SENGHOR LÉOPOLD SÉDAR (1906-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Négritude debout »

Cette injonction résume la mission que s'est assignée Senghor : quête de l'originalité essentielle de sa race, définition d'une singularité qui soit instrument de refus, découverte de soi, et approche particulière de l'universel. La négritude, « c'est d'abord une négation [...], plus précisément l'affirmation d'une négation. C'est le moment nécessaire d'un mouvement historique : le refus de l'Autre, le refus de s'assimiler, de se perdre dans l'Autre ». L'idéal fugitif d'intégration (« J'ai rêvé d'un monde de soleil dans la fraternité de mes frères aux yeux bleus ») bute sur l'humiliante réalité :

...Rien que les sables les impôts les corvées la chicotte Et la seule rosée des crachats.

Devant la condition inférieure de tout un peuple, ce cœur chrétien n'accepte pas les privilèges octroyés : il sent monter en lui la colère du prophète, la violence d'une invective qui fustige l'orgueil des « têtes blondes ».

La conscience négative d'une identité doit toutefois se dépasser : « Le refus de l'Autre, c'est l'affirmation de soi. » Senghor définit la négritude comme « l'ensemble des valeurs culturelles de l'Afrique noire », ou la « personnalité collective négro-africaine ». Elle tire sa spécificité des traits distinctifs de l'âme noire : primauté de l'émotion, de la sensibilité (« La raison européenne est analytique, discursive par utilisation, la raison négro-africaine, intuitive par participation ») et, en art poétique, de « la chaleur émotionnelle qui donne la vie aux mots, qui transmue la parole en verbe », avec ses thèmes singuliers : l'ardeur profonde des couleurs sombres, la pulsation obscure du sang, les bruits de la nature et des instruments traditionnels, l'immanence des ancêtres... On a reproché à l'écrivain d'imposer une caractérisation artificielle à des races et à des peuples fort divers (qui oserait discourir sur l'« albitude » ?) ou d'oblitérer, par un racisme à rebours, la division des hommes et des nations entre dominants et exploités : le concept de négritude serait ainsi un obstacle à la libération révolutionnaire.

Mais Senghor chante l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Léopold Sédar Senghor, 1949

Léopold Sédar Senghor, 1949
Crédits : Hulton Getty

photographie

Léopold Sédar Senghor au Conseil de l'Europe (Strasbourg, 1949)

Léopold Sédar Senghor au Conseil de l'Europe (Strasbourg, 1949)
Crédits : Felix Man/ Picture Post/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie





Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, agrégé de lettres, docteur ès lettres, professeur à l'université de Clermont-II

Classification


Autres références

«  SENGHOR LÉOPOLD SÉDAR (1906-2001)  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Langues européennes et littératures africaines »  : […] Les circonstances de l'histoire ont imposé aux Africains l'usage de langues européennes introduites par la colonisation : l'anglais, le français, le portugais et, dans une moindre mesure, l'afrikaans, l'espagnol, l'italien ou le latin. Dès le xviii e  siècle – et même bien avant, puisque la dédicace du Don Quichotte , en 1605, fait allusion au « nègre Juan Latino », d'origine africaine, professeu […] Lire la suite

DIA MAMADOU (1910-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 357 mots

Figure emblématique de la vie politique sénégalaise, compagnon puis rival de Léopold Sédar Senghor, Mamadou Dia fut Premier ministre de son pays de 1959 à 1962. Né le 18 juillet 1910 dans une famille musulmane de Khombole, dans le Sénégal oriental, Mamadou Moustapha Dia étudie à l'école William-Ponty, puis travaille comme instituteur et journaliste avant de se lancer en politique au début des an […] Lire la suite

FRANCOPHONES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 7 230 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Quelle identité culturelle ? »  : […] Hors d’Europe, les littératures francophones relèvent de la « francophonie d’implantation » issue de l’expansion coloniale de la France ou appartenant à des zones de rayonnement culturel. Pour ces littératures en contact avec une ou plusieurs autres littératures écrites dans un ou plusieurs autres idiomes, le questionnement identitaire et linguistique est au cœur de la création, d’autant que les d […] Lire la suite

NÉGRITUDE

  • Écrit par 
  • Olivier NEVEUX
  •  • 1 215 mots

Dans le chapitre « La voie de la poésie »  : […] Dans un Occident colonial francophone, au racisme plus ou moins explicite (« Je déchirerai les rires Banania sur tous les murs de France », écrit L. S. Senghor dans Hosties noires , 1948), et alors que l'histoire de l'Afrique est niée, se forment des contestations. Dès le début des années 1930, la revue Légitime Défense , liée d'une part au surréalisme (le titre est un « emprunt » à André Breton) […] Lire la suite

ÉTHIOPIQUES, Léopold Sédar Senghor - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 813 mots
  •  • 1 média

Éthiopiques  : en forgeant ce néologisme pour en faire le titre du recueil de poèmes de sa maturité, publié en 1956, le Sénégalais Léopold Sédar Senghor mettait en œuvre le métissage culturel dont il a si souvent fait l'apologie. Le mot « éthiopique » a manifestement une origine grecque : il est formé sur le mot aithiops , dont le sens littéral est « face brûlée, noir ». Son emploi en adjectif su […] Lire la suite

SÉNÉGAL

  • Écrit par 
  • François BOST, 
  • Vincent FOUCHER
  •  • 10 065 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La fin de la période coloniale : une ouverture politique progressive »  : […] Avec la défaite française de 1940, le gouverneur-général de l'A.-O.F. Pierre Boisson se range du côté de Vichy et parvient, à la fin de 1940, à repousser une tentative de débarquement des Britanniques et des forces gaullistes sur Dakar. Particulièrement répressif, le régime revient sur les avancées réalisées par le Front populaire. À la suite du débarquement allié en Afrique du Nord, en novembre 1 […] Lire la suite

Les derniers événements

19 mars 2000 • Sénégal • Élection de l'opposant Abdoulaye Wade à la présidence.

Le 19, l'avocat Abdoulaye Wade, chef du Parti démocratique sénégalais, premier parti d'opposition, remporte le second tour de l'élection présidentielle avec 58,5 p. 100 des suffrages. Il bat le président sortant, Abdou Diouf, successeur de Léopold Sédar Senghor et candidat du Parti socialiste (P.S [...] Lire la suite

27 février 1983 • Sénégal • Victoire du parti d'Abdou Diouf aux élections générales

Abdou Diouf, chef de l'État sénégalais depuis le 31 décembre 1980, se présente pour la première fois au verdict du suffrage universel après avoir succédé automatiquement en tant que Premier ministre au président Léopold Sédar Senghor, démissionnaire. Il obtient 83,88 p. 100 des suffrages exprimés [...] Lire la suite

1er-2 janvier 1981 • Sénégal • Début de la présidence d'Abdou Diouf

Le 1er, le Premier ministre Abdou Diouf succède de plein droit, comme le prévoit la Constitution, au président Léopold Sédar Senghor, qui avait présenté la veille sa démission officielle. Le nouveau chef de l'État déclare : « Tout en maintenant les acquis du président [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel MADELÉNAT, « SENGHOR LÉOPOLD SÉDAR - (1906-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-sedar-senghor/