LE SOULIER DE SATIN (mise en scène O. Py)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« L'or et le rire », c'est sous ce double signe qu'Olivier Py a placé sa mise en scène du Soulier de satin de Paul Claudel, créée en 2003 au Centre dramatique d'Orléans dont il est directeur, puis jouée en tournée et à Paris au Théâtre de la Ville.

La dernière grande pièce profane de Paul Claudel, écrite de 1919 à 1924, semble constituer un défi à la représentation. Elle reprend la situation de la femme entre trois hommes, selon une transposition déjà opérée dans Partage de midi, de la passion amoureuse vécue par le poète. Mais en quatre Journées et plusieurs décennies, elle la déploie aux dimensions de trois continents, sur mer comme sur terre, à l'époque de la Contre-Réforme, de la défaite de l'Invincible Armada et de la bataille de Lépante, mais aussi du percement de l'isthme de Panama, dans une perturbation jubilante de la chronologie. Elle montre la Providence et ses voies impénétrables à l'œuvre dans les destinées individuelles et l'Histoire du monde, dans le rachat d'une âme perdue et dans la conquête du Nouveau Monde, dans les tribulations de la « lettre à Rodrigue » dix années durant et dans la lutte contre les Infidèles. « Dieu écrit droit avec des lignes courbes », tel est le proverbe portugais mis en exergue au texte.

Olivier Py est le premier à assumer pleinement la version intégrale de l'œuvre, avec toutes ses implications. Il avait déjà su imposer comme écrivain et metteur en scène des pièces hors normes, d'une durée moyenne de sept heures : Le Visage d'Orphée ou L'Apocalypse joyeuse. Surtout, il partage avec l'auteur une foi religieuse et une vision du monde capables d'accepter la notion de « mal nécessaire », indissociable de la confiance en la Providence. En 1987, Antoine Vitez, fasciné par l'écriture claudélienne et la transmutation de l'histoire autobiographique, avait éludé la première scène de la deuxième Journée et sa bonne conscience colonialiste. Mais, à cette excep [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences honoraire à l'université de Poitiers, critique théâtrale de La Quinzaine littéraire et de En attendant Nadeau

Classification

Pour citer l’article

Monique LE ROUX, « LE SOULIER DE SATIN (mise en scène O. Py) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-soulier-de-satin/