LE PROCÈS, Franz KafkaFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une écriture de l'indéchiffrable

Ce pouvoir de vie et de mort qui fait irruption dans l'existence de K. et contre lequel nulle résistance humaine ne se révèle efficace est-il une force transcendante à la société ? Le Procès reprend-il la tradition séculaire de la satire et de la mise en question de la justice inique, corrompue et parfois même criminelle ? Ou bien s'agit-il, comme chez Dostoïevski, d'une réflexion théologique sur la Loi, la faute et le sens de la vie après la mort de Dieu ? Ou bien n'était-ce qu'un cauchemar, un fantasme, un délire de persécution, l'histoire de l'autodestruction d'un grand névrosé ? Les interprétations psychanalytiques du Procès abondent et le texte paraît les solliciter, tant l'action suit la logique du rêve, tant abondent les figures du désir et de la conquête érotique (Mlle Bürstner, la femme de l'employé du tribunal, Leni, la servante du juge Huld) qui se transforment en autant de figures d'une sexualité redoutée.

Le chapitre intitulé « Dans la cathédrale », à la fin du roman, renforce l'hypothèse théologique. C'est l'aumônier des prisons qui raconte à K. la parabole « Devant la Loi » qui commence ainsi : « Devant la porte de la Loi se tient un gardien. Ce gardien voit arriver un homme de la campagne qui sollicite accès à la Loi. Mais le gardien dit qu'il ne peut le laisser entrer maintenant. » À la fin de cette parabole, l'homme venu de la campagne est arrivé au terme de son existence. « Le gardien se rend compte alors que c'est la fin et, pour frapper encore son oreille affaiblie, il hurle : „Personne d'autre n'avait le droit d'entrer par ici, car cette porte t'était destinée, à toi seul. Maintenant je pars et je vais la fermer“. » Dieu attend l'homme, mais reste inaccessible à ceux qui ne le trouvent pas d'emblée. À moins que Dieu n'existe que dans la recherche et l'attente des hommes ? La Loi n'est possédée ni interdite par aucun gardien, dans aucun temple. Elle se trouve sous nos yeux, en nous-mêmes peut-être. À moins que la Loi n'existe pas ailleurs que dans le psychisme ? À moins que derrière la porte que referme la mort ne se cache que le néant ?

On pressent que Le Procès est un roman consacré à la « faute » de K., à son innocence ou à sa culpabilité. Mais il aborde aussi les thèmes du péché et du salut, celui de la quête du sens de l'existence. Il touche aussi à la question de l'interprétation : comment interpréter les signes, les mots, les gestes, les symboles et les paraboles ? K. est un homme qui croit comprendre et se trompe constamment. Or chaque erreur le conduit un peu plus loin dans le péril, un peu plus près du verdict fatal. « L'existentialisme » de Kafka résume le monde et l'existence à un système de signes que plus personne ne sait interpréter. Le génie de l'écrivain aura consisté à faire de son écriture littéraire le miroir de ce système indéchiffrable. Son texte fait sens. Mais aucune interprétation n'est assurée d'en avoir trouvé la clef – ni la loi.

Et si l'essentiel n'était à chercher ni dans les profondeurs psychiques ni dans les hauteurs métaphysiques, mais dans la réalité sociale décrite au fil du Procès, avec un humour corrosif et un sens du portrait-charge qui font de Kafka le grand caricaturiste, le « Daumier » du juge et du policier de la monarchie habsbourgeoise, minée par l'égoïsme des classes dirigeantes et les passions nationalistes ou antisémites ? « Comment est-il possible qu'à Prague les romans de Kafka se confondent avec la vie, et comment est-il possible qu'à Paris les mêmes romans soient perçus comme l'expression hermétique du monde exclusivement subjectif de l'auteur ? », se demandait Milan Kundera dans L'Art du roman (1986). Gilles Deleuze et Félix Guattari rappelaient que Kafka ne conduit pas hors du monde, mais initie à la détection des mécanismes du pouvoir et à la résistance. « Il vaut mieux parler des problèmes d'une littérature mineure, de la situation d'un juif à Prague, de l'Amérique, de la bureaucratie et des grands procès, que d'un Dieu absent. [Chez Kafka] le démontage des agencements opère une déterritorialisation qui est elle-même politique et n'a rien à voir avec une opération intimiste » (Kafka. Pour une littérature mineure, 1975).

