LISTÉRIOSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'infection listérienne

Chez l'animal

Listeria monocytogenes, bactérie banale, qui peut être considérée comme un pathogène opportuniste, est devenue un modèle d'étude de la virulence bactérienne. Les premiers isolements de la bactérie ont été réalisés à partir du lapin au début du xxe siècle. Depuis lors, Listeria monocytogenes a été isolée chez de nombreux animaux : des mammifères (bovins, ovins, caprins, rongeurs...), des oiseaux, des poissons, des crustacés et même des insectes. Dans les fermes, les bovins peuvent se contaminer à partir des matières végétales d'ensilage, où Listeria monocytogenes est capable de se multiplier. L'utilisation de plus en plus répandue de ces techniques d'ensilage est peut-être responsable de l'augmentation des cas observés chez les bovins.

Chez les mammifères, l'infection est le plus souvent inapparente : les animaux porteurs de Listeria monocytogenes peuvent être à l'origine de contaminations humaines, d'autres espèces animales, ou de leur environnement. Comme chez l'homme, l'infection ne se révélera souvent qu'à l'occasion d'une gestation, qui aboutira parfois à un avortement. Mais d'autres formes cliniques ont été décrites : encéphalites, septicémies, péricardites, myocardites, mastites. La contamination des poissons et des autres espèces marines par Listeria monocytogenes est un phénomène de plus en plus préoccupant pour la santé humaine, notamment dans les pays scandinaves.

Chez l'homme

Chez l'homme, l'infection par Listeria monocytogenes peut se manifester de différentes façons.

Formes bénignes

Le portage asymptomatique est certainement l'expression la plus fréquente de l'infection chez l'homme. Listeria monocytogenes a été retrouvé dans le tractus gastro-intestinal de 0,8 à plus de 10 p. 100 des personnes saines non malades, suivant les études. Ce pourcentage varie considérablement en fonction de l'occupation des personnes examinées.

La listériose non invasive est une diarrhée fébrile survenant brutalement chez des personnes saines ayant consommé des aliments généralement très fortement contaminés. L'incubation est alors courte (autour de 24 heures), et l'épisode diarrhéique assez sévère, fébrile, mais bref : de un à trois jours.

Formes sévères

La listériose invasive touche, d'une part, les femmes enceintes et leurs nouveau-nés (formes périnatales : F.P.N.), d'autre part, les adultes (formes non périnatales : F.N.P.N.). La létalité est très élevée : elle se situe entre 10 et 30 p. 100 selon les études.

La quasi-totalité des F.N.P.N. surviennent chez des adultes immunodéprimés ou des personnes très âgées. La maladie, dont l'incubation peut être très longue, revêt alors une forme aiguë, septicémie et/ou infection du système nerveux central : méningite purulente, méningo-encéphalite accompagnée parfois de signes pulmonaires ou rénaux. Il existe de nombreuses formes cliniques de la maladie : méningite subaiguë à liquide clair, formes pulmonaires (pneumonie diffuse, foyers broncho-pulmonaires), conjonctivites, pyélites et pyélocystites, sinusites chroniques, septicémies avec localisation hépatique...

Les formes périnatales de listériose surviennent le plus souvent au cours du troisième trimestre de la grossesse. L'infection de la femme enceinte se manifeste par des signes cliniques peu évocateurs, le plus souvent un simple état grippal, (que l'on traitera avec un antibiotique, l'ampicilline, après confirmation du diagnostic) la future maman pouvant même rester totalement asymptomatique. Non traitée, elle va entraîner la contamination du fœtus. Suivant le mode de contamination, on observera deux formes cliniques de la listériose du nouveau-né :

– En cas de contamination in utero, la maladie se déclarera dès la naissance ou durant la première semaine : c'est la septicémie néonatale, qui requiert une antibiothérapie. L'enfant peut être mort-né ou naît prématuré avec des signes de septicémie, plus rarement de méningite.

– En cas de contamination au moment de l'accouchement, la maladie se déclare après le septième jour de la vie, plus souvent comme une méningite que comme une septicémie.

Diagnostic et traitement

Le diagnostic d'une listériose repose sur l'isolement de la bactérie Listeria monocytogenes et son identification. Compte tenu de la rareté de la maladie et des signes cliniques non pathognomoniques, à l'exception peut-être des cas de rhomboencéphalites infectieuses particulièrement évocatrices, le diagnostic clinique d'un cas de listériose reste incert [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : chef de laboratoire, directeur du C.N.R. des listeria, laboratoire des listeria, Institut Pasteur

Classification

Autres références

«  LISTÉRIOSE  » est également traité dans :

CELLULE - Les mouvements

  • Écrit par 
  • Michel BORNENS, 
  • Matthieu PIEL
  •  • 6 559 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les procaryotes »  : […] Les bactéries sont si petites (1 micromètre de longueur) qu'elles sont soumises de manière violente à l'agitation thermique du milieu (mouvement brownien). Elles sont pourtant capables de se diriger vers des sources de nourriture ou d'éviter des conditions d'environnement adverses, en se déplaçant à la vitesse considérable, pour leur taille, de 20 à 30 micromètres par seconde. Le plus souvent, ell […] Lire la suite

ROUXIELLA CHAMBERIENSIS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 293 mots

En décembre 2013, trois nourrissons grands prématurés décédaient à l’hôpital de Chambéry. Un quatrième, également infecté, devait survivre. Très rapidement, les enquêteurs s’orientent vers une contamination des poches de nourriture parentérale utilisées pour alimenter ces nourrissons. La cellule d’intervention d’urgence de l’Institut Pasteur y retrouve une bactérie inconnue, présente en grande qua […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul M.V. MARTIN, « LISTÉRIOSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/listeriose/