LISTÉRIOSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pouvoir pathogène et virulence

Les génomes de Listeria monocytogenes et de Listeria innocua (espèce non pathogène la plus proche de Listeria monocytogenes) ont été entièrement séquencés. Tout un arsenal génétique lui permet d'entrer dans les cellules intestinales, d'où elle va progresser dans les tissus de l'hôte en y déterminant des lésions. Une protéine de sa surface, l'internaline, se lie à un récepteur, la E-cadhérine, qui lui permet d'entrer dans une cellule de la muqueuse intestinale où ce récepteur est exprimé. La bactérie va alors activer une batterie de gènes de virulence lui permettant de lyser la vacuole dans laquelle elle a été introduite. Entrée ainsi dans le cytoplasme, elle induit la polymérisation de l'actine cellulaire qui, formant des filaments à un pôle de la bactérie, provoque son déplacement intracytoplasmique. Progressant ainsi dans sa cellule hôte, la bactérie atteint et traverse la membrane cellulaire, et va ensuite envahir les cellules voisines. Les principales molécules impliquées dans ces mécanismes sont la listériolysine (codée par le gène hly) qui provoque la lyse vacuolaire, et la protéine ActA (gène actA) qui induit la polymérisation de l'actine. Cinq des gènes de virulence, en particulier ceux codant pour la listériolysine et pour ActA, sont situés à côté sur le chromosome, où ils forment un « îlot de pathogénicité ». Ce « voyage intracellulaire » de Listeria monocytogenes est sous le contrôle d'un régulateur positif appelé prfA, pour positive regulatory factor A.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : chef de laboratoire, directeur du C.N.R. des listeria, laboratoire des listeria, Institut Pasteur

Classification


Autres références

«  LISTÉRIOSE  » est également traité dans :

CELLULE - Les mouvements

  • Écrit par 
  • Michel BORNENS, 
  • Matthieu PIEL
  •  • 6 558 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les procaryotes »  : […] Les bactéries sont si petites (1 micromètre de longueur) qu'elles sont soumises de manière violente à l'agitation thermique du milieu (mouvement brownien). Elles sont pourtant capables de se diriger vers des sources de nourriture ou d'éviter des conditions d'environnement adverses, en se déplaçant à la vitesse considérable, pour leur taille, de 20 à 30 micromètres par seconde. Le plus souvent, ell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cellule-les-mouvements/#i_7320

ROUXIELLA CHAMBERIENSIS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 293 mots

En décembre 2013, trois nourrissons grands prématurés décédaient à l’hôpital de Chambéry. Un quatrième, également infecté, devait survivre. Très rapidement, les enquêteurs s’orientent vers une contamination des poches de nourriture parentérale utilisées pour alimenter ces nourrissons. La cellule d’intervention d’urgence de l’Institut Pasteur y retrouve une bactérie inconnue, présente en grande qua […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rouxiella-chamberiensis/#i_7320

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul M.V. MARTIN, « LISTÉRIOSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/listeriose/