suite

FAMILLE - Évolution contemporaine

  • Écrit par 
  • Abel JEANNIÈRE, 
  • François de SINGLY
  •  • 9 788 mots

Dans le chapitre « Les débuts de la révolution industrielle »  : […] Au moment même où, déjà ébranlée par la Révolution française, elle est remise en question, la famille de type patriarcal se trouve défendue et sa hiérarchie canonisée. Elle correspond aux époques où les principales forces de production sont l'agriculture et l'artisanat ; on peut la dire famille agraire . Les constructions conceptuelles de Louis de Bonald, dont l'influence fut grande, sont typique […] Lire la suite

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Nouvelles perspectives »  : […] Contre cette pensée providentialiste, illustrée également par Louis Ambroise de Bonald ( Théorie du pouvoir politique et religieux dans la société civile , 1796) et, après la Restauration, par Pierre Simon Ballanche, qui entendent tous deux tirer aussi une leçon religieuse de l'époque révolutionnaire, l'école libérale voit le jour, née des interrogations entraînées par les mutations sociales. Sou […] Lire la suite

TRADITION

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Jean PÉPIN
  •  • 6 370 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Phénoménologie de la tradition »  : […] Aujourd'hui où la principale séduction est celle de la modernité, on comprend mal que le même prestige se soit attaché en d'autres temps à l'ancienneté. Parmi les multiples témoins de cette mentalité, on peut citer le mythe de l'âge d'or où les hommes étaient plus près des dieux et de la nature, et après lequel la sagesse et le bonheur ne cessèrent de se dégrader ; l' auctoritas vetustatis que, b […] Lire la suite

Pour citer l’article

Colette CAPITAN PETER, « BONALD LOUIS-AMBROISE DE - (1754-1840) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-ambroise-de-bonald/