LE CUIRASSÉ "POTEMKINE", film de Serge Mikhailovitch Eisenstein

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un chef-d'œuvre expérimental

Presque tout le monde a oublié Potemkine, favori de la Grande Catherine et constructeur de Sébastopol ; il subsiste dans nos mémoires grâce au cuirassé qui portait son nom. De même, dans l'imaginaire collectif occidental, Odessa n'est plus que la ville où se trouvent certaines volées d'escaliers. Le film d'Eisenstein est devenu une véritable icône, comme la Joconde ou Guernica. Quant à la scène de l'escalier, ces six minutes palpitantes qui demandèrent à elles seules deux semaines de tournage, c'est l'icône à l'intérieur de l'icône ; elle fit l'objet d'innombrables citations ou allusions, de Bernardo Bertolucci (Partner, 1968) à Jan de Bont (Speed, 1994).

Pour son créateur, cependant, ce fut un film hautement expérimental. Dès ses mises en scène de théâtre, au début des années 1920, Eisenstein n'avait qu'une obsession : comment un spectacle peut-il déterminer à coup sûr une certaine réaction, « façonner » son spectateur ? À cette question, typique de l'époque et du contexte, il avait donné une première réponse, avec la théorie du « montage des attractions » : le spectacle doit violenter son spectateur, lui offrir surprise après surprise, choc après choc. Mais cela restait rudimentaire, et Le Cuirassé « Potemkine » fut l'occasion consciente, pour le jeune cinéaste (vingt-sept ans à la sortie de son film), de chercher dans le rythme un instrument d'influence plus sophistiqué. Les « escaliers d'Odessa » sont l'acmé de cette conception musicale du montage, avec ses « refrains » (les bottes des soldats) et ses variations, avec ses percussions (les gros plans, certains sanglants) et ses glissandi.

On raconte que Goebbels, le ministre de la Propagande nazi, réclama aux cinéastes allemands un « Potemkine national-socialiste ». C'est que le film avait trouvé une conjonction quasi parfaite entre identification aux héros et adhésion forcée à une forme qui vous « emballe ». Eisenstein lui-même revint toute sa vie sur cette réussite, pour en analyser le mystère. Le secret est simple : des personnages tout d'une pièce, incarnés par des acteurs aux gest [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études, École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  LE CUIRASSÉ "POTEMKINE", Serge Mikhailovitch Eisenstein  » est également traité dans :

LE CUIRASSÉ POTEMKINE (S. M. Eisenstein), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 191 mots
  •  • 1 média

Second film d'un jeune cinéaste de vingt-sept ans, S. M. Eisenstein (1898-1948) Le Cuirassé Potemkine a été classé à de nombreuses reprises « meilleur film du monde » par des jurys de cinéastes, historiens et critiques. En 1925, il vient surtout confirmer qu'un art nouveau est né, dans le droit fil de la révolution d'Octobre, qui ne doit rien à la subjectivité romanesque, à la […] Lire la suite

EISENSTEIN SERGE MIKHAÏLOVITCH

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 3 072 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le théâtre de l'histoire »  : […] Son premier film sort en février 1925 : c'est La Grève , dont le héros est le peuple, les personnages, les ouvriers et leurs oppresseurs, mouchards et bourreaux. Il exprime la violence de l'éruption révolutionnaire et celle de la répression. La dominante sadique, présente dans toute son œuvre, ne l'est jamais plus qu'ici, en particulier dans le final, avec ses enfants tués et ses victimes massacré […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques AUMONT, « LE CUIRASSÉ "POTEMKINE", film de Serge Mikhailovitch Eisenstein », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-cuirasse-potemkine/