CARRACHE LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Augustin et Ludovic

La forte personnalité d'Annibal ne doit pas faire oublier celle de ses deux aînés. Augustin, qui meurt dès 1602, a laissé une œuvre graphique abondante ; ses gravures de reproduction traduisent brillamment par le jeu des tailles les oppositions d'ombre et de lumière ; son style personnel est ironique et souvent fort libre (série des Lascivie). Son œuvre peint est assez peu nombreux, sauf au cours de la période approximative 1590-1595, dans laquelle se place la célèbre Communion de saint Jérôme (Bologne), tableau qui inspirera le Dominiquin et Rubens. Le fils naturel d'Augustin, Antoine (1589 env.-1619), fut également peintre ; mais son œuvre se réduit aujourd'hui à quelques tableaux dont l'étrange Déluge (Louvre). Quant à Ludovic, il exécute, entre 1590 et sa mort (1619), des peintures que leur intense réalisme, leurs contrastes d'ombres et de lumières apparentent parfois à celles de Caravage (Flagellation, Douai ; Martyre de sainte Ursule, 1592, Bologne). La même force et un coloris intense dont se souviendra le Guerchin se retrouvent dans les saisissantes apparitions des tableaux colossaux de 1607-1608, conservés au musée de Parme mais qui proviennent de la cathédrale de Plaisance.

Mars et Vénus, A. Carrache

Photographie : Mars et Vénus, A. Carrache

Photographie

Augustin Carrache (1557-1602), Mars et Vénus. Palazzo Giardini, Parme, Italie. 

Crédits : De Agostini/ Getty Images

Afficher

Le Martyre de saint Pierre Thomas, L. Carrache

Photographie : Le Martyre de saint Pierre Thomas, L. Carrache

Photographie

Ludovic Carrache, «Le Martyre de saint Pierre Thomas», 1598-1599. Huile sur toile, 153 cm × 117,5 cm. Pinacothèque nationale, Bologne. 

Crédits : Electa/ AKG

Afficher

L'œuvre des Carrache devait fortement stimuler la peinture européenne. Non seulement elle a profondément marqué leurs élèves bolonais, dont les plus grands furent le Dominiquin, Guido Reni, le Guerchin, l'Albane, mais elle a servi de modèle à tous les peintres qui s'efforcèrent de concilier l'imitation de la nature avec la recherche du beau idéal, en s'appuyant sur les grands exemples de l'art du passé. Au xviie siècle, cette attitude, qu'on a coutume d'appeler classique, fut celle de la majorité des peintres français et italiens, qui préféraient la leçon des Carrache à celle de Caravage, leur grand contemporain. Cette synthèse difficile entre le réalisme et la construction intellectuelle de la beauté devait être, pour la dernière fois dans l'art occidental, tentée et réussie par Ingres.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Homme au singe, A. Carrache

Homme au singe, A. Carrache
Crédits : Rabatti - Domingie/ AKG

photographie

Le Buveur, A. Carrache

Le Buveur, A. Carrache
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Le Triomphe de Bacchus, A. Carrache

Le Triomphe de Bacchus, A. Carrache
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Pietà, A. Carrache

Pietà, A. Carrache
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CARRACHE LES  » est également traité dans :

CARAVAGE (vers 1571-1610)

  • Écrit par 
  • Arnauld BREJON DE LAVERGNÉE, 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 799 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les tableaux de Saint-Louis-des-Français »  : […] La faveur que certains mécènes témoignent à Caravage lui permet de peindre pour des églises (San Agostino, Saint-Louis-des-Français, Sainte-Marie-du-Peuple) ou pour des particuliers de grands tableaux religieux. La nouvelle dimension conférée à sa peinture, son aspect monumental dérivent d'Annibal Carrache qui était présent à Rome depuis 1595. Pour la chapelle Contarelli de Saint-Louis-des-França […] Lire la suite

CARICATURE

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 8 333 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Caricature, antithèse de la beauté »  : […] Pour saisir l'allusion satirique contenue dans les œuvres antérieures à la Renaissance, il faut remonter de l'œuvre à l'intention qui l'a suscitée. L'auteur du Monde renversé , Reinmar von Zweter, définissait au xiii e  siècle l'homme parfait de la façon suivante : « Il doit avoir des yeux d'autruche et un cou de grue, deux oreilles de porc et un cœur de lion, les mains doivent être représentées c […] Lire la suite

DÉCORS D'ANNIBAL CARRACHE, PALAIS FARNÈSE (Rome)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 210 mots
  •  • 1 média

Lorsqu'il est appelé à Rome, en 1595, Annibal Carrache est déjà un peintre célèbre. À Bologne, avec son frère Augustin et son cousin Ludovic, ils ont fondé en 1585 l'Accademia degl'incamminati, une académie appelée à servir de modèle, réalisé de nombreux tableaux d'autel, décoré le palais Fava (1584), le palais Magnani (vers 1590) et le palais Sampieri (1593-1594). Ils ont imposé une nouvelle ma […] Lire la suite

INCAMMINATI ACADÉMIE DES

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 376 mots
  •  • 1 média

Le développement des académies en Italie dans la seconde moitié du xvi e  siècle répond au besoin de donner un encadrement, une valeur théorique, aux tendances multiples et contradictoires issues du maniérisme. L'Accademia fiorentina, établie par Cosme I er dès 1540, se préoccupait de définir les règles de la pensée, mais aussi celles de l'art idéal, qui devaient être codifiées ensuite par Vasari […] Lire la suite

CLASSICISME

  • Écrit par 
  • Pierre DU COLOMBIER, 
  • Henri PEYRE
  •  • 13 796 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Portée européenne »  : […] L'ouvrage de Wölfflin L'Art classique porte en sous-titre : Initiation au génie de la Renaissance italienne , de sorte que l'art classique se trouve étroitement limité quant au temps et quant aux lieux. Mais ici l'autorité de Wölfflin n'a pas prévalu. Car le sens du mot « Renaissance », quasi-synonyme du xvi e  siècle, était beaucoup trop établi pour qu'on lui en substituât un autre. D'autre part […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Antoine SCHNAPPER, « CARRACHE LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-carrache/