JANÁCEK LEOS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jusqu'à l'âge de soixante-deux ans, Leoš Janáček resta méconnu, sinon inconnu, mais, le 26 mai 1916, le Théâtre national de Prague afficha Jeji Pastorkyna (Sa Belle-fille) un opéra refusé par ce même théâtre et le même directeur, Karel Kovarovič, treize ans plus tôt. Le compositeur avait travaillé neuf ans à cette œuvre (1894-1903) qui fut toutefois représentée à Brno en 1904, mais il s'était heurté de la part des milieux pragois à une incompréhension et à une hostilité certaines. On considérait cet « obscur » musicien morave comme un artiste de mérite, un pédagogue doué – dont l'importance ne dépassait pas le cadre local –, et un expert en matière de chanson populaire. Enfin, en 1916, son opéra, applaudi et loué, allait faire carrière sous le titre renouvelé de Jenůfa, du nom de son héroïne. Pendant treize ans, relate Max Brod, qui fut le grand propagandiste de Janáček, « ces Messieurs de Prague n'avaient pas cru devoir regarder cette œuvre qui “sentait sa province” ».

Une période créatrice s'ouvrait pour Janáček, favorisée non seulement par le succès de Jenůfa, mais également par l'indépendance nationale recouvrée à la suite du traité de Versailles, sans parler de l'amitié amoureuse que lui inspira jusqu'à sa mort une jeune femme, de trente ans sa cadette. Entre 1916 et 1928, Janáček devait composer la quasi-totalité de son œuvre.

Patience et effort créateurs

Le musicien naquit à Hukvaldy, village du nord de la Moravie, aux confins de la Silésie, de la Pologne et de la Slovaquie. C'est le pays Lach auquel Janáček restera attaché. Issu d'une modeste famille d'instituteurs dans laquelle la tradition musicale était solidement établie, il fut placé, pour des raisons économiques, au monastère des augustins de Brno où, moyennant la nourriture et l'habillement, il chanta au sein de la maîtrise. Il n'en fallait pas plus pour que, sous l'influence amicale et sévère de Pavel Krizkovsky, compositeur et maître de chœur, le jeune Janáček, travailleur, bouillant et obstiné, décidât [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : écrivain et musicologue, secrétaire général adjoint de l'Académie Charles-Cros

Classification


Autres références

«  JANÁCEK LEOS (1854-1928)  » est également traité dans :

JANÁCEK LEOS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 877 mots

3 juillet 1854 Leoš Janáček naît à Hukvaldy, en Moravie, province qui appartient alors à l'Empire austro-hongrois.1881 Janáček fonde une école d'orgue à Brünn (aujourd'hui Brno, en République tchèque).1886 Janáček commence à travailler avec le folkloriste František Bartoš afin de recueillir des chants populaires moraves, qui inspireront largement l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/janacek-reperes-chronologiques/

JENUFA (L. Janáček)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 355 mots

Jenůfa, le troisième opéra du compositeur tchèque Leoš Janáček, a beau avoir été et demeurer son œuvre lyrique la plus populaire, sa gestation fut difficile et sa fortune incertaine. Le compositeur, accaparé par ses divers engagements professionnels, affecté par la maladie puis la mort, en 1903, de sa fille Olga (à qui l'œuvre est dédiée), mais aus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jenufa/#i_18059

FIRKUŠNÝ RUDOLF (1912-1994)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 678 mots

L'Amérique l'avait adopté comme l'un des représentants les plus authentiques du piano tchèque. Né à Napajedla, le 11 février 1912, Rudolf Firkušný fait ses études musicales à Brno, dans la classe de Růzena Kurzová au conservatoire (1920-1927) et à l'université. Parallèlement, il travaille la composition avec Janáček dès 1919. En 1922, il joue le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-firkusny/#i_18059

LIVRET, musique

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Elizabeth GIULIANI, 
  • Jean-Paul HOLSTEIN, 
  • Danielle PORTE, 
  • Gilles de VAN
  •  • 10 877 mots

Dans le chapitre « Comment ? »  : […] Ce projet ambitieux conduit les compositeurs à emprunter aux plus grands écrivains et à leurs textes les plus réputés. Berlioz s'attacha à Virgile, à Shakespeare et à Goethe, et tous les compositeurs russes, ou presque, paraphrasèrent Pouchkine. Dans cette production « d'opéras d'auteur », rares sont les compositions littéraires originales. Une exc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livret-musique/#i_18059

MACKERRAS CHARLES (1925-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 723 mots

L'Australien Charles Mackerras se fit le champion de Leoš Janáček en Occident et il est l'un des premiers chefs d'orchestre à avoir accompli un travail de musicologue et à présenter les œuvres dans des versions historiquement crédibles et informées, de même qu'il exigera très tôt que des ouvrages lyriques comme Jenůfa ou La Petite Renarde rusée s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-mackerras/#i_18059

NATIONALISME, musique

  • Écrit par 
  • Antoine GARRIGUES
  •  • 1 605 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'apport des musiques traditionnelles »  : […] Porté par le romantisme, l'intérêt pour les musiques folkloriques et traditionnelles se développe au xix e  siècle. Il coïncide avec l'éveil des nationalismes, qui s'étend essentiellement en Europe centrale et orientale. Particulièrement vif en Europe centrale, ce phénomène fut l'occasion pour les peuples de commencer à affirmer leur personnalité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nationalisme-musique/#i_18059

NEUMANN VÁCLAV (1920-1995)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 841 mots

Héritier de la tradition de la direction d'orchestre en Europe centrale, Václav Neumann a continué à exercer dans son pays natal et il est resté pendant un quart de siècle à la tête de la Philharmonie tchèque . Il s'est imposé comme un grand interprète de Mahler . Il naît à Prague le 29 septembre 1920 et fait ses études au conservatoire de sa ville […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaclav-neumann/#i_18059

OPÉRA - Histoire, de Pelléas à nos jours

  • Écrit par 
  • Harry HALBREICH, 
  • Christian MERLIN
  •  • 6 138 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La postérité de « Pelléas » »  : […] Si la musique moderne est née avec le Prélude à l'après-midi d'un faune (1894) – avec le recul du temps, cette césure se confirme, elle est plus décisive même que celle du Sacre du printemps ou des premières œuvres atonales de Schönberg –, il est légitime de faire partir une histoire de l'opéra moderne de Pelléas et Mélisande , dont la première r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-histoire-de-pelleas-a-nos-jours/#i_18059

PRAGUE THÉÂTRE NATIONAL DE

  • Écrit par 
  • Guy ERISMANN
  •  • 1 238 mots

Intimement lié au mouvement de renaissance culturelle et linguistique qui marqua la totalité du xix e  siècle en mobilisant tout à la fois artistes et intellectuels, l' opéra occupe une place particulière dans la société tchèque depuis les années 1860. Le théâtre dramatique et le théâtre musical – essentiellement l'opéra et le mélodrame – furent en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-national-de-prague/#i_18059

TCHÈQUE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Éric BAUDE
  •  • 1 002 mots
  •  • 1 média

L'histoire musicale des pays tchèques – Bohême et Moravie – est foisonnante mais méconnue. Il ne subsiste pas de sources musicales antérieures à l'évangélisation par Cyrille et Méthode en Grande-Moravie (862-863). L'un des plus anciens cantiques tchèques est attribué à saint Adalbert, tué en 997 par les Slaves vieux-prussiens. Au xi e  siècle, la l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-tcheque/#i_18059

Voir aussi

Pour citer l’article

Guy ERISMANN, « JANÁCEK LEOS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leos-janacek/