LE DERNIER MONET (expositions)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'installation de Monet à Giverny, dans l'Eure, en 1883, aurait pu n'être que temporaire, mais elle devint définitive avec l'achat de sa maison, en 1890, dont il agrandit le jardin, à partir de 1893, par un bassin aux nymphéas. Il lui restait plus de trente ans à vivre (il meurt en 1926), mais, curieusement, cette période où il va « au-delà de l'impressionnisme » n'avait pas vraiment fait l'objet, jusqu'à présent, d'études ou d'analyses très poussées. C'est donc une découverte et une profonde réappréciation qu'ont provoquées deux manifestations tenues coup sur coup, Monet in the 20th Century (présentée d'abord au Museum of Fine Arts de Boston du 20 septembre au 27 décembre 1998, puis à la Royal Academy of Arts de Londres du 23 janvier au 18 avril 1999) et Monet, le cycle des  Nymphéas tenue à Paris, au Musée national de l'Orangerie (du 6 mai au 16 août 1999).

Si plusieurs œuvres ont été présentées à l'une et à l'autre de ces expositions, dont le propos se recoupait partiellement, chacune n'en avait pas moins sa logique propre et son originalité. La première, Monet in the 20th Century, avait été organisée sous la direction de Paul Tucker, éminent spécialiste du peintre. Elle voulait offrir une synthèse sur l'activité de Monet dans le dernier quart de sa vie, selon une perspective à la fois chronologique et thématique, qui ne s'en tenait pas uniquement aux Nymphéas. Des salles étaient ainsi consacrées aux vues du jardin dans son ensemble, ou aux séries peintes à Londres (1899-1904) et à Venise (1908-1912). Le sommet de l'exposition était incontestablement le rassemblement de près de la moitié des peintures exposées par Monet chez Durand-Ruel en 1909, où la nouvelle orientation prise par son travail depuis plus de dix ans fut dévoilée au public et aux critiques. Monet in the 20th Century redonnait ainsi leur logique à vingt-cinq ans de création.

L'autre aspect que Paul Tucker et son équipe cherchaient à mettre en valeur, le fait que Monet est, p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Pour citer l’article

Barthélémy JOBERT, « LE DERNIER MONET (expositions) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-dernier-monet/