JENUFA (L. Janáček)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jenůfa, le troisième opéra du compositeur tchèque Leoš Janáček, a beau avoir été et demeurer son œuvre lyrique la plus populaire, sa gestation fut difficile et sa fortune incertaine. Le compositeur, accaparé par ses divers engagements professionnels, affecté par la maladie puis la mort, en 1903, de sa fille Olga (à qui l'œuvre est dédiée), mais aussi confronté à de nombreuses difficultés techniques – adaptation du livret, composition des parties vocales –, mit plus de dix ans à l'écrire. Il a presque cinquante ans lorsque, le 21 janvier 1904, l'œuvre est enfin créée – sous la direction d'un élève de Janáček, Cyril Metoděj Hrazdíra –, au Deutsches Nationaltheater de Brünn (aujourd'hui Théâtre national de Brno), avec un certain succès. Mais les déboires de Janáček, figure majeure des Testaments trahis de Milan Kundera vouée à une reconnaissance et à une gloire fort tardives, ne s'arrêtent pas là : pour des raisons de mesquines rivalités artistiques opposant le compositeur à Karel Kovařovic, directeur du Théâtre national de Prague, la seconde première de Jenůfa n'aura lieu à Prague que douze ans plus tard, le 26 mai 1916, dans une version passablement défigurée par la réorchestration emphatique de Kovařovic. Et il faudra attendre la production de l'Opéra de Paris de 1981 pour que Sa Belle-fille (Její pastorkyňa, titre véritable de l'œuvre, Jenůfa n'étant que le titre allemand choisi par Max Brod) soit enfin redonnée dans son orchestration véritable. De la pièce originale de Gabriela Preissová – l'histoire d'une jeune fille rejetée par la communauté villageoise parce qu'elle est fille mère puis parce que sa terrifiante belle-mère, voulant l'aider, a noyé son enfant –, Janáček, par une musique imprégnée de façon très personnelle et éminemment moderne du folklore morave, a su tirer un mélodrame d'une grande puissance émotionnelle et d'un lyrisme qui confine constamment au sublime, particulièrement en son finale.

—  Timothée PICARD

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure et de Sciences Po Paris, assistant à l'université Marc Bloch (Strasbourg), critique musical

Classification

Pour citer l’article

Timothée PICARD, « JENUFA (L. Janáček) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jenufa/