Le Procès a été adapté à l'écran par Orson Welles (1963).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LE PROCÈS, Franz Kafka  » est également traité dans :

PROCÈS (mise en scène K. Lupa)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 986 mots
  •  • 1 média

Découvert en France en 1998 avec une adaptation des Somnambules, roman de l’écrivain autrichien Hermann Broch, le metteur en scène polonais Krystian Lupa, devenu une personnalité majeure de la scène européenne, puise de nouveau dans un registre littéraire, comme il l’avait fait avec […] Lire la suite

KAFKA FRANZ (1883-1924)

  • Écrit par 
  • Marthe ROBERT
  •  • 5 873 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'écartèlement »  : […] Les difficultés intérieures et extérieures, qui, dans la vie de Kafka, allaient causer un conflit permanent et contribuer pour une large part au délabrement de sa santé, ne sont pas telles d'abord qu'il puisse les croire tout à fait insolubles. Dans sa jeunesse, en effet, Kafka se sent malgré tout solidement lié à la langue, à la culture, et même, jusqu'à un certain point, à l'histoire allemandes. […] Lire la suite

MANOURY PHILIPPE (1952- )

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 758 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tentation du théâtre lyrique »  : […] Le 10 mars 1997, 60 e  Parallèle , la première partition lyrique de Philippe Manoury, est créé au Théâtre du Châtelet, à Paris, par l'Orchestre de Paris sous la direction de David Robertson. Parti d'un premier projet s'inspirant de l'univers d'Orson Welles, le compositeur a écrit un opéra en un acte d'une centaine de minutes pour 90 musiciens et 9 personnages réunis dans un aéroport, quelque part […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18-25 octobre 2021 Turquie. Menace d'expulsion de dix ambassadeurs étrangers.

Le 18, dans un communiqué commun, l’Allemagne, le Canada, le Danemark, les États-Unis, la Finlande, la France, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas et la Suède lancent un appel en faveur d’« un règlement juste et rapide de l’affaire » Osman Kavala, affirmant que le retard pris par le procès de l’opposant turc met en cause « le respect de la démocratie, de l’État de droit et de la transparence du système judiciaire turc ». […] Lire la suite

5-12 octobre 2021 France. Publication du rapport Sauvé sur les abus sexuels dans l'Église catholique.

Elle relève que le droit canon ne répond pas « aux standards du procès équitable et aux droits de la personne humaine ». Le rapport dénonce « l’excessive sacralisation de la personne du prêtre », « la survalorisation du célibat », « le dévoiement de l’obéissance lorsqu’elle confine à l’oblitération de la conscience » et « la vision excessivement taboue de la sexualité ». […] Lire la suite

12 octobre 2021 Algérie. Nouvelle condamnation de Saïd Bouteflika.

Principal accusé de ce procès, l’ancien ministre de la Justice Tayeb Louh est condamné à six ans de prison et l’ancien président du Forum des chefs d’entreprises Ali Haddad à deux ans de prison. […] Lire la suite

30 septembre 2021 France. Condamnation de Nicolas Sarkozy dans le procès du dépassement des frais de campagne électorale.

Le tribunal correctionnel de Paris condamne l’ancien président Nicolas Sarkozy à un an de prison ferme – la peine maximale –, pour « financement illégal de campagne électorale » en raison du dépassement du plafond de dépenses lors de la campagne pour l’élection présidentielle d’avril-mai 2012. Couvert par un système de fausses factures, ce dépassement s’était élevé à 20 millions d’euros, ce qui portait le total des dépenses au double du montant autorisé. […] Lire la suite

11-22 juillet 2021 Cuba. Manifestations contre la « dictature ».

Le 20 se déroulent les premiers procès de manifestants arrêtés le 11. Une dizaine d’entre eux sont condamnés à un an de prison pour désordre public ou désobéissance. Le 22, Washington annonce des sanctions contre le ministre cubain chargé de la Sécurité et contre une unité du ministère de l’Intérieur, accusés d’atteinte aux droits humains pour avoir réprimé les manifestations. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques LE RIDER, « LE PROCÈS, Franz Kafka - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-proces/