Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

YORK LES

Famille ayant donné trois souverains à l'Angleterre entre 1461 et 1485, dont l'un, Édouard V, n'a pas véritablement régné. Le nom de la famille d'York a d'abord appartenu au cinquième fils d'Édouard III, Edmund de Langley, qui fut fait duc d'York par Richard II en 1385. Son petit-fils, Richard, est le véritable artisan de la grandeur dynastique. Favorisé au départ par la protection de son cousin Henri VI, héritier de biens considérables, allié à la grande famille des Neville, il est appelé à des fonctions de plus en plus éclatantes : connétable d'Angleterre en 1430, régent de France en 1436-1437 et 1440-1445, gouverneur de l'Irlande de 1449 à 1450, il exerce aussi les fonctions de régent du royaume pendant les périodes de démence d'Henri VI. Richard ambitionne de gouverner l'Angleterre et se heurte au parti de Somerset ; il n'hésite pas à se révolter à plusieurs reprises contre les « mauvais conseillers du roi » et, à partir de 1460, convoite ouvertement la Couronne. Sa mort au combat fait de son fils Édouard l'héritier de ses ambitions ; celui-ci, à partir de 1461, année où il fut, pour la première fois, proclamé roi d'Angleterre sous le nom d'Édouard IV, commence un règne à éclipses, définitivement assuré pourtant en 1471 et jusqu'en 1483. Son frère Richard, duc de Gloucester, fit assassiner ses neveux, dont le jeune « Édouard V », et s'empara de la couronne sous le nom de Richard III ; il ne régnera que deux années. Sa nièce Élisabeth, par son mariage avec Henri Tudor conclu peu après la bataille de Bosworth où fut tué Richard III (1485), contribue à asseoir la légitimité de la nouvelle dynastie. Les York, qui ont tiré profit de l'affaiblissement du pouvoir au temps de la guerre de Cent Ans, ont été les principaux bénéficiaires de la guerre des Deux-Roses : leur rose blanche l'a emporté sur la rose rouge des Lancastre.

— Roland MARX

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • BARNET BATAILLE DE (14 avril 1471)

    • Écrit par Universalis
    • 243 mots
    • 1 média

    Cette bataille, qui se déroule lors de la guerre des Deux-Roses en Angleterre, se solde par une victoire capitale pour le roi Édouard IV d'York sur ses adversaires, les partisans d'Henri VI de Lancastre. Elle se livre le jour de Pâques aux alentours de Hadley Green (East Barnet à l'heure actuelle),...

  • BOSWORTH BATAILLE DE (22 août 1485)

    • Écrit par Universalis
    • 262 mots
    • 1 média

    Ultime épisode de la guerre des Deux-Roses, cette bataille se déroule en Angleterre, à 19 kilomètres à l'ouest de Leicester et à 5 kilomètres au sud de la ville de Market Bosworth, entre l'armée du roi Richard III, de la maison d'York, et celle du prétendant au trône Henri Tudor (futur Henri...

  • DEUX-ROSES GUERRE DES

    • Écrit par Roland MARX
    • 562 mots
    • 1 média

    Plus justement appelée « guerre des Roses » si l'on suit la tradition anglaise, la guerre des Deux-Roses est une guerre civile qui déchire l'Angleterre de 1455 à 1485. L'expression paraît avoir été forgée relativement tard, au début du xixe siècle, et fait allusion...

  • ÉDOUARD IV (1442-1483) roi d'Angleterre (1461-1483)

    • Écrit par Roland MARX
    • 377 mots
    • 1 média

    Fils aîné de Richard d'York, il est le premier souverain de la dynastie, grâce à ses victoires sur les Lancastre au cours de la guerre des Deux-Roses. Rival pendant dix ans du roi légitime Henri VI, il a connu un règne d'abord très troublé après sa proclamation à Londres en...

  • Afficher les 9 références

Voir aussi