GUERRE ET PAIX (mise en scène P. Fomenko)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La troupe de Piotr Fomenko est venue en France pour la troisième fois en 2002. À la suite de Loups et brebis d'Ostrovski (festival d'Avignon, 1997), réinvité en 1998 par le festival d'Automne avec La Noce de Tchekhov, c'est en première européenne que le théâtre des Gémeaux a accueilli Guerre et Paix, cette fois à l'occasion du festival d'Automne 2002. La salle s'enchante, transportée pendant quatre heures par le courant émotif suscité par les fomenki et leur jeu, miraculeuse alchimie entre une sensibilité et une culture profondes, une grande complicité et une virtuosité tant corporelle que musicale.

Figure majeure du théâtre russe, Fomenko a connu un parcours difficile, censuré pendant la période soviétique, entravé par des problèmes de lieu et d'argent après la chute du Mur de Berlin. Dès 1983, il s'est consacré à la pédagogie au G.I.T.I.S. (Institut supérieur de théâtre). L'école offrait une relative liberté, et son art n'admettait pas la compromission. Depuis 1993, sa renommée, jusque-là plus discrète, n'a fait que croître : il a su s'entourer de jeunes acteurs qu'il a formés. Sortis de son cours en 1993, ils ne se sont pas dispersés mais sont devenus l'Atelier Piotr Fomenko, où les ont rejoints de nouvelles recrues formées comme eux.

Guerre et Paix est ici un matériau privilégié qui permet aux comédiens d'élever leur « culture professionnelle », et au metteur en scène d'ouvrir de vastes espaces imaginaires. Le compagnonnage avec le roman de Tolstoï a été précédé par d'autres travaux sur la prose dont Le Bonheur conjugal (2000) qui, conçu à partir d'une de ses nouvelles, esquisse Guerre et Paix, répété parallèlement.

Créé en février 2001, le spectacle résulte d'un processus complexe qui dura sept ans. En 1994, sans lieu pour matérialiser son projet, la troupe lit pendant quatre mois les quatre tomes de l'épopée tolstoïenne. Tandis que s'écrit la transcription théâtrale de la totalité du roman, Fomenko a déjà compris que le travail scénique ne concernerait que les premiers chapitres, et que ces scènes de 1805 recèleraient toutes les tragédies en gestation. Il ne s'agit donc pas d'adapter, en opérant des coupes obligées dans la matière du roman, mais d'en donner un concentré. À l'automne de 2000, de sporadiques, les répétitions deviennent intensives.

Laissant les champs de bataille au cinéma, Fomenko s'intéresse, avec ses assistants pour l'écriture de la partition scénique, aux scènes de famille. La guerre infiltre pourtant toute la composition théâtrale : une carte de l'Europe en 1805 devient un rideau à la grecque, tandis que les portraits inachevés du tsar et de Napoléon, côté cour et côté jardin, seront sans cesse interpellés. L'épique est évoqué par des ombres sur la carte-rideau, ou bien infiltre l'intime en se glissant dans l'infiniment petit : un sabre offert, les notes d'une marche napoléonienne... Avant de s'abîmer en une saynète tragique doucement esquissée sur les thèmes d'un des leitmotive du spectacle, la petite chanson française Malbrough s'en va-t-en guerre.

Fomenko construit Guerre et Paix en trois mouvements, chacun étant divisé en séquences qu'on peut identifier par leur tempo (allegro, pianissimo...). Attentif à la « partition des atmosphères », à la fluidité des transitions, il sature la scène de musique, même lorsqu'il ne convoque pas directement des enregistrements de Beethoven, Mozart, ne fait pas jouer au piano des airs italiens, une étude de Field, ou retentir accords de guitare et chants russes.

Polyphonique, le jeu se développe sur un dispositif dicté par la configuration du petit théâtre moscovite où le spectacle fut créé : trois colonnes entre lesquelles sont arrimées deux plates-formes auxquelles on accède par des escabeaux. L'aire exiguë incite à multiplier les plans en hauteur et à répartir des figures de mise en scène, relayées par les dessins que tracent les corps dans ces espaces qui constituent des obstacles à dépasser. Les comédiens jouent donc sur les chaises, les marches, à l'étage, se suspendent au bord du vide, s'introduisent dans deux cadres de porte mobiles, véritables machines à jouer. Ils s'y immobilisent, ou bien s'y entassent, en des gros plans à cadrage variable. Dans l'entrelacement de la vie et de la mort qui constitue la trame de ce spectacle testamentaire, c'est la vie qui triomphe, une vie théâtrale inventive, excentrique, fantaisiste, dépassant sans cesse le réalisme. Les pas sont chorégraphiés selon un mouvement en spiral [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur du Laboratoire de recherche sur les arts du spectacle

Classification

Les derniers événements

2-28 février 2022 Ukraine – Russie. Intervention militaire russe en Ukraine.

Le 19, les autorités séparatistes des « républiques » de Donetsk et de Louhansk appellent à la « mobilisation générale » tout en mettant en scène l’évacuation de la population vers la Russie. Le 21, à l’issue d’entretiens téléphoniques avec Vladimir Poutine et Joe Biden, Emmanuel Macron annonce la conclusion d’un accord de principe en vue d’un sommet entre les présidents russe et américain, que le Kremlin ne confirme toutefois pas. […] Lire la suite

1er-22 janvier 2021 États-Unis. Assaut du Capitole et investiture du président Joe Biden.

Le 13, la Chambre des représentants approuve la résolution de mise en accusation de Donald Trump déposée par les élus démocrates. Celui-ci est accusé d’« incitation à l’insurrection », ainsi que d’avoir exercé des pressions sur le secrétaire d’État de Georgie. Dix élus républicains votent la mise en accusation. Le procès pour impeachment doit être mené par le Sénat où la destitution de Donald Trump doit être approuvée à la majorité des deux tiers. […] Lire la suite

28 janvier 2020 États-Unis – Proche-Orient. Présentation du plan de paix américain pour le Proche-Orient.

Le président Donald Trump présente le plan de paix pour le Proche-Orient, à la Maison-Blanche, en présence du Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou. La veille, il en avait exposé les détails à ce dernier, ainsi qu’à son principal adversaire politique Benny Gantz. Élaboré par Jared Kushner, gendre de Donald Trump, ce plan satisfait les principales revendications territoriales et sécuritaires d’Israël. […] Lire la suite

7 décembre 2019 Papouasie-Nouvelle-Guinée. Référendum à Bougainville.

Ce référendum était prévu par l’accord de paix d’août 2001. Celui-ci a mis fin à la guerre meurtrière qui avait opposé des groupes sécessionnistes aux forces armées dans l’archipel de Bougainville entre 1988 et 1998. À la suite de cet accord, un gouvernement autonome a été mis en place à Bougainville, en juin 2005, et les factions ont été désarmées. […] Lire la suite

6-25 février 2019 République centrafricaine. Signature d'un accord de paix entre le gouvernement et les rébellions armées.

Le 6, à Bangui, le gouvernement et quatorze groupes armés signent un « accord politique pour la paix et la réconciliation », grâce à la médiation de l’Union africaine. Celui-ci prévoit la mise en place d’une Commission vérité, justice, réparation et réconciliation qui doit permettre de limiter les poursuites contre les rebelles, ainsi que des mesures de soutien à la reconversion de ceux-ci. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Béatrice PICON-VALLIN, « GUERRE ET PAIX (mise en scène P. Fomenko) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-et-paix/