TROIS COULEURS LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nombre des couleurs franches et héraldiques étant fort limité, la combinaison du bleu, du blanc et du rouge fut assez fréquente en France à travers les siècles. Des manuscrits à peintures ont utilisé la bande tricolore depuis Philippe V le Long (1316-1322) et surtout sous Charles V (1364-1380), mais ils ne sont pas tous d'origine royale. Par contre, le dauphin futur Charles VII (1419), Charles IX (1566-1570), Henri III et Henri IV (1591) ont eu la livrée aux couleurs vermeil (ou rouge, ou incarnat), blanc et bleu, ce dernier roi abandonnant sa propre livrée, de couleur tannée, laissée aux cadets princes de Condé comme ventre de biche ou feuille morte (le drapeau du régiment d'infanterie dit de Navarre fut à cette couleur). Louis XIII et les autres rois Bourbons gardèrent cette triade jusqu'en 1830. Le jésuite Ménestrier explique ainsi ces couleurs : « La livrée des rois de France, branche de Bourbon, est tricolore : blanc, incarnat et bleu, le bleu à cause du fond des armes de France, ancienne couleur des rois, l'incarnat à cause du champ de gueules des armes de Navarre et le blanc parce qu'il est de temps immémorial la couleur propre de la nation » (autour de 1670). Le bleu dérive effectivement du champ d'azur des armes de France, provenant du manteau cosmique du sacre. Le rouge était en réalité la couleur de l'oriflamme, du drapeau rouge à croix blanche servant depuis le xve siècle, du pavillon des galères, des « brisures » des princes cadets sur l'écu royal. Henri IV, déjà roi de Navarre (ayant ainsi des chaînes d'or sur champ de gueules), unit tout cela sur sa « cornette des couleurs et livrées », deux fois rayée horizontalement de tricolore, sa « devise » brochant. Le blanc était le champ de l'écu à croix rouge des Français sous les croisades, symbole pris par la suite en Angleterre ; on sait que les bandes de Du Guesclin allant en Castille venger la mort de la reine Blanche de Bourbon s'ornaient de croix blanches, d'où le surnom de «  [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TROIS COULEURS LES  » est également traité dans :

SYMBOLE

  • Écrit par 
  • Dominique JAMEUX
  •  • 5 520 mots

Dans le chapitre « La fonction du symbole »  : […] À quoi servent les symboles ? Cette question innocente reçoit des réponses complexes. Le symbole a au moins trois fonctions bien marquées, avec naturellement des glissements de sens et des cumuls possibles. Le symbole montre, réunit et enjoint. Le symbole, d'abord, montre ; il rend sensible ce qui ne l'est pas : valeurs abstraites, pouvoirs, vices, vertus, communautés. Il ne s'agit pas de la simpl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbole/#i_40073

Pour citer l’article

Hervé PINOTEAU, « TROIS COULEURS LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-trois-couleurs/