FERRÉ LÉO (1916-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Et... Basta !

En 1954, Catherine Sauvage fait de Paris Canaille un succès populaire et elle impose Ferré au grand public. La même année, il crée à l'Opéra de Monaco l'oratorio qu'il a composé sur La Chanson du mal aimé d'Apollinaire. Il passe à l'Olympia en vedette en 1955 et, au fil du temps, il devient un des personnages phares de la chanson, malgré l'avènement des yéyés, dans les années 1960, et les interdictions d'antenne qui frappent plusieurs de ses chansons : Mon Général, Monsieur Tout-Blanc, À une chanteuse morte... Il signe, en 1960, avec Eddie Barclay, producteur archétypique du show-business qu'il abhorre, et, l'année suivante, Juliette Gréco triomphe avec Jolie Môme. Il achète un château dans le Lot, adopte Pépée, un chimpanzé. En 1968, il fait sa révolution personnelle : il quitte Madeleine et part avec Marie-Christine Diaz, qu'il épousera en 1974 et avec laquelle il aura trois enfants.

Les années 1970 marquent une véritable renaissance pour Léo Ferré. Il rencontre un nouveau public jeune et adhérant à son langage et à ses idées. Il enregistre avec le groupe Zoo, et sort C'est extra, chanson culte qui détrône les Beatles au hit-parade et reste un de ses plus gros succès discographiques. Il enchaîne les tournées, les galas et les disques et, en 1970, enregistre l'un de ses chefs-d'œuvre, Avec le temps.

Il change de maison de disques, quitte Barclay pour C.B.S., C.B.S. pour R.C.A. et R.C.A. pour E.P.M., un label qu'il crée avec François Dacla, traduit par Éditions et productions musicales, mais qui signifie Et Puis Merde !

Il savoure enfin sa liberté d'artiste. En moins de dix ans, il livre quinze albums, pouvant aussi bien chanter L'Espoir, Richard, Cette Blessure que diriger l'Orchestre symphonique de Milan.

Il effectue sa dernière tournée en 1992, et son ultime apparition en public est pour la fête de L'Humanité, où il chante, avec Bernard Lavilliers, Est-ce ainsi que les ho [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FERRÉ LÉO (1916-1993)  » est également traité dans :

ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Serge ELHAÏK
  •  • 8 016 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Années 1950 : les arrangeurs des monstres sacrés de la chanson française et l’arrivée du vinyle »  : […] À partir du début des années 1950, les 78-tours sont progressivement remplacés par les disques vinyle 45-tours et 33-tours, popularisés auprès du grand public grâce aux progrès des techniques d’enregistrement (magnétophones multipistes, stéréophonie, etc.) et à la diffusion de la musique (juke-box, radio dont celle au transistor, télévision). Ce nouveau support permet l’enregistrement de plusieur […] Lire la suite

LAVILLIERS BERNARD (1946- )

  • Écrit par 
  • Jean-Dominique BRIERRE
  •  • 1 104 mots

Dans le chapitre « Carnet de voyage »  : […] En 1980, avec O Gringo (enregistré entre Kingston, New York, Rio de Janeiro et Paris), Bernard Lavilliers inaugure une formule qui deviendra sa marque de fabrique : le carnet de voyage. Se faisant chroniqueur, il prendra désormais l'habitude de poser ses bagages pendant quelques mois dans un endroit du monde – généralement où règnent la misère et la violence – avant, une fois imprégné de l'ambian […] Lire la suite

SAUVAGE CATHERINE (1929-1998)

  • Écrit par 
  • Guy ERISMANN
  •  • 687 mots

Faute d'avoir été une chanteuse populaire, Catherine Sauvage reste l'image témoin, lumineuse et concrète, d'une époque majeure de l'après-guerre, fertile en utopies et en combats. Jeanine Saunier – tel est son nom – naît à Nancy en 1929. C'est par le théâtre qu'elle fait l'expérience de la scène. Théâtre amateur pendant la guerre ; puis une expérience significative : un spectacle Brecht à Lyon (1 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain POULANGES, « FERRÉ LÉO - (1916-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-ferre/