TOLSTOÏ LÉON NIKOLAÏÉVITCH (1828-1910)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les grands romans (1863-1877)

Marié le 23 septembre 1862 avec Sophie Bers (Sofija Andreevna Bers, 1844-1919), fille d'un médecin militaire, Tolstoï s'installe à Iasnaïa Poliana où la vie de famille et les soins de son domaine l'absorbent, tout en lui laissant suffisamment de loisirs et de liberté d'esprit pour entreprendre une œuvre monumentale. L'amnistie qui, à l'avènement d'Alexandre II, a permis le retour de certains décembristes exilés en Sibérie, lui a suggéré l'idée d'un roman confrontant à travers l'un d'eux la Russie de 1856 à celle de 1825. Mais ce projet, qui a reçu en 1860 un commencement de réalisation, le ramène à l'époque des guerres contre Napoléon, qui ont provoqué l'élan national d'où est sortie la rébellion décembriste. Son imagination travaille sur cette période, qui est celle de la jeunesse de ses parents : il prendra ceux-ci pour modèles de deux personnages de son récit, Nicolas Rostov et Marie Bolkonski, dont les familles deviendront les deux foyers principaux d'un tableau de la vie domestique et mondaine de la haute société russe sous Alexandre Ier, tandis que la jeune sœur de Nicolas Rostov, Natacha, tour à tour courtisée par son cousin Boris Droubetskoï, demandée en mariage par le fier André Bolkonski, frère de la princesse Marie, séduite par l'insignifiant Anatole Kouraguine, et épousant en fin de compte le futur décembriste Pierre Bezoukhov, va fournir à l'œuvre son fil conducteur romanesque.

Cependant la conception de Guerre et Paix (Vojna i mir, 1863-1869) coïncide avec le cinquantenaire de la victoire contre Napoléon. D'abord simple toile de fond du roman, la « guerre patriotique » de 1812 en devient le véritable sujet, transformant l'œuvre en épopée et, dans sa dernière partie, en traité historique et historiosophique. En abordant le récit de la campagne de Russie, Tolstoï introduit dans l'action les personnages de Napoléon, d'Alexandre Ier, du maréchal Koutouzov, et conteste au nom de la « vérité » telle que la lui restitue son imagination de romancier les témoignages des contemporains et les interprétations des historiens. Pour lui, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification

Autres références

«  TOLSTOÏ LÉON NIKOLAÏÉVITCH (1828-1910)  » est également traité dans :

ANNA KARÉNINE, Léon Tolstoï - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER
  •  • 973 mots

Commencé peu après l'achèvement de Guerre et Paix, et inspiré à Léon Tolstoï (1828-1910) par le suicide, survenu dans son voisinage, d'une femme abandonnée par son amant, le deuxième grand roman de Tolstoï, Anna Karénine, a pour cadre la société russe contemporaine, et pour thème « l'idée familiale ». […] Lire la suite

GUERRE ET PAIX, Léon Tolstoï - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER
  •  • 1 175 mots
  •  • 1 média

Premier grand roman de Léon Tolstoï (1828-1910), Guerre et Paix (1863-1869) se veut une histoire vraie de la guerre patriotique de 1812 contre l'invasion napoléonienne, telle que l'a vécue la génération des parents du romancier. […] Lire la suite

GUERRE ET PAIX (mise en scène P. Fomenko)

  • Écrit par 
  • Béatrice PICON-VALLIN
  •  • 1 076 mots

La troupe de Piotr Fomenko est venue en France pour la troisième fois en 2002. À la suite de Loups et brebis d'Ostrovski (festival d'Avignon, 1997), réinvité en 1998 par le festival d'Automne avec La Noce de Tchekhov, c'est en première européenne que le théâtre des Gémeaux a accueilli Guerre et Paix , cette fois à l'occasion du festival d'Automne 2002. La salle s'enchante, transportée pendant […] Lire la suite

NON-VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Jacques SEMELIN
  •  • 5 877 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Violence interdite »  : […] La référence à une tradition religieuse constitue une seconde source du refus de la violence, non plus pour des raisons de circonstances, mais pour des motifs de conscience. Cette démarche de foi est au cœur de l'engagement public de Gandhi et de Martin Luther King. Ce n'est pas de l'hindouisme, mais du jaïnisme, que Gandhi a reçu en héritage le concept d' ahimsa . Fondé par Mahavira à la fin du […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel AUCOUTURIER, « TOLSTOÏ LÉON NIKOLAÏÉVITCH - (1828-1910) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-nikolaievitch-tolstoi/