RACHILDE MARGUERITE EYMERY dite (1860-1953)

Née le 11 février 1860 dans la demeure familiale du Cros, proche de Périgueux, Marguerite Eymery (Rachilde, en littérature) connaît une enfance et une adolescence troublées, qu'elle passe entre un père officier de carrière préoccupé de ses chevaux plus que de sa fille et une mère dépressive autant que mythomane. Après quelques premières publications dans L'Écho de la Dordogne, elle part à dix-huit ans à la conquête de Paris. Son premier roman, Monsieur de la Nouveauté (1880), annonce étrangement Au bonheur des dames et lui vaut un succès d'estime.

Rachilde rencontre la réussite par le scandale avec Monsieur Vénus (1884), roman dans lequel une jeune fille au nom évocateur, Raoule de Vénérande, chasseresse impitoyable et sorcière dispensatrice de philtres amoureux, décide de jouer le rôle masculin dans le jeu de la séduction avec un ouvrier fleuriste qui la laissera mettre en scène ses fantasmes pervers jusqu'à la violence et à la mort.

La parution de Monsieur Vénus entraîna un procès, une condamnation mais aussi, plus tard, une nouvelle édition préfacée par Barrès qui baptisa Rachilde « Mademoiselle Baudelaire » et insista sur l'envoûtante perversité du roman. C'est alors pour l'écrivain l'époque de la bohème. Elle se lie avec J. Lorrain, L. Tailhade, L. Trezenik, J. Moréas, Liane de Pougy, Nathalie Clifford Barney, sans oublier Samain, Verlaine et Jarry, Barbey d'Aurevilly aussi.

Son mariage avec Alfred Vallette sera un tournant décisif puisqu'il va lui permettre de participer aux débuts du Mercure de France. Rachilde devient la « patronne » du Mercure. Artistes, écrivains, intellectuels, personnalités du Tout-Paris se pressent à ses « mardis ». Léautaud, témoin privilégié, mi-agacé, mi-séduit, décrit ce ballet dans son Journal. Vers 1910, Rachilde est une des reines du Parnasse et son avis, clairement exprimé dans sa chronique critique du Mercure de France, compte : protectrice, elle soutient Colette ; agressive, elle raille avec esprit les œuvres d'Anna de Noailles et, avec moins de bonheur, celles de P [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : agrégée des lettres, professeur de classes préparatoires au lycée Masséna

Classification


Autres références

«  RACHILDE MARGUERITE EYMERY dite (1860-1953)  » est également traité dans :

LORRAIN PAUL DUVAL dit JEAN (1855-1906)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 286 mots

Romancier et conteur fantastique, Jean Lorrain fut une sorte de dandy obsédé par la perversité. Cet ancien militaire se met à écrire des poèmes immoraux avec une complaisance évidente pour le monde de l'aristocratie corrompue qu'il met en scène. Ses recueils Le Sang des dieux (1882), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lorrain-paul-duval-dit-jean/#i_41724

MERCURE DE FRANCE LE

  • Écrit par 
  • Claude DAUPHINE
  •  • 454 mots
  •  • 1 média

Le Mercure de France, dont le premier numéro parut le 1er janvier 1890, fut fondé par un groupe de jeunes écrivains (G. Albert Aurier, J. Court, L. Denise, E. Dubus, L. Dumur, R. de Gourmont, J. Leclercq, E. Raynaud, J. Renard, A. Samain) qui, « ayant découvert les capacités administratives d'Alfred […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mercure-de-france/#i_41724

Pour citer l’article

Claude DAUPHINE, « RACHILDE MARGUERITE EYMERY dite (1860-1953) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marguerite-rachilde/