CHARPENTIER GUSTAVE (1860-1956)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Gustave Charpentier

Gustave Charpentier
Crédits : Hulton Getty

photographie

Georges Thill

Georges Thill
Crédits : Hulton Getty

photographie


C'est à juste titre que l'œuvre de Charpentier se résume à un titre : Louise. Tout ce qui précède en est la préparation ; tout ce qui suit en est l'écho et ne réussit guère qu'à transformer en défauts à peu près insupportables ce qui a pu être, en son genre, la réussite de ce « roman musical ». Élève de Massenet, prix de Rome en 1887, Charpentier a rapporté de son séjour à la villa Médicis des Impressions d'Italie (1891), habilement faites et orchestrées, qui nous montrent déjà une Italie populaire et réaliste : c'est la première face de son inspiration. Sa symphonie-drame avec chant et chœurs, La Vie du poète (1891), nous présente la seconde : un post-romantisme sentimental et larmoyant. Aucune de ces deux positions n'est, en soi, tenable, et très particulièrement la première : ni le vérisme, ni le réalisme, ni le naturalisme ne s'accommodent aisément de la musique : on le voit clairement avec l'œuvre d'Alfred Bruneau (1857-1934), autre élève de Massenet et proche de Charpentier. Mais le miracle de Louise (1900) c'est que le réalisme y est, sinon corrigé, du moins équilibré par le romantisme, et réciproquement. Cela ne fait pas de cet opéra une grande œuvre ; cela en limite du moins les défauts. Une sorte de sous-Bovary de faubourg, midinette sentimentale en proie au Paris « artiste » de 1900. Un mélange de wagnérisme déliquescent et de romantisme, de populisme naïf et de sentimentalisme épidermique : c'est peu pour faire un chef-d'œuvre, quel qu'en soit le succès.

Gustave Charpentier

Gustave Charpentier

photographie

Le compositeur français Gustave Charpentier (1860-1956) en compagnie de la soprano Grace Moore, vedette, en 1939, de la version filmée de son opéra Louise

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Georges Thill

Georges Thill

photographie

La soprano américaine Grace Moore (1898-1947) et le ténor français Georges Thill (1897-1984) interprètent les rôles de Louise et de Julien dans le film Louise (1938), d'Abel Gance, adapté de l'opéra éponyme du compositeur français Gustave Charpentier (1860-1956). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Philippe BEAUSSANT

Écrit par :

  • : directeur de l'Institut de musique et danse anciennes de l'Île-de-France, conseiller artistique du Centre de musique baroque de Versailles

Classification


Autres références

«  CHARPENTIER GUSTAVE (1860-1956)  » est également traité dans :

NATURALISME, notion de

  • Écrit par 
  • Florence FILIPPI
  •  • 1 541 mots

Dans le chapitre « Une diffusion européenne »  : […] Autour de Zola, un cénacle se constitue, dont les membres publient en 1880 un recueil-manifeste, Les Soirées de Médan . Les principaux membres en sont les journalistes Henry Céard ( Une belle journée , 1881) et Paul Alexis, ainsi que Léon Hennique ( Pœuf , 1887) et Guy de Maupassant ( La Maison Tellier , 1881). Quelques auteurs, tels que Joris- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naturalisme-notion-de/#i_34731

Pour citer l’article

Philippe BEAUSSANT, « CHARPENTIER GUSTAVE - (1860-1956) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-charpentier/