INCAMMINATI ACADÉMIE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le développement des académies en Italie dans la seconde moitié du xvie siècle répond au besoin de donner un encadrement, une valeur théorique, aux tendances multiples et contradictoires issues du maniérisme. L'Accademia fiorentina, établie par Cosme Ier dès 1540, se préoccupait de définir les règles de la pensée, mais aussi celles de l'art idéal, qui devaient être codifiées ensuite par Vasari et ses émules au sein de l'Accademia del disegno, fondée en 1562. À Rome, une académie de dessin remplaçait en 1577 l'ancienne corporation de Saint-Luc. À Bologne, c'est un Anversois, Denis Calvaert, qui crée la première institution de ce genre, mais c'est aux Carrache, Ludovic, Annibal et Augustin qu'on doit la plus célèbre : l'Accademia degl'incamminati (les acheminés). Fondée en 1585 à Bologne, elle attira, jusqu'à la fin du siècle et au-delà, tous les jeunes peintres émiliens doués de talent ou d'ambition, dont Ludovic assuma la formation après le départ pour Rome, en 1595, d'Augustin et d'Annibal. En réaction contre les excès et la démesure du maniérisme, l'enseignement des Carrache leur proposait un équilibre entre un nécessaire retour au naturel (l'école s'appela d'abord Accademia del naturale) et un idéalisme conscient, élaboré à partir de la grande tradition italienne. On prête à Augustin Carrache un sonnet en l'honneur de Nicoló dell'Abate (sans doute composé ultérieurement comme un manifeste polémique) prônant un accord idéal entre la puissance de Michel-Ange, le naturel de Titien, la pureté de Corrège, l'harmonie de Raphaël, l'invention de Primatice et la grâce de Parmesan. Cet éclectisme répondait d'ailleurs à l'orientation que préconisait le concile de Trente, recommandant un art retenu, moins soumis à la beauté plastique qu'à la vérité expressive et à l'inspiration spirituelle. Quoi qu'il en soit, cet enseignement assura le prestige de l'école et ses membres les plus remarquables (Guido Reni, l'Albane, le Dominiquin) furent bientôt appelés à Rome où ils firent tous de brillantes carrières et formèrent de nombreux disciples.

Le Massacre des Innocents, G. Reni

Le Massacre des Innocents, G. Reni

photographie

Guido RENI, Le Massacre des Innocents, 1611. Pinacothèque de Bologne, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  INCAMMINATI ACADÉMIE DES  » est également traité dans :

CARRACHE LES

  • Écrit par 
  • Antoine SCHNAPPER
  •  • 1 840 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'activité bolonaise »  : […] Les Carrache sont originaires de Bologne, où Ludovic naît en 1555 et ses deux cousins germains Augustin et Annibal, respectivement en 1557 et 1560. Le milieu artistique local, si marqué qu'il fût par le maniérisme (tel est le cas de Prospero Fontana, qui aurait été le premier maître de Ludovic), n'avait jamais abandonné les références directes à la nature, comme le montre l'œuvre libre et variée d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-carrache/#i_12088

DÉCORS D'ANNIBAL CARRACHE, PALAIS FARNÈSE (Rome)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 210 mots
  •  • 1 média

Lorsqu'il est appelé à Rome, en 1595, Annibal Carrache est déjà un peintre célèbre. À Bologne, avec son frère Augustin et son cousin Ludovic, ils ont fondé en 1585 l'Accademia degl'incamminati, une académie appelée à servir de modèle, réalisé de nombreux tableaux d'autel, décoré le palais Fava (1584), le palais Magnani (vers 1590) et le palais Sampieri (1593-1594). Ils ont imposé une nouvelle ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decors-d-annibal-carrache-palais-farnese/#i_12088

ÉMILIE

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 2 411 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les peintres du XVIIe siècle émilien »  : […] Ce qui attirait les voyageurs des deux derniers siècles – les guides anciens en font foi – , c'était la peinture du xvii e  siècle. De grandes expositions, organisées à Bologne depuis 1954, ont sorti de l'ombre les Carrache, le Guide, Dominiquin, l'Albane, sous-estimés jusque-là au nom de l'antiacadémisme. Mais les amateurs du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emilie/#i_12088

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « INCAMMINATI ACADÉMIE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/academie-des-incamminati/